Université de.
Napierville
..

 


La mort du pape



Un film des frres Ethan et Joel Kohen (2002)


la fin des annes soixante, un cardinal ambitieux dcide de faire assassiner le pape et de lui substituer un sosie en la personne de son beau-frre, un peintre en btiment la retraite mais qui n'est pas tout fait atteint de snilit.

Le thme du sosie nous a donn, au cinma, de dlirantes comdies et on peut se demander, avant d'avoir vu La mort du pape  pourquoi les frres Kohen ont dcid de le reprendre dans leur onzime film, eux dont les scnarios sont toujours issus d'un fait divers qu'ils transcendent par diverses complications. - Ici, c'est dans un style purement classique qu'ils ont crit leur scnario o le spectateur assiste des scnes dont il peut deviner le droulement ds le premier instant. - Une comdie vite bcle ? - C'est ne pas connatre Ethan et Joel :

D'abord, il y a les personnages. Toujours les mmes visages : John Thurturo, Steve Bushemi, John Goodmen, Michael Baladucco et... Frances McDormend, toujours mconnaissables, avec, dans le rle du 'beauf, Tony Saloub, le clbre dtective Monk de la rcente srie tlvise. - Vient ensuite le dcors. Habitus, comme nous le sommes, aux dcors ralistes des frres Kohen, nous voici plongs, dans cette histoire, dans ce qui apparat clairement comme les parties non explores, c'est--dire jamais entretenues du Vatican. (Vous savez ce qu'il en cote, juste pour une paire de mules ?, dit un conseiller  au pape qui lui demande pourquoi on ne repeint pas les lieux). C'est une suite de pices dlabres o tranent des pots de peintures, des chelles, de vieux meubles (la scne o Goodmen et Saloub tentent de remettre une chaise bancale plomb est hilarante) et o circulent des prlats plus soucieux de leurs costumes que de leur langage. - Et finalement, il y a ces dialogues o le pape pose et repose toujours les mmes questions propos de son petit djeuner.

Dans ce contexte, on oublie parfois l'action mais c'est l le tour de force de ce film ; le pape ayant t assassin ds les premires minutes, on peut s'attendre de multiples quiproquos, des erreurs de la part du nouveau pape mais non : tout baigne dans une bureaucratie et des procdures  protocolaires o rien ne peut vraiment se passer et c'est cet atmosphre que l'ambitieux cardinal (peut-on imaginer moins ambitieux que Steve Bushemi ?) se retrouve dans la mme situation qu'au dbut.

Un rebondissement, un seul, la fin, qu'il serait bien malheureux de dvoiler car c'est en lui que tout le but du film finit par s'taler et o la machination des frres Kohen clate dans toute sa splendeur.

Notre scne favorite : celle o le pape (Goodmen) demande son principal conseiller (Turturo) si le fait de flirter avec la soeur Agns (Frances McDormend) peut affecter son infaillibilit.

voir et revoir mais attention, hein : c'est du pur Kohen et a peut drouter.


PG - 120 m. - en couleurs


Retour nos critiques

Voir galement : Festival du cinma de Napierville

Ou encore : Agneau pascal



Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associs - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dub - Hermningilde Prec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son minence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de mme que la Bijouterie Petiot-Landru