Gloria Marshall-Wilford

Georges, Frédéric, Handel, Emmanuelle et John-John Wilford)

Née en 1956, Gloria Marshall, première fille de Georges Marshall et petite fille d'd'Alphétus Marshall, fut élevée, comme sa soeur Fatima, chez les soeurs de Saint-Ursule puis au Nouveau Collège Marie de l'Incarnation de Saint-Bruno.

Plus sportive que Fatima, Gloria se lança très vite dans le domaine du saut en longueur, saut en hauteur et saut à la perche, remportant diverses médailles aux jeux de la Rive-Sud, de l'Estrie, des Bois-Francs avant de remporter le championnat du triple-sauts lors de la grande classique "junior" de Napierville-Otterburn-Park en 1968.

La mort de son père, l'année suivante [1], l'affecta beaucoup et, si elle se remit à l'entraînement en 1970 pour remporter d'autres championnats en 1972, 1974 et 1975, c'est de son plein gré qu'elle décida de ne pas participer aux Olympiques de 1976 où, selon les chroniqueurs sportifs de l'époque, elle aurait sans doute raflé plusieurs médailles.

En 1978, on la retrouve à Val-d'Isère (Savoie), professeur de ski, puis c'est le coup de foudre :

Dévalant les pentes avec adresse et art, un jeune homme vêtu d'une combinaison jaune aux armoiries des Usines Wilford, Wilford, Wilford et Queneau [2] et visiblement sûr de lui, attire son regard. - Elle attire le sien et le soir même Paul Wilford III la présenta à ses parents, son frère et ses soeurs.

Dans les semaines qui vont suivre, on les voit à toutes les fêtes et - chaperonnés bien entendu - dans toutes les boîtes à la mode, les restaurants les plus huppés et aux offices religieux.

Deux mois plus tard, c'est la réunion des deux familles dans le Grand Hall d'Honneur de l'Université de Napierville où un bal est donné en leur honneur, le Professeur Marshall s'étant dit ravi de rencontrer des gens aussi charmants.

Le mariage a lieu au printemps de 1980 au milieu d'une foule en joie et d'une centaine de paparazzi venus là pour tous les journaux du monde entier.

Le couple, après leur voyage de noces dans les Caraïbes, décida de s'installer à New York où les affaires de Paul l'attirait et c'est de leur coquet onze pièces et demi sur la cinquième avenue qu'ils ont élèvé, depuis 1981, leurs cinq enfants tout en continuant de fréquenter les membres les plus en vue du jet-set européen :

  • Georges, l'aîné, né en 1981, diplômé du Harvard School of Economics (Colorado), a joint l'entreprise de son père en 2006
  • Frédéric, né en 1982 est entré dans la prêtrise en l'an 2003
  • Handel, né en 1984, spécialiste en botanique poursuit une brillante carrière au Brésil
  • Emmanuelle, née en 1986, dessinatrice (livres pour enfants) est mariée à un critique d'art new-yorkais
  • et John-John, le dernier né (1987), maître de l'escrimeur, poursuit présentement des études en droit à Paris

 

Georges
(à gauche en compagnie
de son secrétaire)

Frédéric Handel Emmanuelle John-John

***

[1]On sait que Georges Marshall-Whittman s'est tué accidentellement en nettoyant son fusil de chasse, à peu près dans les mêmes circonstances que son grand-père, Maurice Théophile Marshall.

[2] Wilford, Wilford, Wilford et Queneau, autrefois Queneau et fils (de Saint-Étienne), le plus grands fabricant d'outillage pour l'industrie lourde et de cintres en aluminium d'Europe.

 

Elizabeth Regina - Sosthène du Cresson - Herméningilde Pérec - George de Napierville (photos) - 09-05


Retour, si vous êtes venu par la, à la descendance d'Éléazar Marshall

Sinon, voir à : Robert Desnos

Ou à : Gauguin


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru