Emmanuelle

Film de Just Jaeckin (1974) mettant en vedette Sylvia Kristel dans le rôle titre et Alain Cuny dans celui de Mario.

Sylvia Kristel

Ce film a été suivi d'Emmanuelle 2 ou Emmanuelle, l'anti-vierge de Francis Giacobetti (en 1975) avec, cette fois-là, Umberto Orsini dans le rôle de Jean mais aussi, dans le rôle d'une masseuse, une jeune comédienne d'origine indonésienne, Laura Gemser à qui on allait confier la même année le troisième film de la série : Black Emmanuelle, une réalisation de Bitto Albertini et Ambrogio Molteni, puis un quatrième, Emmanuelle à Bangkok, de Joe Damato et enfin un cinquième, Emmanuelle au Japon du même, l'année suivante.

Laura Gemser

Madame Gemser aura, par ailleurs, l'occasion de rejouer sous les ordres du même réalisateur le même rôle trois autres fois en 1977 : dans Emmanuelle en Amérique, Emmanuelle et les derniers  cannibales (mention honorable - Festival du Cinéma de Napierville - 1977) et puis Emmanuelle et les filles de Madame Claude (ce qui ne l'empêcha pas, en 1978 de reprendre le même rôle dans un films de Giuseppe Vari intitulé Soeur Émmanuelle tourné en partie dans un couvent et, en 1982, sous la direction de Bruno Mattei, Emmanuelle en prison).

Mais, parallèlement à ces Gemser, d'autres réalisateurs, avec d'autres comédiennes tournèrent d'autres Emmanuelle :

Citons par exemple :

Le journal d'une Thailandaise de Jean-Marie Pallardy (avec Silvia Castell : si, si : Silvia Castell) ou encore Emmanuelle et Françoise de Jos D'Amato (toujours) avec Rosemarie Lindt et La délicieuse langue d'Emmanuelle de Mauro Ivaldi avec Carmen Villani.

(Ce qui n'empêcha pas non plus Sylvia Krystel de tourner Au revoir Emmanuelle de François Leterrier en 1977)

Et il nous faut passer sous silence toute une série d'autres films basés sur le même prénom : Emmanuelle en Grèce, Emmanuelle au Japon, Emmanuelle en Orient, Emmanuelle sur l'île mystérieuse, Emmanuelle à Tokyo, Les confessions d'Emmanuelle (mieux connu sous le titre de Las Orgías inconfesables de Emmanuelle - réalisation de Jesus Franco - avec Muriel Montossé dans le rôle titre), Emmanuelle la séductrice, Emmanuelle à Soho, Emmanuelle nue, Emmanuelle 4, Emmanuelle à Cannes, Emmanuelle 5, Emmanuelle 6, Emmanuelle à Séoul, Emmanuelle 2000, La dernière aventure d'Emmanuelle, etc., etc

Las Orgías inconfesables de Emmanuelle (Jesus Franco)

Le plus étonnant dans cette histoire d'Emmanuelle c'est que, reprenant le rôle qu'elle avait créé 22 ans auparavant, Madame Sylvia Kristel en compagnie de Georges Lazenby (le "deuxième" James Bond), tourne en 1992 une seconde série d'Emmanuelle en se faisant remplacer pour certaines scènes par des comédiennes plus jeunes : Le parfum d'Emmanuelle et, la même année, La vengeance d'Emmanuelle puis l'année suivante : Emmanuelle au septième ciel (deuxième version), Emmanuelle à Venise, Emmanuelle pour toujours et Un amour d'Emmanuelle.


 

- Texte : Yannick


Retour, si vous êtes venu par là, à : César

Voir également à : Du Mersan et Varin

Ou encore à : Falah Souffer


© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru