Quelques aspects de la ville d'Aceto

Le site, la ville

Bâtie sur le Flumetti, à la croisée de la Via Sporca et de la route Perugia-Firenze, Aceto est un marché important et un centre industriel actif qui a su conserver de nombreux témoignages de son passé. C'est en outre une cité d'un grand charme, la plupart du temps baignée d'une douce lumière diaphane, presque ambrée, au coeur d'une admirable campagne qui ne laisse jamais les voyageurs indifférents.

Le sanglier acétin
(Symbole de la ville)

Ses habitants se réunissent volontiers sur la Piazale de Marshalli dont un des côtés donne sur Flumetti où s'alignent de nombreuses embarcations prévues uniquement pour le plaisir. On y prend l'apéritif, généralement un verre de vin des environs, tout en savourant des bianchetti, sorte de pâtisseries oblongues aux amandes et au sucre de miel.

Son quartier industriel, en amont, est composé d'îlots ceints de murs de pierre si haut qu'on a souvent l'impression non pas de circuler dans un endroit où des dizaines d'usines sont alignées mais dans un quartier privilégié aux larges rues décorées de borraginacées, de caryophyllacée ou d'apocynacées (en saison).

Aceto, ville fleurie, est une des villes les plus représentatives de la Toscane, cette Toscane aux neuf provinces et aux décors savants et harmonieux. - Grâce aussi à ses écoles, ses places, ses palais, ses églises, ses cloîtres, ses musées, ses bibliothèques et ses pizzerii, elle est devenue au fil des siècles presque aussi célèbre que ses grandes soeurs, Arezzo et Firenze.

Suffit de mentionner pour le visiteur, même pressé, ses nombreuses académies de peinture pariétale, ses écoles de sculpture glyptique (particulièrement novatrices du XIVe au XVIe siècle [1] ), sa Piazale de Marshalli, sa Piazza della Cattedrale, son Palazio de Ricco, di Aceto grosso, de Marshalli... pour que sa visite s'éternise.

Et nous serions négligents de ne pas mentionner sa Chiesa del Santo-Sepolcro e delle Duo Madonne, son Chiostro di Aceto, son Chiostro di Bronzo, sa Biblioteca de Marshall (importante collection de livres d'art), son Museo de Marshalli ou son Pont des désirs, sa Fontaine de poche, son Centre sportif et ses ateliers de fabrication de sculptures médiévales.

Philiberto Marshalli
(1403-1492)

Aceto a le charme bourgeois de son aristocratie, la fierté de ses ouvriers, le sourire de ses banquiers et, de sa Piazale de Marshalli, tout son histoire se cerne dans un seul regard.

A la belle saison, qui va du sept mars au onze octobre, ses restaurants aux parasols multicolores, ses marchés de fleurs et d'oiseaux, ses danseuses exotiques ajoutent cette touche de perpétuel renouveau qui attire chaque année, des visiteurs de plus en plus nombreux.

Suite

[1] Voir pour cela Visconti-Marshall, de Filippolo Marshalli à Giovanni-Arcangelo Marhalli, de Robert Zéchury, PUN, 1954.


 

-Texte : Uldéric Caseault-Duroy


Retour, si vous êtes venu par là, à : Aceto

Sinon voir à : Pessinonte

Ou encore à : Micheline Proulx


© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru