Université de Napierville

Le Bilboquet - Historique

Historique


L'origine du jeu de bilboquet est assez obscure. Certaines sources disent qu'il serait apparu pour la première fois en France, à la fin du XVIe siècle mais les vêtements des plus anciennes gravures montrant des joueurs de bilboquet sont du XVIIe. - Voir à ce propos : J. Slocum & J. Botermans ; "Puzzles Old & New" (Seattle: University of Washington Press, 1992, p.142) - Dans ses Mémoires (1691-1723), Saint-Simon n'en fait aucunement mention mais dans ses Commentaires (1521-1576), Blaise de Montluc fait fréquemment allusion à un jeu qui s'apparente étrangement au pique-balle (nom ancien du bilboquet), que ses soldats pratiquaient lors des sièges et qui aurait été joué dans les armées de France depuis les Croisades.Le mot lui-même a une étymologie contestée :

On dit qu'il serait apparu pour la première fois en français, en 1534, l'année de la première venue de Jacques Cartier au Canada, et qu'il aurait été formé des mots "bille" ("petite boule", 1164 ou encore "bâtonnet", 1176) et "bouquet" (diminutif de "bouque", 1203, ou "boule") mais on retrouve déjà, dans Chaucer (c.1340-1400) le mot bilbo, sorte de tiges servant à immobiliser les pieds de prisonniers et Cervantès (1547-1616) affirme de son côté que les bilbos, épées à pointe et à boule, fabriquées à Bilboa (en pays Basque), auraient existé dès le XIe siècle.

De plus audacieux remontent l'invention du pique-balle aux époques carthaginoises, romaines ou même crétoises et de récentes fouilles effectuées dans la presqu'île du Yucatán ont mis à jour un traité mayan datant de la période classique (250-950 après J.-C.) sur un jeu semblable à la première forme du pique-balle mais où les "balles" auraient été - qu'on nous pardonne de le mentionner - des crânes humains.

Quoiqu'il en soit, cela n'explique pas qu'on retrouve, aujourd'hui, des bilboquets dans à peu près tous les pays et toutes les régions du monde, y compris celle du Grand Nord où les Inuits les fabriquent depuis fort longtemps avec des défenses et des omoplates de morses.

Bibliographie :

  • L'Histoire du bilboquet, du pique-boule au bilboquet professionnel - Olaf de Huygens-Tremblay, Presses de l'Université de Napierville (1984) - en réimpression.
  • Mémoires (1691-1723) - Saint-Simon - Éditions Ramsey (1978)
  • Commentaires (1521-1576) - Blaise de Montluc - Éditions Gallimard (La Pléiade) (1964)
  • Don Quichotte de la Manche - Miguel de Cervantes Saavedra - Éditions du Jour et de la Nuit (1972)
  • Interview - Euclide Marshall - La Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin-et-d'Esch-sur-Sûre - Novembre 1992, pages 29 à 36.
  • Bilboquet et pique-boule, vestiges historiques - Raymond du Troc (Malmaison, 1984)
  • Jean Le Rond d'Alembert - Sur les possibilités mathématiques du Bilboquet (1781)
  • Le Dictionnaire Encyclopédique Marshall - Édition courante - Presses de l'Université de Napierville
 

Retour à la page principale sur le bilboquet

Voir également à : Hécatombe


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru