Université de.
Napierville
..

 


Der Blaue Engel


(L'Ange bleu)

un film de Josef von Sternberg (1930)


 


Emil Jannings


Marlene Dietrich


Kurt Gerron

En programme double avec le Theresienstadt de Kurt Gerron, ce film qui a propuls Marlene Dietrich au rang des vedettes internationales met en vedette Emil Jannings (dans le rle du Professeur Unrat) et Kurt Gerron dans un rle de soutien o, force nous est de constater de nos jours que ce dernier crevait beaucoup plus l'cran que les deux autres.

Quoique encore jeune, selon les standards actuels (il n'a que 46 ans lorsque ce film est tourn) Emil Jannings a dj ses plus beaux rles derrire lui : celui du mari tromp dans Varits de Ewald Andr Dupont (1925) et celui du portier dans Der Letzte Mann de F.W. Murnau (1924). - Il a mme reu l'Oscar du meilleur comdien pour son rle d'August Schilling dans The way to All Flesh de Victor Flemming (1927), un film don il n'existe plus de copie. - On parle encore de lui en rapport avec diverses prestations dans divers films dj sur le point d'tre oublis o il interprte Mefisto, Othello, Pierre le Grand, Louis XV, Henri VIII, Nron, etc. - Son accent germanique, la venue du film sonore, le force abandonner une carrire internationale et c'est dans ce Blaue Angel qu'il refait surface. - C'est alors une grande vedette mais le manirisme du cinma muet le rattrape. - On aura beau faire, beau dire, Emil Jannings n'est pas excellent dans ce film, un des derniers qu'il tournera avant de se faire l'aptre du systme Nazi.

Marlene Dietrich, trs mal photographie (le poster qu'on tirera d'elle dans son costume de scne est affreux), n'y excelle pas non plus. On a peine croire qu'elle a, ce moment l, dix-huit films derrire elle, dix-huit films dont aucun ne mrite l'attention. Mais la mme anne, elle tourne dans Morocco de Sternberg et la voil grande vedette. - Grande vedette, oui, mais combien de temps faudra-t-il attendre avant qu'elle ne soit la Christine Helm Vole dans Witness for Prosecution de Billy Wilder (1957) ou la Tanya dans Touch of Evil d'Orson Welles ? - Il y a la voix : grande diseuse que cette Marlene Dietrich.

Et puis, finalement, il y a cette histoire sordide, choquante, sans doute, ce moment-l, de ce professeur qui perd la tte pour une femme pas plus intressante qu'une 'autre. - On n'en a vu bien d'autres depuis et le traitement, ici, par Sternberg n'est pas exceptionnel. - Bien sr, avec les moyens de l'poque, on faisait ce qu'on pouvait mais ces portes minces comme des feuilles de papier qui s'ouvrent et qui se referment laissant tout coup entrer la musique du spectacle qui se droule en arrire-plan ou la faisant disparatre compltement finissent par agacer.

Non pour tout ce qui prcde mais pour voir Kurt Gerron dans le rle du magicien, pour voir la prestation de cet immense comdien (et ralisateur) dont la plupart des films sont aujourd'hui oublis, il faut revoir ce Blaue Engel. - Il n'y chante malheureusement pas mais pour cela, il y a les disques... - On sait sa triste fin ( Auschwitz, deux jours avant qu'on ne ferme tout jamais les fours crmatoires  et le film qu'il a t oblig de tourner pour les nazis au camp de Theresienstadt. - vitons de penser tout cela lorsqu'il apparat l'cran et ne faisons que constater son immense talent.


Retour : Festival du cinma de Napierville

Ou encore, voir : Michel-Ange
 



Pour les dernières nouvelles concernant l'UdeNap :

Voir : Le Castor™ - L'organe officiel de l'UdeNap (édition courante)

(c) - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec, Canada J0J 1L0


Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associs - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dub - Hermningilde Prec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son minence) - Inferna Mieli (Ms) et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de mme que la Bijouterie Petiot-Landru