Alphétus Marshall, une chronologie

Alphétus Marshall en 1967

Âge Année Faits
1900 Naissance, à Napierville, le 11 janvier 1900, d'Alphétus Marshall, fils de Sosthène, Wladimir, Jacinthe, Lorencazio, Tony Marshall et d'Antonine Artaud, des Artaud de la Ferraille. - Baptême le surlendemain sur les fonds baptismaux de la paroisse du Saint-Sépulcre et des Deux Vierges par le curé Philippe Bontemps, fils. - Son parrain est Philémon Vatfair II (des usines Vatfair-Fair and Co.),  marguillier de la dite paroisse, et sa marraine, Alice Caseault des Caseault de Montmagny.
7 ans 1907 Premier prix de sculpture (pâte à modeler) - École primaire de Napierville
8 ans 1908 Crée la courtepointe unicolore, sans couture. - Passe ses vacances en Europe en compagnie de son père. - Y fait la rencontre de Charles le Goffic et du poète Auguste Dorchain.
9 ans 1909 Premier prix de l'Association des Artistes-Peintres de Châteauguay pour sa peinture "Petits bateaux en papier" - huile sur toile de Jouy
10 ans 1910 Mort de son père. - À partir de ce moment-là, le jeune Alphétus portera toute son affection sur sa mère qu'il ne laissera presque jamais seule jusqu'à son décès.
13 ans 1913 Noviciat chez les Frères des Écoles Chrétiennes. - Il y fera également  une partie de son juvénat mais, en 1917, suite à une grave crise de foi, il retourne auprès de sa mère sauf pour ses deux ans de "service militaire" (qu'il passera dans la marine marchande)
14 ans 1914 À partir de vieilles soutanes, il invente le parachute ouvrant à l'impact dans ce qu'il appelait alors "son effort de guerre".
18 ans 1918 Entreprend des études de droit, d'ingénierie, d'art pictural, de décoration intérieure et de haute couture d'abord chez Madame Malmaison de Saint-Rémi  puis à l'Université de Napierville où il y est reçu en tant que boursier de l'Association des Petites Mains de Beauharnois.
19 ans 1919 Pour la Fanfare Secrète de Napierville dont il membre, il met au point un nouvel instrument,  le «Marshall-o-Phone» (à soupapes).
20 ans 1920 Rencontre Julien Green à Savannah lors de vacances chez des cousins de sa mère
21 ans 1921 Fonde à Beauharnois une manufacture de tapisseries médiévales qui deviendra, en 1926 propriété du Groupe Vatfair-Fair (14 novembre)
22 ans 1922 Voyage aux États-Unis en compagnie de sa mère et d'un ami, Georges. - Rencontre à Hollywood  Erich von Stroheim qui le surnomme "Marshie".
23 ans 1923 De passage à Chicago, il s'intéresse à la musique noire et aux jeunes musiciens de jazz. - Rencontre Louis Armstrong mais se lie également d'amitié avec des ouvriers de l'usine Ford dont un certain Bardamou. - Lectures de Loti, Gide et de Jouhandeau.
24 ans 1924 Diplômé cum magni soliti de l'Université de Napierville.- Attiré par l'uniforme, il se joint à la marine marchande suisse pour un terme de deux ans (il n'en fera qu'un). - Parcourt le monde, y compris la Thaïlande et le Sénégal. - Explosion de son laboratoire.
25 ans 1925 Professeur d'art plastique à l'Université de Napierville où il attire une forte clientèle de marins et de stylistes.
26 ans 1926 Retour à Napierville où, avec sa mère, il s'occupe de différents travaux de couture et de décoration intérieure - Rencontre, à New York, Bix Beiderbecke, un jeune cornettiste qui l'intéresse au baseball.
27 ans 1927 Séjour  avec sa mère à Paris, Venise et Londres. Se lie d'amitié avec les couturiers, décorateurs et ensembliers de l'époque. - Renoue son amitié avec Julien Green qui le présente à son ami André Gide.
28 ans 1928 Rencontre Salvator Dali sur le plateau du "Chien andalou"
29 ans 1929 Se lie d'amitié avec George Balanchine et Serge Lifar - Écrit une monographie sur Virgile et les Bucoliques. - Fonde la troupe théâtrale du Grand Marshall.
30 ans 1930 Épouse, avec l'approbation de Madame Veuve Marshall, Marie Ophélie Whitman, richissime héritière de la fortune de Max Whitman, un des inventeurs de l'oeillet pour lacets de souliers.
31 ans 1931 Naissance, le 14 janvier de son premier fils, Georges Marshall-Whitman
32 ans 1932 Rencontre Pierre Gaxotte, Reynaldo Hahn, Jean Cocteau, Jean Marais, etc.
33 ans 1933 Voyage à Paris et sur la Côte d'Azur avec sa mère. - Naissance de son deuxième fils, Euclide qui deviendra plus tard "le Professeur".
34 ans 1934 Création de l'Association des Philologues Amateurs de Charenton-Écoles. - Fait la connaissance et se lie d'amitié avec Charles Trenet et Ernst Rohm mais n'apprécie guère la vulgarité de ce dernier pour qui il dessine quand même quelques chemises.
35 ans 1935
Naissance de sa première fille, France (21 octobre)
36 ans 1936 Mort de sa mère, Madame Marshall. - "Toute la raison que j'avais de vivre est morte avec elle", écrit-il dans son journal. - Profond abattement. - Puis, il reprend son métier de décorateur.
37 ans 1937 Décore divers appartements à Paris et à Londres dont celui du Docteur Petiot. - "En blanc austère", dit-il pour refléter sa joie de vivre et son intensité.
38 ans 1938 Rencontre Montherlant.
39 ans 1939 Réformé en raison de sa notoriété publique, il se dévoue à la création d'ateliers de couture dans le Grand Québec, notamment en Abitibi et dans le Témiscamingue. - Voyage, à l'automne, en compagnie d'un ami, au Mexique. - Naissance de sa deuxième fille, Monique
40 ans 1940 Début d'une longue correspondance avec Tennessee Williams
42 ans 1942 Se retrouve à Oran (en Algérie) dans des circonstances qu'on n'a pas pu, jusqu'à ce jour, éclaircir. - Publie "Le mythe décisif".
43 ans 1943 1943-1944 : voyage avec son jeune fils, Euclide, aux USA (Middle et Far West puis en Californie)
45 ans 1945 A Saint-Germain-des-Prés. - Y fait la connaissance de Sartre et de Beauvoir, de "Jujube", de Jean Genet,  Boris Vian, etc. de même qu'une joyeuse bande de fêtards qui lui rappellent, écrit-il, "ses années qui passent" (Journal - inédit)
46 ans 1946 Travaille aux ateliers Dior qu'il quitte suite à une violente altercation sur la forme d'un tailleur.
47 ans 1947 Voyage à New York où il rencontre Jack Kerouak et Jackson Pollock qu'il trouve très virils, "sans doute un peu trop", confie-t-il à une amie
48 ans 1948 Publie son "Refus local" (3 février). - Voyage à Vienne où il fait la rencontre d'Orson Welles et de Carol Reed. - Entraîne le premier dans un café où se produit tous les soirs un certain Anton Karas
49 ans 1949 Rend visite à son ami Louis Jouvet dans son Théâtre de l'Athénée. - Renoue connaissance avec Gide qui s'apprête à monter "Les caves du Vatican".
50 ans 1950 De retour au Canada, il passe ses vacances dans la grande région de Pointe-Calumet où il a loué un chalet, près d'un cousin dont il dit, de ses enfants adolescents, qu'ils ont "la flamme qui tue".
51 ans 1951 De 1951 à 1954 : intense activité à l'Université de Napierville où il est partout. - Ce va-et-vient coïncide avec une profonde crise intérieure où, se confiant à ses plus jeunes élèves, il se dit "las de toutes ces recherches quand tout semble résider dans la santé, la joie et  le plein air."
55 ans 1955 S'étant lié d'amitié avec un jeune danseur de la troupe de Madame Chiriaeff, il s'intéresse de plus en plus à l'art de la danse. - En septembre, il assiste à la première des Ballets Chiriaeff qui allaient devenir, deux ans plus tard, les Grands Ballets Canadiens. - Il y soumet plusieurs décors jugés malheureusement trop audacieux (pour l'époque).
56 ans 1956
Collabore à la création, à la première et la dernière des Grands Ballets de Napierville.
57 ans 1957
Voyage à nouveau vers New York où il visite le Metropolitan Museum, le Modern Museum of Art et d'où il revient, désenchanté, plein de projets qui n'aboutissent pas.
58 ans 1958
Année sabbatique.
59 ans 1959 Venu spécialement à Montréal pour appuyer ses amis éclairagistes, membres du même syndicat que celui des réalisateurs (de Radio-Canada) qui sont alors en grève, il y fait accidentellement,  la  rencontre dans les couloirs du deuxième étage, d'un aspirant designer du nom de René X. Photo, dont les récents travaux sont à l'opposé de tout ce qu'il a prêché depuis plus de trente ans. - L'oeuvre de ce jeune designer est en effet introverti, non-exhibitionniste, à peine souligné de signes filiformes et étrangement épurés.- René X. ne revendique rien : il cherche tout simplement à exprimer avec la plus grande justesse et la plus grande intégrité possible sa vision personnelle du beau en s'appliquant à démontrer les rapports sensibles entre le temps, le volume et l'espace. - C'est le coup de foudre. - Les deux deviendront inséparables.
60 ans 1960 Il offre sa démission de son poste de professeur d'ergonomie et de mécanique céleste aux membres du conseil de l'Université de Napierville. - Elle est immédiatement acceptée. - Dans son discours d'adieu, il souligne les efforts de sa famille dans la création et la continuité de cet établissement mais "toute chose a une fin, dit-il, et il est grandement temps que je me consacre  le reste de ma vie à la poursuite de ce que chaque homme digne de ce nom aspire : le beau." - Il quitte, avec René X. pour la Grèce, où il est bien décidé de renouer avec "le passé de son humanité".
61 ans 1961 Alphétus et René X. sont à Venise, sur la Côte d'Azur, puis à Paris en compagnie de Pierre Berge, Victoire Thérond, Gabrielle Buchère et Yves Saint-Laurent.
62 ans 1962 Vacances à Guernesey. - Étude des nus de Raphaël. Publication d'un in quarto de luxe avec photos de René X. dont la réputation s'étend maintenant au-delà de la Manche.
63 ans 1963 En Afrique pour y étudier sur place les différentes formes de la représentation de la fertilité dans la sculpture dite "primitive".
64 ans 1964 À Los Angeles, pour recevoir un doctorat honorifique de la Californian Institute of Applied Arts. - Y fait la rencontre de Rowan Hopkins, né au Québec. - A Londres où un vernissage des oeuvres récentes de René X. font la une de tous les magazines spécialisés puis voyage en Écosse et dans le Lake Region.
65 ans 1965 Début de ses problèmes de santé. - Fait une cure à Baden-Baden où il entreprend, après quelques semaines de repos, la rédaction de : "La représentation picturale du berger dans l'art gréco-romain." - Les dessins sont de René X. - Le livre est interdit de publication en Scandinavie.
66 ans 1966 Passe l'été à Londres, dans le quartier Chelsea, non loin d'un town house ayant appartenu à Oscar Wilde. - Y rédige des notes sur les Panathénés qui se trouvent au British Museum. - "Mon esprit reste jeune, écrit-il à son fils, mais le corps ne suit plus. Heureusement que René a d'autres objets de découverte que ce peu de mon cerveau que je peux lui transmettre."
67 ans 1967 Violentes disputes entre René X. et lui, René à qui il reproche de trop s'intéresser à la musique populaire d'alors. - Il retourne seul, chez les siens, à Napierville, mais continue de faire de fréquents voyages à New York où son protégé a ouvert une galerie d'art pour hommes, dans le quartier Soho.
68 ans 1968 Ses ennuis de santé se font de plus en plus fréquents. - "Abattement, manque d'appétence, lassitude", écrit-il dans son journal.
69 ans 1969 Accident cardio-vasculaire le 20 février. - Sa convalescence est longue. - Il reste muré dans sa chambre où il  passe la majeure partie de ses journées au lit, à écrire ou dessiner. - René étant venu lui rendre visite, il insiste pour l'accompagner, à la fin de septembre, à une soirée où ce dernier doit rencontrer de jeunes peintres. - Le dix-sept novembre, quelques semaines avant son soixante-dixième anniversaire, il a un deuxième accident dans les escaliers du «Tropicana», rue Peel, à Montréal, et meurt sans avoir repris connaissance dans la nuit du vingt au vingt-et-un.

Retour, si vous êtes venu par là, à : Alphetus Marshall

Sinon, voir à : Grégoire de Nysse

Ou encore à : Ignacia Aphérèse


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru