Fiona Darbon Van Maerke


(c) Marilou Crispin

Philosophe de formation mais littéraire de métier, Madame Fion D'Arbon Van Maerke, est une personnalité fort connue et très active dans les milieux des arts visuels internationaux et de la littérature jeunesse européenne francophone (langue originale et traduction).  

 Elle a dès son plus jeune âge pris part à des études sociologiques de terrain dans le milieu actif underground des amateurs de littératures, films et séries de genre, ce qui lui permit d’être invitée à leur gala caritatif annuel. Ces thés dansants fourmillant de mannequins de costume de joueurs, chanteurs et comédiens, enrichirent considérablement ses expériences culturelles, au même titre que ses infiltrations à but scientifique dans le monde de la lutte simulée en spandex coloré et ses voyages intra-européens et transatlantique.

Chercheuse indépendante, elle s'est beaucoup questionnée sur la place des arts visuels dans la métaphysique de la littérature appliquée et a travaillé intensivement sur la vérité de la fiction dans les récits virtuels de voyage.

Auteur d'un grand nombre d'articles relativement impénétrables pour des revues internationales italiennes, françaises, belges et québécoises, ainsi que quelques communiqués de presse sibyllins pour plusieurs galeries et lieux d'art, encourageant divers artistes internationaux, elle a contribue largement à asseoir la réputation de « Petite Berlin de la Saxe » de la ville de Leipzig.

(Précisions qu'elle a, en 2015, participé à la mise en place d'un lieu d'art dans une ruelle d'Hochelaga, dans le quartier Maisonneuve de Montréal.) 

Elle poursuit présentement des études post-doctorales sur un sujet lié à l'importance de la référence inadaptée et incongrue dans le texte critique d'arts visuels, ainsi que son influence sur les institutions québécoises et européennes,

Sa thèse pré-doctorale sur L’inculture généralisée chez les marchands d’art aujourd'hui : de la pertinence des références bizarres et amusantes dans les textes critiques en art contemporain, ou de la causalité inversement proportionnelle entre la publication d’un texte critique et sa sophistication éprouvée, a déjà fait l'objet de critiques dithyrambiques de la part de ses professeurs et collègues.

Fiona Darbon Van Maerke est présentement adjointe à un des professeurs de la "(Sous) Faculté des lettres, langues et de la communication" de l'Université de Napierville qui étudie la possibilité de la nommer "titulaire exceptionnelle" dans un un autre "département" (à créer), celui de l'"Art, de l'esthétisme​ ​et de la muséologie".

- Uldéric Caseault-Duroy - 01-16

Note de l'éditeur (Janvier 2016) :

On pourra constater la diversité des intérêts de Madame Darbon Van Maerke en consultant les deux pages suivantes :

Terrence Ross

Friedrid Caspar Davitch


Retour, si vous êtes venu par là, à Wladek Kowalski

Sinon voir à : Sushema Amagashi

Ou encore à : Alfonso Gagliano


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru