Université de Napierville

Alida Valli

valli21.JPG (74373 bytes)


Notes biographiques


Alida Maria Altenburger dite Alida Valli. - Comédienne née à Pola en Italie, le 31 mai 1921, sur les bords de l'Adriatique qui ne faisait alors partie de l'Italie que depuis trois ans.

(Dans un message qui nous est récemment parvenu, Monsieur Michael Plass (Berlin) nous faisait remarquer que si Pola s'écrit aujourd'hui Pula et que cette ville fait maintenant partie de la Croatie, Alida Valli s'est toujours considérée italienne allant jusqu'à refuser la citoyenneté honoraire croate qu'on lui a récemment offert en disant : «Vi ringrazio molto ma faccio parte di un altra etnia, sono italiana» ( «Je vous remercie beaucoup mais je suis d'une autre origine ethnique : je suis italienne».)

Fille d'un journaliste autrichien, elle entre, dès 1935, au Centrosperimentale di Cinematografia de Rome et fait ses débuts à quinze ans dans Il cappello a tre punte (Le chapeau à trois pointes) de Mario Camerini.

Toute de suite remarquée, elle gravit peu à peu les échelons et de petits rôles en petits rôles, elle devient rapidement une vedette et  lorsqu'elle tourne Noi vivi ou Addio Kira sous la direction de Goffredo Alessandrini en 1942, elle est une des comédiennes les plus connues et les mieux payées d'Italie. - Ce film cependant failli mettre fin pour la première fois à sa carrière car, refusé par le régime fasciste, il servit de prétexte à Madame Valli pour cesser de tourner dans des films qu'elle trouvait de propagande. Vers la fin de 1943, s'étant attirée les foudres du régime, elle doit disparaître quelque temps. (Ironiquement, sa mère allait être fusillée par les partisans en 1945).

Elle épouse, en 1944, le peintre surréaliste Oscar de Mejo, né en 1911 à Trieste aujourd'hui très apprécié en Amérique pour ses toiles et illustrations mi-naïves et mi-réalistes. Ce mariage allait se terminer quelques années plus tard, après que le couple eut immigré aux États Unis (voir ci-dessous) et qu'Alida ait décidé de retourner en Italie. (Également compositeur, Oscar de Mejo est l'auteur de «All I Want for Christmas is My Two Front Teeth» (sic) ...)

Après la guerre, Alida Valli fait brièvement partie de l'équipe de David O. Selnick qui la fait tourner sous Hitchcock dans The Paradise Case (1947) aux côtés de Gregory Peck, avec Frank Sinatra dans The Miracle of the Bells d'Irving Pichel (1948) et, sous Carol Reed, un film qui fera d'elle une comédienne d'envergure internationale : The Third Man (1949).

Elle tourne ensuite en France, avec Jean Marais, dans un film d'Yves Allégret Les miracles n'ont lieu qu'une fois, en 1950, mais dès l'année suivante, elle est de retour en Italie.

En 1954, elle joue le rôle de la comtesse Serpieri dans Senso de Luchino Visconti à propos duquel le critique Jean-A. Gili écrit : «Son interprétation [y] est sans doute l'un des plus beaux portraits de femme amoureuse du cinéma italien

Tout de suite après le tournage de ce film, un scandale digne de la Dolce Vita - et dans lequel elle est impliquée - met, pour une seconde fois, presque fin à sa carrière mais elle revient sur les plateaux de tournage en 1957 dans Il Grido sous la direction de Michelangelo Antonioni.

Elle tourne ensuite, entre autres plusieurs longs métrages italiens, mais aussi pour Vadim (Les bijoutiers au clair de lune - 1958), Franju (Les yeux sans visage - 1960), Chabrol (Ophélia, 1962), entamant une deuxième ou une troisième carrière qu'elle a poursuivi jusqu'en l'an 2002.

Parallèlement à cette activité, Madame Valli est également montée sur scène à plusieurs reprises pour y jouer Ibsen, Pirandello, Miller, Cocteau, Tchékhov...

Elle est décédée à Rome, peu avant son 85e anniversaire, le 22 avril 2006.


Deux biographies de Madame Alida Valli ont été publiée en 1995 :

«Il romanzo di Alida Valli» par Lorenzo Pellizari et Claudio Valentinetti,  Garzanti Editore, Rome, 385 pages. 

«Alida Valli» par Ernesto G. Laura e Maurizio Porro, Gremese Editore, Milan, 224 pages.

 

Filmographie  -  Album photo

Retour, si vous êtes venu par là, à Alida Valli

Sinon voir à : Festival de Cinéma de Napierville


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru