«Détenteur» ou «titulaire» ?

Giacomo Marchioro
(1881-1948)
Titulaire adjoint de la chaire de la faculté de séismologie appliquée
(1929-1946)

Note :

Cette page est dédiée aux lexicologues amateurs de la région de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs dans l'Isère (vestiges médiévaux, vieux fer et métaux, église pseudo-romane, cafés internet).

De multiple et nombreux auditeurs faisant partie de la masse si fine et si intelligente de nos lecteurs nous ont fait remarquer, avec une certaine insistance mais toujours en termes fort élogieux et courtois (sauf un) qu'une personne responsable d'une faculté dans une université en était le titulaire et non son détenteur comme cela est souvent mentionné dans nos communiqués, bulletins, illustrés, publications, revues, organes,  journaux (internes et officiels), reportages, interviews, entrefilets, dépêches, commentaires, éditoriaux, billets, chroniques, lettres, adresses, allocutions, discours, communications, déclarations, messages, proclamations, annonces, avis, bulletins, notes, missives, plis, parutions, brochures, livrets de directives, plaquettes, in-plano, in-folio, in-quarto, in-octavo, in-seize, in-trente-deux ; in-six, in-douze, in-dix-huit, in-vingt-quatre, documents officiels et registres de même que dans notre correspondance et  nos diplômes.

Nous avons à ce propos consulté diverses éminences grise [1] avant d'en faire part au responsable de ce site, le Professeur Marshall, recteur de l'UdeNap, lui-même détenteur d'une chaire (celle de la séismologie appliquée) qui s'est toujours défendu d'être titulaire de quoi que ce soit mais qui est reconnu pour la détente qu'il crée autour de lui par sa seule présence.

La réponse à cette épineuse question, nous l'avons retrouvée dans le procès-verbal d'une réunion tenue le cinq mars 1863, le lendemain de l'ouverture officielle de l'UdeNap dans une intervention de notre fondateur, le Grand Marshall, qui disait à ce propos :

«Dans le mot "titulaire", il y a le mot "titre", dans le mot "détenteur", il y a le mot "détente", dois-je ajouter quelque chose d'autre ?»

Les membres assistant à cette réunion auraient pu, comme disait le regretté AAron au pied du Sinaï, en rester là mais il s'est trouvé dans le lot un lexicophile originaire de la région de Saint-Chély-d'Apcher (chef-lieu de canton de la Lozère) ayant fait des études primaires à Montpellier (Languedoc-Roussillon) qui a voulu en avoir le coeur net. Il convoqua pour le surlendemain une deuxième réunion faisant état que le mot «titulaire» datant de 1502 faisait plus moderne que le mot «détenteur» qui lui datait de 1320 et qu'en conséquence...

Le débat fut houleux.

Quelqu'un proposa le mot «boss»... «Encore plus modern», souligna-t-on (le mot venant en effet d'être inséré dans le Petit Marshall) mais il n'eut personne pour le seconder.

Diverses autres appellations furent proposées dont «foreman», «shop stewart», «capitaine» (au longs cours), «maître», «sous-doyen», «commandeur» et «chef» mais... les presses pour les formulaires, les avis, la papeterie étant en marche, le mot «détenteur», pour des raisons économiques qui se transformèrent très vite en raisons historiques, est resté. - Depuis, il est passé à l'usage ; tellement à l'usage qu'un des ex-Premier Ministre du Canada, le très honorable Jean Chrétien l'utilisa fréquemment dans ses discours et que la très célèbre université de San Isidor del Casso (Caraguay) s'apprêterait à modifier ses règlements pour en adopter l'usage.

À noter cependant qu'une version de ce site, pour public averti, version où le mot «détenteur» (avec ou sans majuscule) serait remplacé par le mot «titulaire» est présentement en marche.


[1] Parmi ces éminences, deux femmes dont une, blonde, devait visiblement la couleur de ces cheveux à un récent deuil et une autre qui, par coquetterie, s'était fait teindre les cheveux en brun (sauf les racines)

Texte : Herméningilde Pérec

Retour, si vous êtes venu par là, aux : Temps des verbes 

Sinon, voir à :  Ben-Hur

Ou encore à :  Cuarani


© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru