Note relative à la pétition à laquelle
Maurice Théophile Marshall a apposé sa signature le 28 mai 1925

(Communication de Monsieur Thierry Beurey,
Gallardon - archidiocèse de Chartres)

Facsimilé de la pétition (version anglaise)

Au rédacteur en chef du Castor™
Organe officiel de l'UdeNap

24 septembre 2004

Il m'a été donné tout récemment de lire dans vos lignes une biographie de Maurice Théophile Marshall. Permettez-moi deux remarques à ce propos :

Vous nous avez présenté en fin d'article un document intéressant : la photographie d'une pétition, datée du 28 mai 1825, réclamant la venue d'un "maître d'école" dans le village de Napierville accompagnée en bas de page de signatures dont celle de Maurice Théophile Marshall. Il apparaît malheureusement très clairement que ce document est un faux. Je m'explique. Maurice Théophile Marshall, tout comme Léonard de Vinci (Leonardo Da Vinci) écrivait en effet de droite à gauche ; mais si Vinci utilisait ce stratagème pour dérouter les éventuels indiscrets qui eussent pu vouloir s'intéresser de trop près aux notices techniques de ses dessins, Maurice Théophile, quant à lui, pratiqua cette graphie déroutante sans discontinuer à partir de sa méningite cérébro-spinale.

Vous omettez de rappeler, pour finir, que Maurice Théophile Marshall ne portait à son baptême que le prénom de Maurice. Au tout début du XIXème siècle, en effet, eut lieu la tristement célèbre controverse sur la réalité historique d'Adriel de Méhola (Livre des Rois). Deux clans s'opposèrent alors vivement : l'un mené (pour simplifier) par un certain Gaston-Théophobe Lelard, l'autre dans les rangs desquels on compta Maurice Marshall (dont vous soulignez peu les talents oratoires), lequel Maurice fit accoler, pour bien marquer son antipathie aux thèses de Gaston-Théophobe, le beau nom de Théophile à celui que ses parents et la sainte Église lui reconnaissaient jusqu'alors comme seul et unique.

Réponse :

Cher Monsieur,

Vous avez [en rapport avec l'écriture de Maurice Théophile Marshall] évidemment raison mais partiellement. Je m'explique :

S'il est vrai que Maurice Théophile écrivait de droite à gauche, il ne le faisait pas systématiquement. De plus, pendant plusieurs années de sa vie, pour ne pas confondre ses électeurs, il utilisait souvent un miroir devant lequel il rédigeait ses textes un peu à la manière de l'éminent pianiste Rodolphe Leméac qui, comme vous le savez, était gaucher et qui donnait ses concerts devant un miroir pour ne pas confondre, lui, ses auditeurs.

Voilà pour la petite histoire.

Je tiens cependant à vous préciser que l'existence du document auquel nous nous sommes référés nous a été communiqué par une personne de haut savoir qui est archiviste de métier (*) et nous n'avons aucune raison de douter qu'il pourrait s'agir là d'un faux d'autant plus qu'ayant comparé la signature qui s'y trouve avec d'autres écrits de Maurice Théophile, il s'est avéré qu'elle était parfaitement identique.

Ledit document, en passant, peut être consulté en la bibliothèque du Musée McCord, à Montréal (Canada), musée qui s'est toujours fait un point d'honneur de n'avoir en sa possession que des documents et des artifacts dont l'authenticité ne peut être remise en doute (quoique récemment le fait que soit en sa possession le tibia de Louis Riel, enfant, ait été contesté par l'Amicale de ce métis au demeurant fort contesté lui-même).

En ce qui a trait au double prénom de l'ancêtre de notre actuel recteur, il s'agit là d'une remarque fort pertinente d'autant plus qu'elle est appuyée (je vous suis gré de l'avoir vérifié) par nul autre que l'éminent poète belge, Gaston-Théophobe Lelard qui, quoique né au Caraguay, vécut toute sa vie à Aceto.

Obédieusement vôtre,

Herméningilde Pérec
Secrétaire
Université de Napierville

(*) Mademoiselle Audrey Joly (Tourlaville, Bretagne).

 

Elizabeth Regina - Sosthène du Cresson - Herméningilde Pérec - 09-05


>Retour, si vous êtes venu par là, à : La Manic

Sinon voir à : Colette

Ou encore à : Ben Hur (1925)


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru