Georges-Marie-André Marshal (Marchal)

(Première branche cadette des Marshall)

0

Les ambitions littéraires de son père, Victor-Marie Marchal (1803-1886), de même que sa longue maladie ont eu pour effet de ruiner la déjà bien entamée fortune des Marshall de la première branche cadette. Déjà, à partir des années quarante (1840), bien avant l'exil de Victor-Marie et de sa famille en Angleterre, il était évident que la lignée des Marchal s'en allait vers sa perte. Or, c'était ne pas connaître la destinée du premier fils de cet homme qui a voulu être écrivain, le dénommé Georges-Marie-André Marchal, né à Étretat en 1843, éduqué en Angleterre (Clapham Primary School, Hackney Marsh Secondary School et Wormwood Scrubs College) qui, en 1864, débarque en France à bord du Dulwich & Sydenham HMS muni d'un diplôme d'écouteur ou auditor.

Les lecteurs de nos populaires chroniques (Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin et d'Esch-sur-Sûre) savent depuis plusieurs années l'origine de ce mot, écouteur ou auditeur qui remonte au Moyen-Âge au moment où, affligés par de trop nombreux travaux, les rois, ducs, comtes, vicomtes et barons de l'époque n'avaient pas toujours le temps de lire tous les rapports qui leur parvenaient des administrateurs de leurs royaumes, duchés, comtés, vicomtés et baronnies. Ils ne pouvaient pas non plus se rendre sur place tout vérifier et, pour ce faire, ils eurent l'idée de confier cette lourde tâche à des auditeurs (auditors) qui, munis de sceaux, laissez-passer, comptes de dépenses, etc., se rendaient, eux, dans tous les coins et recoins des possessions de leur maître voir, entendre et surtout écouter les rapports des administrateurs locaux. - D'auditeurs, en France, le mot est devenu  vérificateur alors qu'il est resté auditor chez nos cousins insulaires (même si on parle toujours de l'audition de témoins, de cours d'audience et d'auditorium).

Dans le sens qui précède, notre jeune ami, fraîchement débarqué à Calais, aurait pu s'appeler vérificateur mais c'est justement là où on se serait trompé car Georges-Marie-André Marchal n'était pas un vérificateur mais bien un auditor dans le sens étymologique du terme, ayant appris au cours de ses études le dur métier d'écouteur qui consiste à ne jamais interrompre quelqu'un qui parle et à écouter avec attention ses paroles.

Dans un siècle comme le nôtre, ce métier a perdu sa raison d'être mais au XIXe, avec la quantité de parlementaires, de journalistes, d'écrivains et autres parleurs qu'a produits une société qui a pu, en moins de soixante-quinze ans, passer du Consulat à l'Empire, de l'Empire à la Restauration, de la Restauration à la Monarchie (de juillet), de cette monarchie à la Deuxième République, de cette république au Second Empire et de cet empire à la Troisième République, les hommes sachant écouter ont été plutôt rares.

Écouteur, Georges-Marie-André Marchal eut pu faire fortune qu'en se tenant aux côtés des riches et puissants mais il eut, en 1871, une idée géniale : il fonda une entreprise d'écoute dont les employés avaient pour tâche de se tenir le dimanche à la porte des églises et le reste de la semaine dans les cafés, restaurants et autres établissements servant des boissons fermentées (et même distillées) pour ainsi en apprendre "pas mal" (écrit-il dans ses mémoires) sur certains membres bien en vue de la société. Ces informations, il les revendait aux journaux de l'époque moyennant de, souvent, fort jolis cachets qui eurent tôt fait de renflouer les caisses de sa famille.

La restauration des Bourbons en Espagne (1874), l'insurrection de la Bosnie contre la domination ottomane (1875), l'annexion du Transvaal par l'Angleterre (1877), le surnom de "Tonkinois" donné à J. Ferry (1883), la loi Wladeck-Rousseau (1884), la reddition de Geronimo (1886), l'instauration du suffrage universel en Nouvelle-Zélande (1889)... voilà ce qui le rendit non seulement riche mais célèbre.

La fin de sa vie fut entachée par divers scandales où il fut question d'indiscrétions, de chantages et même d'extorsions, ce qui le conduisit au suicide en 1895 mais à partir de 1886, déjà, il avait abandonné la direction de ses affaires à des individus dont le sens moral n'avait pas toujours à la hauteur de ses espérances.

Des tentatives pour restaurer son image furent tentées en 1897 mais la France était, à ce moment-là, occupée par une autre affaire, celle de Dreyfus. Quant à son petit-fil unique, Henri...


Georges-Marie-André Marchal a été marié trois fois et à trois soeurs, filles d'un pasteur huguenot africain, le célèbre Flèche de Toutbois dont la chapelle austère s'élève toujours allée Ben Afnam dans la petite ville de Tamanrasset ou Tamanghasset (Hoggar).

La première, Elléfète, lui donna une fille, Marie qui finit sa vie danseuse au Moulin-Rouge.

La deuxième, Onlacru, mourut en couches.

La troisième, Aimée, longtemps admirée pour sa beauté et ses talents de chanteuse lui donna un fils, Henri Marchal-de-Toutbois, né en 1875 et qui devint l'archéologue que l'on connaît.

 

Elizabeth Regina - Sosthène du Cresson - Herméningilde Pérec - 09-05


Retour si vous êtes venu par là, à la : Branche cadette des Marshall (branche numéro un)

Sinon voir à : Gérard de Nerval

Ou encore : aux descendants d'Éléazar Marshall


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru