Université de Napierville

Pierre Alexis Ponson du Terrail


Pierre Alexis, vicomte Ponson du Terrail, né à Montmaur (Hautes-Alpes), le 8 juillet 1829, mort à Bordeaux, le 10 janvier 1871 - romancier français : l'un des maîtres du roman-feuilleton.

Destiné par sa famille à la marine mais rebelle à toute forme d'étude, il résolut, vers 1850, de vivre de sa plume (voir à Chronologie du Grand Marshall - même année).

Doué d'une imagination et d'une capacité de travail peu communes, il fut le fournisseur de feuilletons pour toute la presse parisienne pendant plus de vingt ans, allant jusqu'à écrire cinq feuilletons en même temps pour des journaux différents : l'Opinion nationale, la Patrie, Le Moniteur, Le Petit Journal, etc.

Sans aucun collaborateur, il écrivit, bon an mal an, une trentaine de volumes tenant en haleine toute une population qui ne se souciait ni de son style, ni de ses invraisemblances (ses anachronismes sont demeurés fameux).

Son feuilleton le plus connu demeure Les Exploits de Rocambole ou Les Drames de Paris qu'il commença à publier en 1859 et qui furent réunis en volumes en 1884 :

Ces exploits, souvent recommencés sans rapport avec les épisodes précédents, sont aujourd'hui généralement regroupés en huit volumes composés de différents «chapitres» (voir la bibliographie à la fin) :

1. L'Héritage Mystérieux 

auquel est joint

Les Deux Frères (58 épisodes - 61 épisodes dans l'édition reliée -, publiés à l'origine dans La Patrie en 1857)

Cette première partie débute par un prologue dont l'action se déroule en 1812, au cours de la retraite de Russie. On y fait la connaissance du capitaine Armand de Kergaz, un noble de Bretagne qui est assassiné par son aide de camp, Paolo de Felipone.

Quatre ans plus tard, la veuve du capitaine de Kergaz et la mère de son fils, Armand, épouse sans savoir le rôle qu'il a joué dans la mort de son mari, Paola de Felipone de qui elle a un second fils, Andrea.

Paola ayant réussi à éloigner le premier fils, convoite, pour le sien, la fortune des Kergaz 
[*]. La veuve Armand de Kergaz meurt peu de temps après avoir appris la vérité sur son second époux.

[*] Il est beaucoup question d'héritages dans les récits de Ponson du Terrail...

Le récit passe ensuite en 1840, au moment où le premier fils revient au pays réclamer son héritage, exposant du même coup la malhonnêteté de Paolo qui confesse son crime sur son lit de mort. Son fils, Andrea, forcé de s'exiler en Angleterre, juge de se venger.

(Fin de la première partie)

Ayant changé son nom pour celui d'un baron irlandais «
Sir William», Andrea retourne en France en 1843 bien décidé à dérober la fortune que lui a ravie temporairement Armand de Kergaz qui a appris entre temps que la véritable héritière de la fortune familiale est une certaine Hermine, Hermine que rêve d'épouser, justement, un certain baron irlandais...

Derrière ce trio, une autre femme, la belle Baccarat, une courtisane qui ne se gêne pas pour se mêler de l'affaire, hésitant entre Armand et Sir Williams, finissant par trahir le premier pour mieux aider le deuxième.

Et derrière tout cela, un adolescent, un orphelin aux multiples talents dont on ne sait au juste l'origine mais qui est le fils d'une criminelle endurcie, Maman Flipart. Son nom : Rocambole. Il a quatorze ans mais son personnage est si intéressant qu'en l'espace de quelques épisodes, Ponson du Terrail le fait vieillir de deux ans.

À la fin, Armand qui a le meilleur sur son demi-frère (grâce à Rocambole) marie Jeanne de Balder (oubliez Hermine !) et offre son pardon et son amitié à Andrea tandis que Baccarat rentre au couvent.

2. Le Club des Valets de Coeur (105 épisodes, La Patrie, 1858)

Par un tour du destin (et moyennant l'échange d'une forte somme d'argent), Rocambole a changé d'alliance et s'est remis, sous le nom de «Vicomte de Cambohl», au service d'Andrea («Sir William») qui semble avoir accepté l'amitié d'Armand mais qui est de plus en plus décidé de le combattre jusqu'à la fin. Armand, ignorant tout, en a fait son homme de confiance, plus particulièrement pour combattre le Club des Valets de Coeur, une organisation criminelle dont le chef est... «Sir William».

Les plans de Sir William, alias Andrea, sont malheureusement mis à rude épreuve par le retour de Baccarat qui le convainc d'en faire son associée mais qui, en réalité, s'est associée à un comte russe, le comte Stanislas Artoff, pour le perdre.

Fait prisonnier par le comte Artoff, Sir William est défiguré, sa langue arraché et est condamné à vivre avec une tribu d'indiens de l'Amérique du Sud. - D'autres personnages, secondaires, Van Hop, Dai Natha et Cherubin sont tués tandis qu'une certaine Turquoise devient folle.

Deuxième retour du destin pour Rocambole : Armand lui remet, pour ses «services» (sic) la somme de 200 000 francs et le voici quittant la France pour l'Angleterre avec, en poche, le carnet d'adresse de Sir William...

3. Les Exploits de Rocambole (Une fille d'Espagne et La Mort du sauvage) 109 épisodes, La Patrie, 1858-59)

suivi de :

La Revanche de Baccarat (36 épisodes, La Patrie, 1859)

1851 : Rocambole est de retour à Paris sous le nom de Marquis Albert de Chamery. Il s'est métamorphosé en criminel dangereux, prêt à tout pour faire  fortune, motivé que par le pouvoir et l'argent. Il vole, tue sans remords mais avec un sens de l'humour que lui enviera plus tard Arsène Lupin.  Son but immédiat : marier une riche héritière espagnole du nom de Concepcion  de Sallandrera mais entre-temps, il a renoué connaissance avec un certain Sir  William qui voyage depuis quelque temps sous le nom de Walter Bright, un marin anglais  de retour d'Amérique où il a été défiguré (par... des indiens !) et qui devient son mentor et son conseiller. Pour couvrir ses activités et protéger son anonymat, Rocambole, alias Marquis Albert de Chamery, n'hésite pas à tuer sa mère adoptive, Maman Fipart, qu'il étrangle de ses propres mains. Puis, venant à la conclusion que seul Sir William pourrait le dénoncer, il  finit par le tuer, lui aussi, mais ce dernier lui dit en mourant : «Je suis le génie qui a guidé ton étoile. Ton étoile déclinera après mort.»

Et son étoile, en effet, se met à décliner dans la dernière partie de ces «
Exploits» publiée sous le nom de la Revanche de Baccarat. Cette partie se  déroule en 1852, au moment où Baccarat, devenue la comtesse Artoff met  toutes les pièces du puzzle ensemble et finit par conclure que le marquis de  Chamery est en réalité Rocambole. Elle s'allie avec un des ses acolytes  (Zampa), retrouve le vrai marquis de Chamery, emprisonné à Cadix, pour le  marier finalement à Concepcion tout en dénonçant Rocambole à la police.

Arrêté dans son château, Rocambole a le visage brûlé à l'acide et se retrouve  dans la geôle occupé précédemment par le marquis de Chamery puis transféré à  Toulon où il est condamné aux travaux forcés pour le reste de ses jours.

Scène tragique à la fin : la soeur du marquis, Blanche de Chamery, une femme  que Rocambole aimait comme sa propre soeur, maintenant mariée à Fabien  d'Asmolles, se rend au bagne de Toulon mais ne reconnaît pas Rocambole dans  le prisonnier défiguré qu'on lui présente. Et Rocambole de dire : «
J'aurai  enduré toutes ces souffrances pour rien, rien !»

(
Avec la publication de ce roman, Ponson du Terrail est devenu célèbre. Les  ventes de La Patrie où il a été publié ont doublé, triplé sauf que son  héros, Rocambole, n'est pas dans la meilleure des situations. - Fallait faire quelque chose et chose fut faite.)

4a. Les Chevaliers du Clair de Lune qui comprend :

Le Manuscrit du Domino et La Dernière Incarnation de Rocambole (58 épisodes, La Patrie, 1860-61) de même que : 
 

Le Testament de Grain de Sel et Le Château de Belle-Ombre (74 épisodes, La Patrie, 1862)

 

(La «résurrection» de Rocambole allait passer par un roman à la Monte Cristo  intitulé «Les chevaliers du clair de lune» dont l'action allait se dérouler  vers les années 54 ou 55 sauf que Rocambole ne fait pas partie de la première partie de cette série d'épisodes où il est question, encore une fois, d'héritage.)

Quatre hommes, Gontran de Neubourg, Lord Blackstone de Galwy, Arthur de  Chenevières et Albert de Verne décident de joindre leurs forces sous le nom de
«Chevaliers du clair de lune» pour aider une mystérieuse jeune femme que l'on ne connaît d'abord que sous le nom de «Domino» (mais qu'on apprend,  par la suite se nommer Danielle de Main-Hardye) qui a été privée de son héritage suite à l'assassinat de ses parents par un diabolique personnage nommé  Ambroise de Mortefontaine. Apparaissent dans ce récit deux autres personnages  dont le capitaine Charles de Kerdrel, surnommé Grain-de-Sel, un semi-invalide de guerre, et la courtisane Saphir.

Quant à Rocambole, il est toujours défiguré et porte maintenant des verres teintés - verts au cours de certains épisodes, bleus dans d'autres (un déguisement que ne dédaignera pas Arsène lupin dans
«L'Agence Barnett») - et il est devenu  boiteux. S'est-il évadé ? Non : il a été pardonné grâce à l'intervention de Fabien et de Blanche (qui l'ont finalement reconnu). - Financé par Armand de  Kergaz et la comtesse, il utilise maintenant ses multiples talents pour le  bien, tentant de racheter son passé. - Est-il activement à l'oeuvre dans ce  roman ? Pas du tout sauf que... il semblerait que celui qui tire les ficelles  derrière les «Chevaliers du clair de lune» ne serait pas sans rapport avec lui...

Pour ce qui est de Baccarat : pas un mot sur elle durant toutes les 132 épisodes de cette partie des exploits de Rocambole.

4b. La Résurrection de Rocambole composé de :

Le Bagne de Toulon, Antoinette, Saint-Lazare, L'auberge maudite, La maison de fous, Rédemption (Les Orphelines, Madeleine), Rédemption et  La Vengeance de Wasilika (223 épisodes, Le Petit Journal, 1865-66)

(Et puis voilà que Ponson du Terrail, dans ce nouveau roman, repart son récit  à zéro. Sans aucune explication en rapport avec les «Chevaliers du clair de lune». Il en donnera une plus tard mais pour le moment...)

Retour donc à Toulon où, sous le numéro 117, Rocambole purge sa peine.

Il n'est plus (aucune explication la non plus) défiguré et après dix ans
(on en est aux alentours de 1865), il réussit à s'échapper... jurant de faire le  bien plutôt que le mal (voilà une chose qui n'a pas changé). - Il réunit autour de lui deux collaborateurs qui l'appelleront dorénavant «maître» : Milton, un ex-forçat d'une force herculéenne et la très loyale Vanda. - (Un troisième, venu de nulle part, allait se joindre plus tard : Marmouset.)

Première aventure : protéger deux jeunes filles, Antoinette et sa soeur, Madeleine, des griffes de Karle de Morlux et de la Comtessde Wasilika Wasserenoff qui veulent quoi ? Leur héritage, parbleu !

Dans ce récit, Rocambole a adopté l'identité d'un noble russe, le major Avatar qui rencontre à nouveau Baccarat
(la comtesse Artoff) qui, après explications, finit par accepter qu'il est passé du côté de la justice surtout lorsqu'elle le voit consentir au mariage de Madeleine (qu'il aime) à Yvan Potenieff. Elle lui dit alors à l'oreille : «Rédemption !»

Dans un court épilogue intitulé
«La vengeance de Wasilika», Rocambole, qui a mis de l'ordre dans ses affaires, manifeste l'intention de se suicider mais Milon et Vanda réussissent à le convaincre qu'il mérite de vivre et c'est alors qu'il apprend que le fils de Blanche de Chamery (celle qu'il aimait comme une soeur) a été kidnappé. Il finit par le libérer non sans être blessé à mort. Cet épisode se termine par Milon disant «Rocambole est mort !», ce à quoi Vanda répond : «Dieu ne le permettra pas : Rocambole vivra !»

5. Le Dernier Mot de Rocambole composé de :

Les Ravageurs, Les étrangleurs, Le fils de Milady,  Les Millions de la Bohémienne, Le Club des Crevés (prologue), La Belle Jardinière et Le Retour de Rocambole  suivi d'un épilogue, Le bûcher de la veuve (350 épisodes, La Petite Presse, 1866-67)

Guéri (manifestement), Rocambole s'est infiltré, pour en dénoncer les membres, au sein d'une bande de voleurs, les Ravageurs. Il y fait la connaissance, au cours d'un cambriolage, d'un Thugee (voir plus loin) qui cherche à kidnapper des jeunes filles pour les ramener aux Indes où elles serviront la déesse Kali.

Rocambole se rend en Angleterre avec Milon et Vanda et de nombreux membres de la bande des Ravageurs (qui sont passés du côté du bien) pour contrecarrer les plans de ce Thugee bien décidé entre autres à protéger une certaine Bohémienne qui se nomme en réalité Anna Blesingfort  dont l'héritage
(sic) a été volée par sa tante, la maîtresse d'Ali-Remjeh, le chef des Thugees. Rocambole sauve cette Bohémienne ; le gouvernement britannique lui prête un bateau dont il se sert pour capturer Ali-Remjeh et la tante d'Anna. Il pardonne à la tante mais remet Ali-Remjeh à la justice anglaise, Puis il quitte l'Angleterre pour se rendre aux Indes.

Dans la deuxième partie de cette série, des membres d'un club privé  dit «Les Crevés» soupçonnant une femme surnommée «La Belle Jardinière» (qui a la réputation de cultiver des plantes mortelles dans son jardin), se rendent chez elle pour découvrir une statue de cire à l'effigie d'un des leurs, un dénommé Maurevers, disparu dernièrement, Maurevers qui était l'ami de coeur de Turquoise (voir «Le Club des Valets de Coeur») et donc de Rocambole. Cette femme est Roumia, une bohémienne, qui a kidnappé Maurevers parce qu'il avait tué, alors qu'il était associé à Rocambole, son demi-frère, Perdito (qui était aussi son amant) et qui a capturé également Vanda pour se venger de Rocambole.

De retour des Indes, Rocambole, accompagné de Nadir, un membre des Fils de Shiva, ennemis jurés des Thugees, déjoue les plans de Roumia et lui fait comprendre qu'elle doit mener une autre vie. Elle consent à libérer Vanda et Maurevers sauf que...

Alors qu'il était dans les Indes, Rocambole s'est allié au rajah d'Osmanie pour combattre Sir Edward Linton qui, de son côté, a kidnappé le fils du rajah afin d'en retirer une forte rançon, raison pour laquelle Rocambole qui est à sa recherche est de retour en Angleterre. Avec l'aide de Roumia, Milon et Varna, Rocambole réussit à libérer le fils du rajah non sans avoir été dénoncé par Sir Edward à la police de Londres qui est à sa recherche depuis longtemps.

6. La Vérité sur Rocambole (Les misères de Londres) composé de :

La Vérité sur Rocambole (parfois intégré dans la série précédente), La Nourrisseuse d'Enfants, L'Enfant Perdu. Le Moulin sans Eau  (237 épisodes, La Petite Presse, 1867)

(Rocambole en prison ? Oui mais pas pour longtemps. Retour en arrière pour le moment et c'est ici qu'intervient un autre tour de passe-passe de Ponson du Terrail.)

Passant de la troisième à la première personne, il raconte qu'il n'est un simple scribouilleur de romans feuilletons sans trop d'imagination et qu'il s'était mis à écrire les aventures d'un certain personnage dont il n'avait, au début, qu'entendu parler et qu'il avait donc inventé les deux premières parties des aventures de ce personnage sous le nom fictif, il va sans dire, de Rocambole, ces parties où son héros était un esprit du mal, qu'il s'était fait défiguré, etc. et que ce n'est que lorsque le vrai Rocambole était entré en communication avec lui qu'il avait pu, enfin écrire la vérité.

Et la vérité est qu'il venait d'apprendre que Rocambole s'était récemment échappé de prison, à Londres...

7. Les Misères de Londres composé de :

Newgate, Le Cimetière des Suppliciés, Un Drame dans le Southwark, L'Enfer de Mistress Burtin, Les Amours du Limousin, La Captivité du Maître, Le Fou de Bedlam et L'Homme en Gris (122 épisodes, La Petite Presse, 1867-68)

Dans cette nouvelle série, le nom de Rocambole n'est jamais mentionné mais tous les lecteurs familiers avec les séries précédentes le reconnaîtront dans cet «Homme en gris» qui s'est allié avec un prêtre irlandais et un ex-brigand du nom de «Shocking» (parce que c'est son expression favorite). Les trois sont à la recherche d'un riche héritier, Ralph, qui a été élevé dans les bas-fonds de Londres après avoir été enlevé, enfant, sous la directive de Lord Palmure et de sa fille, Miss Ellen, qui se sont appropriés de son héritage (sic) avec l'aide du diabolique révérend Peter Town.

Rocambole - pardon : l'homme en gris - déjouent leur plan mais non sans se faire reprendre. Et, au moment où on l'amène, Miss Ellen réalise qu'elle est tombée amoureuse de lui.

8. Les Démolitions de Paris composé de :

Les Démolitions de Paris et  La Corde du Pendu (112 épisodes, La Petite Presse, 1869-70)

Rocambole est en prison. À Newgate. Miss Ellen, elle, est à Paris, partie à la recherche de ses amis, Vanda, Milon et Marmouset pour l'aider dans son plan pour le faire évader. (Nadir est de retour dans son pays, marié à Roumia.) Mais Lord Palmure a juré de se venger. Son associé, James Wood, a tenté d'enlever Miss Ellen près d'un chantier de construction (d'où le titre des Démolitions de Paris) mais elle a été sauvé in extremis par un ouvrier surnommé «Le Limousin». Woods est défait et Shocking qui a également fait le voyage Londres-Paris se joint à Miss Ellen, Vanda, Milon et Marmouset.

Leur plan pour l'évasion de Rocambole est de construire un tunnel sous la prison sauf que des extrémistes irlandais ont également eu la même idée. Une immense explosion survient au moment où...

Retour en arrière :

En prison Rocambole a fait la connaissance de Tom, un serviteur qui a déjà été à l'emploi de la famille Pemberton. Ce Tom lui raconte comment il en est arrivé à tuer Evandale Pemberton qui avait volé la fortune et le titre du vrai héritier de la famille, son demi-frère William, prisonnier à Bedlam.

À sa sortie de sa prison (l'explosion n'a tué personne), Rocambole, à nouveau réuni avec sa bande décide d'aider William à retrouver sa fortune et son rang mais il doit faire face à nouveau à Peter Town qui travaille maintenant pour Sir Archibald, le beau-père d'Enadale, qui, à son tour, s'est approprié la fortune de William.

Marmouset réussit à faire libérer William. Vanda séduit Sir Archibald. Shocking kidnappe Peter Town mais de nouveaux dangers guettent nos amis sauf que le récit s'arrête ici.

Mort de Rocambole :

En août 1870, la France est dans une situation critique (Napoléon III abdiquera dans un mois) et Ponson, devenu patriote, s'enfuit vers Orléans où avec quelques amis, il décide de faire la guérilla aux envahisseurs. Recherché par les Allemands qui brûlent sa maison, Ponson doit fuit vers Bordeaux où, à l'âge de 42 ans, il meurt de mort naturelle, le 10 janvier 1871 non sans avoir écrit 1484 épisodes d'aventures rocambolesques et quelques autres feuilletons dont : «La duchesse de Montpensier», «La Contessina», «La jeunesse du roi Henri»...

Opinion :

Voici ce que le Dictionnaire des Oeuvres (de tous les temps et de tous les pays) paru chez Laffont (Bouquins - 1968) dit de l'oeuvre de Ponson du Terrail :

«Le contenu  [...] est extrêmement riche et défie toute analyse : associations criminelles, assassinats et vols, vengeances et chantages, séquestrations et substitutions de personnes, usurpations d'héritages, duels, enlèvements, intrigues politiques, double vies, empoisonnements et guérisons mystérieuses, folies provoquées ou simulées, châtiments effroyables, évasions extraordinaires, amours malheureux et fulgurants, héroïsmes, sosies, magnétiseurs, fantômes, femmes fatales et séducteurs, bagnards, innocents, clochards devenus millionnaires, criminels terminant leur carrière en odeur de sainteté, cadavres ressuscitant en temps importuns, etc., tous les motifs et les thèmes, les atmosphères et les problèmes moraux, l'extravagance enfin, auxquels le roman noir et le Romantisme donnèrent droit de cité littéraire ; tous les thèmes aussi qu'avec plus de vérité psychologique et plus de désinvolture le roman policier exploitera plus tard. Néanmoins, Ponson du Terrail a créé là un type d'aventurier qui survit à la lecture de ses oeuvres.»

Anecdote :

Un jour, se considérant mal payé, Ponson du Terrail exigea une augmentation d'un des directeurs de journaux pour qui il écrivait. - Le directeur, trouva la demande de son feuilletoniste exagérée et  décida sur le champ de se passer de ses services. Il fit appel à divers nègres dont la mission serait de poursuivre les récits de l'autre. - Or, dans l'épisode interrompu par la démission de Ponson, le héros, Rocambole, avait eu le malheur d'être enfermé dans un coffre-fort. Comment le sortir de là ? - Le directeur, ses nègres, toute l'équipe du journal ne purent trouver une solution à ce problème. - Ponson du Terrail fut rappelé, on lui donna l'augmentation qu'il exigeait, et le lendemain, la suite du récit débutait :

«Ayant réussi à s'échapper du coffre-fort, Rocambole...»

(Rapporté par Guy Paquin)


Souvent comparé au titulaire de la Chaire de Séismologie de l'Université de Napierville, c'est à ce dernier qu'on doit l'idée qu'un Ponson du Terrail serait bienvenu dans l'élaboration de ce site.

Pierre Alexis Ponson du Terrail a été élu membre (à titre posthume) du Mouvement Littéraire d'Alexandrie en 1987.


Bibliographie :

On peut se procurer la biographie d'Alexis Ponson du Terrail rédigée par E-M Gaillard aux éditions A. Barthélémy (2001) 208 p.

Quant à l'oeuvre de Ponson du Terrail, la dernière édition daterait du milieu de 1963, chez Marabout, en 8 volumes, aujourd'hui épuisés :

  • Tome 1 : L’Héritage mystérieux

  • Tome 2  Les Exploits de Rocambole 

  • Tome 3 : La Revanche de Baccarat

  • Tome 4 : Le Club des valets de coeur

  • Tome 5: Le Bagne de Toulon - Les Orphelines

  • Tome 6: Madeleine - Rédemption - La Vengeance de Wasilika

  • Tome 7: Les Chevaliers du Clair de Lune

  • Tome 8: Le Testament de Grain-de-sel

Robert Laffont (Bouquins) a également publié, en 1992, deux volumes des «Exploits de Rocambole» :

  • Tome 1 : Une fille d’Espagne - La Mort du sauvage - La Revanche de Baccarat

  • Tome 2 : Le Bagne de Toulon - Antoinette - Saint-Lazare - L’Auberge maudite - La Maison de fous - Rédemption - La Vengeance de Wasilika

On trouvera sur le site ebooks (http://www.ebooksgratuits.com/ebooks.php), divers textes de Ponson du Terrail, un mémento bibliographique et un synopsis des aventures de Rocambole dont :

  • Le Dernier Mot de Rocambole - Tome I - Les Étrangleurs

  • Le Dernier Mot de Rocambole - Tome II - Les Millions de la bohémienne

  • Le Dernier Mot de Rocambole - Tome III - Un drame dans l'Inde

  •  Le Dernier Mot de Rocambole - Tome IV - Les Trésors du Rajah

  • Rocambole - Les Misères de Londres - Tome I - La Nourrisseuse d'enfants

  • Rocambole - Les Misères de Londres - Tome II - L'Enfant perdu

  • Rocambole - Les Misères de Londres - Tome III - La Cage aux oiseaux

  • Rocambole - Les Misères de Londres - Tome IV - Les Tribulations de Shoking

  • Rocambole en prison

  • Rocambole - La corde du pendu

  • La baronne trépassée

  • La femme immortelle

  • Le nouveau maître d'école

  • Le forgeron de la Cour-Dieu - Tome I

  • Le forgeron de la Cour-Dieu - Tome II

On retrouvera, par ailleurs, chez Fayard, Garnier et Frères, Complexe Poche, Éditions du Rocher, Prifo et d'autres, divers volumes ou extraits dont certains se disent être «Oeuvres complètes» mais que ne rassemblent que des épisodes plus ou moins chronologiques de certaines parties de certains romans. Ces volumes ont paru entre 1968 et 1997.

Note :

Plus de 150 ans après sa mort, l'oeuvre de Ponson du Terrail n'a pas encore fait l'objet non seulement d'une édition définitive ou même complète mais d'un simple recensement. Éparpillée dans divers journaux, réunie dans des éditions où, apparemment, on a essayé de corriger certaines invraisemblances ou diverses anachronismes, elle a été affublée de titres souvent contradictoires et lorsqu'on entreprend la lecture des aventures de son plus célèbre héros, on se retrouve souvent en train de lire des textes qui n'ont pas été nécessairement écrits dans le même ordre. - Ponson du Terrail attend le Caradec [*] qui effectuera le travail que ce dernier a fait en rapport avec les textes d'Alphonse Allais (Édition La table ronde - 1966 - 3 volumes d'Oeuvres anthumes et 8 volumes d'Oeuvres posthumes). - Son presque contemporain, Eugène Sue, a été plus chanceux même si ses romans-feuilletons furent destinés à un public tout aussi populaire. - Aussi, faut-il considérer et les éditions précitées, et les titres mentionnés ci-dessus, et les résumés des divers épisodes que nous en avons faits comme étant sujets à plusieurs modifications.


[*] François Caradec, écrivain et biographe français né à Quimper en 1924, auteur de biographies de référence de Lautréamont, d'Alfred Jarry, de Raymond Roussel, d'Alphonse Allais, de Willy, de Jane Avril... etc.

 

Retour si vous êtes par là, à : Henry Marshall

Sinon voir à : Warwick

Ou encore à : King Oliver


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru