Université de Napierville

Le Bilboquet

Photo à suivre


Renseignements généraux

Le bilboquet de compétition, tel que défini par la Fédération Internationale des Bilboquétistes Amateurs (FIBA), mesure 28,8 cm de long, pointe non comprise. Son diamètre, à la base, est de 5,6 cm avec un enfoncement ne dépassant pas 1 cm. Son manche peut avoir une épaisseur qui peut varier entre 4,3 et 9,2 cm de diamètre à condition que la plate-forme recevant la pointe ne dépasse pas cette dernière mesure. La pointe, elle, a une forme et une longueur fixe : elle est en forme de cône, mesure 0,5 cm à la base et doit être de 5,3 cm de long.

La forme du bilboquet, en dehors de cette pointe, de cette base et de cette plate-forme, qui doivent nécessairement être en forme de cercle (ou "boule"), peut varier à l'infini. Généralement ronde, on en voit, depuis quelques années, sur les terrains de championnat de la FIBA, épousant de plus en plus la main du bilboquétiste.

Le cordon reliant la boule au bilboquet ne doit pas dépasser 51,6 cm et doit être attaché à moins de 2 cm de la base.

La boule, elle, mesure précisément 7,8 cm et son trou ne doit pas avoir une embouchure dépassant 2 cm.

Les matériaux utilisés peuvent varier. La plupart des grands bilboquétistes de la FIBA utilisent des bilboquets entièrement fabriqués de chêne ou de bois de rosier (la préférence allant au premier) avec des pointes en acier mais ce serait ignorer le grand champion Ernst Müeller (champion de 1931 à 1936) dont le bilboquet et la boule étaient entièrement composés d'aluminium.

En dehors de ces mesures et caractéristiques, le lecteur comprendra que d'autres fédérations ou associations sportives comptant le bilboquet parmi ses activités ont pu, au fil des ans, fixer des critères fort différents. Les japonais, entre autres, tentent depuis plusieurs années de faire adopter des modèles en plastique avec systèmes de délestage tandis que certains adeptes, plus puristes que les autres, tentent de remonter aux règlements datant du Grand Cressance Marshall (1610-1672) dont - la légende veut - le cordon reliant la boule au bilboquet proprement dit aurait été tressé à partir de la chevelure d'une femme, mais notre propos, ici, est de nous en tenir aux règlements de la FIBA qui ne s'est pas encore arrêté (1998) au matériau de ce cordon.

Il est, pour le moment, de nature variée mais de plus, en plus, les joueurs se servent de cordons à base de chanvre de la Nouvelle-Zélande ou "phormion" depuis l'adoption de ce matériau par le Professeur Marshall en 1971.

Précisons quand même que, quelle que soit la fédération ou association à laquelle ils appartiennent, les bilboquétistes ont souvent des bilboqueteurs (ou fabriquant de bilboquets) attitrés et que les deux forment un couple quasi inséparable.

 

Retour à la page principale sur le bilboquet

Voir également à : Chansons roses


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru