Le seul hebdomadaire de la région publié une fois par mois
  

     

Book Reviews - Note de lecture

_______________________________________________________________

Tourisme

Ceux qui me connaissent savent qu'il y a quatre villes au monde qui m'ont intéressé par dessus tout : New York, Chicago, Paris et Londres. En excluant Paris où, je l'ai mentionné récemment, j'ai dû passer, toutes semaines et mois confondus, entre un an et un an et demi, je crois avoir vécu quelque chose comme cinq à six mois à New York, un ou deux à Chicago et peut être six ou sept à Londres. Avoir été multimillionnaire, je ne sais pas si j'aurais eu un appartement dans chacune de ses villes car je tiens toujours à avoir à mes côtés mes "choses" (que George Carlin appelait "my stuff") : mes livres en particulier et, longtemps, parce qu'aujourd'hui, avec un ordinateur, une tablette ou même un téléphone intelligent, ils sont devenus désuets, mes disques, mes films, CD et DVD compris. Je n'aurais eu, quand même aucune difficulté à me déplacer de l'une à l'autre en jet privé du genre Global Express ou DC-10 ; attention quand même : un DC-10 avec, au minimum, deux chambres à coucher. Ben quoi ? Et le confort, qu'est-ce que vous en faites ?

Je ne vous dirai pas pourquoi j'ai adoré (parce que je ne voyage presque plus) ces quatre villes par rapport à, je ne sais pas, moi : Amsterdam, Vienne, San Francisco, Nouvelle-Orléans et plusieurs autres auxquelles je donnerais volontiers quatre et même cinq étoiles. - Je pensais justement à Bruxelles récemment ; et à Savannah ; et à Prague ; et à Berlin... - ; la qualité de leurs musées ? la beauté de leurs parcs ? leurs restaurants, cafés, bars, pubs ? - Qui sait ? Pensez quand même à : un verre de rouge rue Soufflot à Paris, une bière au Bunch of Grapes à Londres, une vodka au Drake Hotel de Chicago, un Martini  chez Jimmy's Corner de New York...

Côté voyage, je voudrais aujourd'hui surtout vous parler de deux guides, mais de deux guides qui ne m'ont jamais servi au cours de mes déplacements. Et quand je dis jamais, je veux dire jamais. Sauf que je les ai consultés et continuent de les consulter fréquemment. Par pur plaisir. - Vous allez comprendre dans deux secondes quand je vous aurai citer un passage de chacun :

"Le voyageur sans prétentions pourra couvrir sa dépense journalière avec 15 à 20 francs ; mais il est très facile de dépenser 50 francs et beaucoup plus par jour..."

"Si l'on descend dans un hôtel distingué, fréquente les théâtres, etc., prend des voitures particulières au lieu des chemins de fer ou des omnibus, on doit s'attendre à dépenser au moins 30 à 40 shillings par jour..."

Pour info : un euro valait 6.6 francs en 1999 tandis que 20 shillings (1 livre) vaut, aujourd'hui 1.36 euro alors que le dollar canadien valait, récemment, entre 0.65 et 0.70 euros.)

Ces deux citations proviennent respectivement du "Manuel du voyageur" de - dois-je le préciser ? - Paris (et ses environs) et Londres (et ses environs) publiés par la firme Karl Baedeker de Leipzig.... en 1907.

                                

En voici les deux pages de titre :

                           

Je ne me souviens plus quand, au juste, j'ai acheté ces deux vade-mecum. Je me souviens que c'était chez Sotheran, rue Sackville, à Londres, au nord de Picadilly, là où j'ai trouvé mon tout premier Ruskin et que c'était au début des années soixante-dix. Leur prix ? Il est toujours indiqué au crayon sur leurs pages de garde : dix livres, chacun. En argent d'aujourd'hui, ils me sont revenus à une fraction d'un cent pour chaque fois que je les ai consultés. Longtemps, en fait, ils m'ont servis de livres de chevet parce que j'étais trop fatigué ou trop paresseux pour lire autre chose.

Mais ce que j'ai pu en apprendre avec eux ce qu'un siècle d'histoire peut faire d'une ville.

Moralité : ne jetez pas vos guides de voyage !

Paul Dubé

Cliquer ICI pour retourner à l'index général