Université de Napierville

Interview exclusif


de Sir Philémon Vatfair III à l'occasion de l'ouverture

de l'usine de Krashma de la Vatfair-Fair and Co.

(Saint-Jérôme, Québec)

(Voir à la Vatfair-Fair and Co. et à Krashma)


Le Castor : Sir Philémon, pourquoi Saint-Jérôme ?

Sir Vatfair III : Pour le bien-être de nos employés et pour le bien-être de la population en général. Nous, du Groupe Vatfair-Fair, avons toujours été soucieux de donner à nos employés un environnement sain, exceptionnel même, et la ville de Saint-Jérôme, avec son parc industriel, ses centres commerciaux et son boulevard Labelle - que d'aucuns considèrent comme l'équivalent du boulevard Taschereau sur la rive sud de Montréal - nous a semblé, à cet égard, être l'endroit idéal pour y installer notre nouvelle usine.

Le Castor : Des subventions ?

Sir Vatfair III : Oui et non. Les avantages habituels mais ce n'est pas ce qui a guidé notre choix. D'ailleurs, vous savez comme moi que le Groupe Vatfair-Fair est autosuffisant depuis des années grâce, entre autres, à ses usines de recyclage de confettis et à ses comptoirs coloniaux. Non : les subventions n'ont été qu'un des multiples facteurs qui ont orienté notre décision. Le corps policier en a été un autre. Le service des incendies également et tous les organismes de loisir dont la ville de Saint-Jérôme peut s'enorgueillir.

Le Castor : Et la main-d'oeuvre locale ?

Sir Vatfair III : Exceptionnelle. Nous comptons y recruter non seulement nos ouvriers mais tout notre personnel de soutien et même nos ingénieurs et têtes dirigeantes. Vatfair-Fair and Co. croit en la main-d'oeuvre locale. C'est ainsi que nous avons confié la direction de cette nouvelle usine à des Jérômois [*] d'origine, les frères Chouinart (Pierre, Claude et Jean-Pierre), déjà bien connus dans la région.

[*] Et non Gérontois comme on l'entend trop souvent.

Le Castor : Production annuelle ?

Sir Vatfair III : Quelques mégatonnes pour commencer. De quoi remplir les contrats que nous avons déjà signés avec l'industrie du meuble mais d'ici un an, nous comptons doubler et même tripler cette production pour tenir compte des commandes qui affluent déjà dans le domaine de l'électronique, celui de l'automobile et celui de l'aluminerie. - Nous comptons, à cet égard, continuer nos opérations dans le Var qui alimentent présentement la ville d'Aceto pour la production de ses palloni.

Le Castor : Déchets toxiques ?

Sir Vatfair III : Une préoccupation constante chez Vatfair-Fair & Co. - Quelques tonnes de résidus de plomb, de cuivre et de bromure de césium que nous rejetterons temporairement dans les égouts de la ville ou la rivière du Nord mais ce ne sera que de courte durée : trois ou quatre ans tout au plus, le temps de trouver une solution permanente à ce problème. - Il faut se rappeler quand même que la majeure partie des déchets toxiques dans la fabrication du Krashma sont comestibles.

Le Castor : Comestibles ?

Sir Vatfair III : Oui, comestibles. C'est d'ailleurs un des avantages du nouveau procédé en galvanoplastie : mélangés à une certaine quantité d'huile de soja, les bicarbonates de plastinons qui se dégagent de la phase trois de notre procédé de fabrication peuvent facilement remplacer le tofu dans toutes recettes végétariennes et même être servis en plat d'accompagnement à la place de l'omniprésent hummus. Nous avons prévu à cet effet la distribution de ces bicarbonates en offrant à nos éventuels clients des conditions exceptionnelles : jusqu'à 50% de rabais, aucun paiement avant 2010, aucun intérêt, livraison gratuite dans un rayon de 350 kilomètres, etc., etc.

Le Castor : Sir Vatfair III, je vous remercie.

Sir Vatfair III : C'est moi qui vous remercie.


Tofu ou déchets toxiques ?


Retour, si vous êtes venu par là, à : notre annuaire téléphonique

Ou encore à : notre dictionnaire, la lettre «F»

 


Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Herméningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son Éminence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru