Le seul hebdomadaire de la région publié une fois par mois
  

     

Book Reviews - Note de lecture

_______________________________________________________________

Chris Fletcher - A thousand years

Amongst the recent acquisitions of l'Université de Napierville, a book which is a pure delight :

It's entitled 1000 Years of English Literature, compiled and writen by Chris Fletcher (with Roger Evans, Sally Brown and Jamie Andrews), published by The British Library.

Its content is best descrived by the notices on its jacket :

"This book describes the life and work of over 100 of the best-loved British writers, and reproduces manuscripts in their own hand.It includes such masterpieces of literature as Chaucer's Canterbury Tales, Charlotte Brontë's Jane Eyre, Virginia Woolf's Mrs Dalloway, Mervin Peakes's Gormenghast and Laurie Lee's Cider with Rosie. Whether written on parchment, vellum or paper, whether poems, short stories, notebooks, novels or diaries, these documents provide a unique record of the process of composition. Presented as full-page colour reproductions, they offer a fascinating insights into the world of the writer at work and often reveal major amendments and corrections carried out during the course of writing."

"From the tenth century manuscript of 'Beowull' to the work of such authors as T. S. Eliot, Ted Hughes and Angela Carter, this beautifully illustrared book presents a panorama of more than a thousand years of literature in English through original manuscripts from the British Library's unparalled collections"

Glancing (you don't have to read everything !) through its 224 pages is like reviewing, in a couple of hours, the entire History of English Literature through such authors as Geoffrey Chaucer, Charles d'Orleans, William Shakespeare, John Milton, Jonathan Swift, Samuel Johnson, Jane Austen, Sir Walter Scott, Elizabeth Browning, the Brontë sisters, Charles Dickens, Lewis Carrol, Oscar Wilde, Arthur Conan Doyle, James Joyce, W. H. Auden, Sylvia Plath, Harold Pinter, etc., etc.

The author, Chris Fletcher, is currently the keeper of the special collections at the Boldeian Library and a fellow of Exeter College, having formerly been curator of Literary Manuscripts at the British Library.

Illustrations ? - Here's a page of James Joyce, Ulysses :

Both can be seen on a larger scale in the attached appendix.

If you want more information on the British Library, go to their site :

http://www.bl.uk/

But, while you're at it, try that of the Morgan Library and Museum (New York) celebrating, this year, the 150th anniversary of "Alice in Wonderland" :

http://www.themorgan.org/

And, of course, that of the Bodleian Libray (Oxford) :

http://www.bodleian.ox.ac.uk/bodley

Copernique Marshall

***

Ajout de Simon Popp :

Jeune, j'ai eu un professeur qui ne jurait que par la littérature française. "Il faut, disait-il, admettre qu'au niveau de la langue écrite, le français domine tout ce qui a été publié depuis au moins les cinq derniers siècles et, en conséquence..." - Ayant été éduqué partiellement en anglais, j'ai eu beau lui faire valoir que certains anglophones avaient, quand même, une culture plus générale que celle normalement rattachée à leur langue (surtout du côté britannique), rien à faire. Lui dire qu'Henry James, un Américain, avait écrit des choses admirables sur Balzac, Baudelaire, Flaubert et même Victor Hugo (son étude sur "Les travailleurs de la mer" est une merveille) équivalait à parler à un mal-entendant, aveugle et paralytique. Même traduit, il ne pouvait tolérer qu'un non-francophone puisse écrire sans la sonorité, la phraséologie, les ressources, la profondeur et la merveilleuse syntaxe de la française langue.

Attention tout de même : ce n'était pas un homme bouché à l'émeri ; il était même d'une savanterie à débouter des Professeur Guillemin ou des Bernard Pivot. Sauf que sa culture se limitait à sa langue maternelle.

Avec le recul, je dois lui donner partiellement raison : la littérature anglaise n'a jamais eu la diversité, ne serait-ce qu'en quantité, des écrivains français sauf que,si, aujourd'hui, on me demandait qui fut le plus grand écrivain de tous les temps, ce ne serait ni à Corneille, ni à Racine, ni à Molière, ni à Dante, ni à Cervantès, ni même à Proust, que je penserais, mais à Shakespeare. En deuxième lieu, cependant, je me rabattrais sur les auteurs français tels que Saint-Simon, Verlaine, Voltaire ou Gide... pour en revenir, je l'avoue, irrémédiablement aux James Joyce, John Ruskin, Lewis Caroll, Oscar Wilde de mon adolescence sans oublier, en chemin, Céline, Hugo (ah ! le terrible Hugo !) et Lamartine. - Ce qui démontre que je ne suis pas un fan de Zola ou de Balzac.

Quoiqu'il en soit ou quelle que soit mon opinion, il n'en demeure pas moins que si mon professeur ne jurait que par la française langue, l'english idiom mérite d'être connu et, pour ce faire, j'ai un livre à vous suggérer :

Il a été publié dans la merveilleuse collection "Encyclopaedia Universalis" d'Albin Michel en 1997 et il s'intitule tout simplement "Dictionnaire des littératures de langue anglaise", Préfacé par Yves Berger ce fort volume (plus de 900 pages) a été rédigé par plus de 130 auteurs dont : Marc Chenétier (de La perte de l'Amérique), Robert Ellrodt (traducteur de John Donne, Keats, Shelly...), Henri Fuèce (auteur d'une excellente histoire de l'Irlande) et de plusieurs autres éminents anglicistes.

Non seulement un dictionnaire, mais un livre de références à conserver précieusement sur sa table de travail.

Une seule bémol : le nom de Thomas Paine n'y figure pas !

L'Encyclopédie de La Pléiade (NRF), dans sa série sur l'Histoire des Littératures, Tome II, ancienne (1956-1958) et nouvelle (1968-1978) éditions, n'a pas oublié, quand même, de lui consacrer quelques lignes parmi dans ses 6.000+ pages de ses trois volumes.

Mais, pour un article plus complet, voir le "Dictionnaire des auteurs" [De tous les temps et de tous les pays] publié chez Robert Laffont en 1952, dans la collection Bouquins, volume III, page 604.

Simon Popp

P.-S. : Et vous trouverez une "photo" de Thomas Paine - et quelques ligness - dans Le Grand Larousse Ecyclopédique, volume 8 (1963).

Cliquer ICI pour retourner à l'index général