Aceto, ville d'art

Connue pour ses palloni di neve (voir ci-dessous) et ses heurtoirs (picchiotti), la ville d'Aceto possède également une riche collection de poignées de porte (maniglia) et de butoirs (paraurti) en provenance de la partie septentrionale de l'Italie et de la partie nord du Caraguay. Le Museo di Marhalli s'enorgueillit à cet effet d'une collection de plus de dix milles picchiotti, maniglia et paraurti dont plusieurs uniques au monde.

                                                    

                                                  

Les palloni di neve d'Aceto

On ne saurait visiter la ville d'Aceto sans passer ne serait-ce qu'un moment dans sa rue de Bottega dello Specchialo où toute une série de boutiquiers exposent leurs palloni di neve pour lesquelles la région est si connue.

On ne sait quand exactement ses palloni firent leur apparition. Michel-Ange en possédait, l'on sait, une importante collection qu'on peut admirer aujourd'hui au Vatican et Dante ne manque pas d'en faire référence dans son De vulgari eloquentia. - Elles sont célèbres dans le monde entier.

Une légende veut que ce soit Saint François d'Assise qui en aurait ramené l'idée d'Égypte peu après 1221 mais quelque temps avant d'avoir reçu les stigmates de la Passion (1224) - Voir à Franciscains.

Les premiers palloni di neve (on n'en a conservé aucun) étaient, d'après les peintures et les bas-reliefs de l'époque, de simples bocaux de terre cuite, largement évasés dans lesquels on versait une eau plus ou moins pure où on laissait tremper divers objets qu'il suffisait d'activer au moyen d'une tige (gambo) pour simuler une violente tempête ou un état rapprochant l'idée de ce qu'on se faisait alors d'un naufrage. - On utilisa par la suite des contenants en verre (ou en cristal) qu'on referma, supprimant ainsi l'utilité de la gambo puisqu'il suffisait de brasser énergiquement ces contenants pour que la même illusion se produise.

Vers la fin du XIIIe siècle, un certain Marcello D'Alba, originaire du Piémont, eut l'idée de déposer au fond d'un de ces contenants un bateau miniature et de remplacer les divers objets utilisés jusqu'alors par un composé de bicarbonate de seigle qui donnait non plus l'illusion d'une tempête ou d'un naufrage ordinaires mais d'une véritable avalanche. - Le bateau fut remplacé par des paysages, des maisons, des chevaux (tous miniatures) mais les palloni di neve connurent un véritable essor au XVIIe siècle lorsque, sous le pontificat de Grégoire XV (1621-23), Giacomo Bellini-Marshalli eut l'idée d'y insérer des scènes bibliques à commencer par la destruction de Sodome et Gomorrhe, le déluge, la transfiguration du Christ sur le Mont Tabor, etc., etc. Certains lui reprochèrent de ne pas «faire authentique» (fare autentico) car on mit en doute le fait qu'il puisse neiger lors de l'ascension du Christ mais ces nouveaux objets trouvèrent preneurs dans toute l'Europe où des ateliers de fabrication, pilotés par des Acétins furent créés un peu partout.

Depuis 1946 (18 août), les fabricants de palloni di neve se sont réunis en syndicat membre de la cellule 1458 du Snowdome Makers du puissant International Order of the Italian Teamsters.

On estime à plus de 400 000 la quantité de palloni di neve produits annuellement à Aceto.

Suite


-Texte : Hugo Le Prélat-Cuvillier


Retour, si vous êtes venu par là, à : Aceto

Voir également à : Carole Lemieux

Ou encore à : Sardaigne


© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru