Université de Napierville

Le Bilboquet

Photo à suivre


Le  jeu

Essentiellement, le jeu du bilboquet consiste à lancer la balle dans les airs, soit à la main ou au moyen du cordon, et de la rattraper par la base ou encore à l'empaler sur la tige.

(Au départ, les bilboquétistes tiennent le bâtonnet dans une main et la boule dans l'autre.)

De nombreuses variantes existent car, au cours des deux derniers siècles, des bilboquets à trois "bases", à deux ou même trois pointes ont été dessinés où le décompte des points a été modifié pour tenir compte de la position de ces "bases" ou "pointes". - Chez les Inuits, par exemple, l'os de l'omoplate étant teint noir d'un côté, le nombre de points pourra varier en fonction du côté rattrapé par la pointe. - Idem pour ce qui est du nombre de trous dans la balle ou l'os, etc.

Certaines fédérations ou associations sont allées récemment jusqu'à adopter la nomenclature japonaise pour décrire les mouvements reliés à ce sport et à fixer le nombre de points associés avec chacun (Furikens, Chuzaras, Nihons [ou Nihon-Isshu], Ozaras, Hikokis, Tome-ken, Furi-ken et Todai), selon le décompte nippon), tandis que, chez d'autres, les "périodes" ont été limitées à deux de quinze minutes par rapport au jeu classique qui est composé de trois "bilboquis" de dix minutes chacun.

Le nombre de juges peut également varier : neuf dans la plupart des fédérations mais six seulement chez les bilboquétistes du Guatemala tandis qu'il n'y a pas de juge (un arbitre seulement) dans les pays d'origine scandinave.

Ajoutons en terminant que, dans certaines tribus africaines - et jusqu'à tout récemment -, l'adresse du bilboquétiste devait être double car il devait, en même temps qu'il pratiquait son art, raconter une histoire et lorsqu'il avait échappé la balle plus d'une fois, il devait recommencer une nouvelle histoire à chaque fois, le gagnant étant celui dont les histoires avaient le plus intéressé les juges.

 

Retour à la page principale sur le bilboquet

Voir également à Céline Dion


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru