Terrence Ross

On ignore beaucoup de choses de ce poète injustement méconnu. Son enfance et sa vie entière même restent nébuleuses ; ainsi, malgré toutes les recherches que ses spécialistes ont effectuées, l'Université de Napierville n'a pu retracer une seule information vérifiable sur, par exemple, sa date de naissance, son enfance ou sa formation.

On le sait amateur de cuisine et certaines rumeurs lui prêtent une formation avortée en médecine. On nous a également rapporté des demandes de brevets dont un appareil de sécurité greffé à même la colonne vertébrale, munie d'un petit parachute, qui, en cas d'accident, l'aurait propulsé hors du corps pour être récupérée et être replacée dans le corps du sujet. La conclusion négative de ses tests (« Maintenir le sujet en vie est un objectif qui reste pour l'instant hors de notre portée... ») lui aurait valu le refus de tous ses investisseurs potentiels.

Nous ne reviendrons pas sur la querelle qu'il eût avec Herman Melville la veille de la mort de ce dernier, quant à la qualité de ses textes. – Ross aurait poursuivi le célèbre auteur en lui hurlant, nous citons : « Répète ça encore une fois, Sir, fais-moi sauter les chevilles de l'âme et... Et parfaitement, je suis capable d'avaler un bouc tout vivant, poils et cornes compris !! Fiche-moi le camp de la cabine, bourge de tartuffe, sacré palot de fils de... fusil de bois ! Tire au large ! » [1] – sauf que le lendemain, l'auteur de Moby Dick rendait l'âme. Les mots durs et percutants de Ross (dont nous n'avons ici qu'une partie car la scène s'est terminée sans témoin) ont peut-être accéléré le trépas du grand homme.

Selon les témoins de son époque, il aurait été plutôt discret, effectuant peu d'apparitions publiques et c'est par le plus grand des hasards qu'on pouvait le rencontrer, ici ou là, ou dans une librairie. Constamment vêtu d'une cape noire et d'un chapeau à large bord, il donnait une image d'un personnage sombre et maudit. Sur son front était gravé le nombre 147 mais impossible de savoir avec certitude où, quand et pourquoi ces chiffres avaient été inscrits sur le haut de son visage. Selon lui, ils correspondaient à son QI mais le sourire qui apparaissait sur son visage lorsqu'on attirait son attention sur ce tatouage indiquait que ce n'était pas le cas.

Mystérieux, surnommé le Crocodile Mécanique, il était doté d'un grand charisme. Il maniait la plume avec une sensibilité et une précision sans précédent.

Ses rimes sont aussi douces et chaudes que son squelette métallique est glacé. Entre métaphysique et surréalisme, le lyrisme puissant de la plume de Ross continue à nous toucher, nous transporter. Truffée de questions existentielles, sa poésie transpire la grande spiritualité qui l'habite. Il a d'ailleurs écrit des Prières pour les âmes enterrées vives.

Manuscrit des
Prières pour les âmes enterrées vives.

(Collection particulière)

On retiendra en particulier l'Hirondelle draconienne et Les animaux qui boivent et nous citerons ici ce qui est à notre avis sens un de ses textes les plus aboutis :

Ode à un chat qui boit

De l'amitié je ne connaissais que toi, avant que tu n'abuses de l'herbe aux chats
Puis tu m'as fait le plan Osiris
Tu es devenu sauvage, tu m'as sauté au visage !
Oh, doux minou égaré par le vin !
De notre amitié, l'alcool a tué le destin
Oh mon minou reprends tes esprits
Minou minou minou minou tel un tigre déconfit
Ton propre pelage tu l'as sali
Je t'ai abandonné au bord de la route.
[2]

-----

Terrence Ross
Masque mortuaire
Musée des Arts avancés
St-Regard-de-Montreul (Var0

-----

- Fiona Darbon Van Maercke – Janvier 2016

----

Notes :

1 - Merci aux Editions Rackham de nous avoir fait parvenir ce témoignage.

2 - Traduction de Corinne Julve pour les éditions Rackham.

- Fiona Darbon Van Maerke - 01-16


Retour, si vous êtes venu par là, à Wladek Kowalski

Sinon voir à : Sushema Amagashi

Ou encore à : Alfonso Gagliano


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru