Le seul hebdomadaire de la région publiée une fois par mois

Numéro hors-série

             


Marcel Proust

À la recherche du Temps perdu

Notes et commentaires

Copernique Marshall et Paul Dubé

Deuxième série

_______________________________________________________________________________________________________________________________________

Liens :

Pour l'avant-propos relatif à cette série d'essais sur proust, cliquez ICI.

Pour lire la première série, cliquez ICI.

Pour retourner à l'édition courante du Castor, cliquez ICI.

_______________________________________________________________________________________________________________________________________

Deuxième série - Le lundi 2 octobre 2017 :

II-1 - Que lire de Proust ? 

II-2 - Que lire sur Proust ?

II-3 - LE livre sur Proust

   Appendices :

(Ces appendices sont publiés dans des pages séparées.)

II-a - Léon Pierre-Quint - Marcel Proust, sa vie, son oeuvre - Édition du Sagittaire - Préface de 1925

II-b - Léon Pierre-Quint - Marcel Proust, sa vie, son oeuvre - Édition du Sagittaire - Préface de 1928

II-c - Léon Pierre-Quint - Marcel Proust, sa vie, son oeuvre - Édition du Sagittaire - Préface de 1936

_______________________________________________________________________________________________________________________________________

II - 1 - Que lire de Proust

Avant de répondre à cette question, il serait peut-être utile de se demander ce que Proust aurait voulu qu'on lise de lui.

Évidemment ce qu'il a publié de son vivant :

  • Les plaisirs et les jours paru en 1896 chez Calmann-Lévy, un recueil de poèmes en prose et de nouvelles

  • Ses traductions de Ruskin ; La Bible d'Amiens et Sésame et les Lys parues respectivement en 1904 et 1906

  • Pastiches et mélanges, un recueil de préfaces et d'articles de Presse parus dans Le Figaro à partir de 1908 et réunis à la demande de Gaston Gallimard en 1919.

  • Divers articles de journaux ou de magazines qu'on retrouvera, parmi tous ses écrits, réunis dans un volume de La Pléiade intitulé «Jean Santeuil» et dans un deuxième intitulé «Contre Sainte-Beuve»,

À noter que Jean Santeuil et Contre Sainte-Beuve sont des oeuvres inachevés, des ébauches même, et qui n'ont été publiés qu'à titre posthume au début des années cinquante et que le volume intitulé Contre Saint-Beuve (La Pléiade) n'est, en particulier, qu'un titre parmi tant d'autres car son contenu est fait d'articles et réflexions diverses sur Saint-Beuve certes, mais également sur l'affaire Dreyfus, des projets de préface et ainsi de suite.

Sur tous ces écrits, on retiendra les deux préfaces aux traduction de Ruskin notamment celle de Sésame et les lys intitulée «Sur la lecture» qui a été maintes fois publiée séparément de même que les passages de Proust sur Sainte-Beuve où il s'exprime carrément contre la théorie de ce dernier qui insistait sur le fait que pour lire adéquatement l'oeuvre d'un écrivain, il fallait étudier sa vie intime, sa vie sociale, ses amis, ses parents, ses faits et gestes.

Par ailleurs, les textes de Proust sur Baudelaire, Flaubert ou Morand méritent un détour.

Pour le reste, à moins de vouloir devenir un spécialiste proustien, on peut facilement oublier ses innombrables articles sur les salons, la vie modaine, les critiques dont certaines sont définitivement du domaine de la flatterie et même de l'obséquiosité et, naturellement, tous ses travaux préparatoires et ébauches (notamment Jean Santeuil) qu'on retrouvera sous la forme finale dans À la recherche.

Mais depuis le début des années cinquante, il semblerait que l'on veuille tout publier de Proust y compris :

  • Les notes, variantes, pré-textes qui font maintenant partie de  la dernière édition de La Pléiade (Tadié).

  • Sa correspondance (21 volumes !) parue chez Plon entre 1976 et 1993 sous la direction de Philip Kolb. Sans compter les lettes inédites que l'on a retrouvé depuis. - Exemple : Lettres à sa voisine - NRF, 2013.

  • Jusqu'à ses travaux d'écolier, ses cahiers de notes (dessins compris)

  • De même que la moindre carte postale, cartes de visites, livres d'autographes où il a écrit quelques mots.

Notre opinion ?

De Proust, on peut tout oublier sauf À la Recherche du Temps perdu qui regroupe sous une forme ou sous une autre toute la pensée de Proust et non sa personnalité sociale qui est sans rapport avec elle.

 

II - 1 - Que lire sur Proust

Existe des centaines de volumes qui ont pour objets Proust, sa vie, son oeuvre, son écriture, ses parents et amis, les salons qu'il a fréquentés, les lieux où il a vécu, son asthme... sans compter des choses comme Proust et l'aristocratie, Proust face à la médecine,  l'espace proustien, les profils juifs de Marcel Proust, Proust et l'affaire Dreyfus, le sexe de Proust, Proust et la peinture, Proust et la musique, Proust et l'architecture... y compris des études comme «Pragmatique de l'anthroponomie dans à la recheche» de Geneviève Henro Sostero (Paris, Champion, 2011) ou «Le verre et les objets de verre dans l'univers imaginaire de Marcel Proust» de David Mendelson (José Corti, 1968), etc., etc.

L'article de l'Encyclopédie Wikipedia en cite 37 de nature générale, 40 sous la forme de monographie et ajoute à ces deux nombres 6 albums iconographiques.

Certains de ces ouvrages sont des monuments à part entière :

  • L'impossible Marcel Proust de Roger Duchêne - Robert Laffont, 1994 - 846 pages

  • Proust de Ghislain de Diesbach - Perrin, 1991 - 776 pages

  • Marcel Proust de Jean-Yves Tadié - Gallimard, 1996 - 958 pages

  • Marcel Proust de George D. Painter (2 vols) - Mercure De france, 1966-1968 - 985 pages (Une édition revue, en un volume, est parue en 1992)

  • Dictionnaire Marcel Proust sous la direction d'AnnickBouillaget et de Brian G. Rogers - Champion, 2014 - 1112 pages

Et ce, c'est sans compter sur les nombreux écrits qui servent de préfaces ou d'introduction aux différentes éditions d'À la recherche. - Le Quid de l'édition Bouquins, par exemple, comprend 314 pages de renseignements sur la vie de Proust plus une introduction et une préface.

Pour ceux qui, contrairement à l'opinion de Proust, tiennent absolument à tout savoir sur lui avant d'entamer la lecture d'À la recherche, sur sa vie, ses amis, ses manies, n'importe quelle des briques mentionnés ci-dessus pourra combler leur morbide appétit. 

Personnellement, en tant qu'introduction non pas à Proust, mais à son oeuvre, nous leur suggérrons de commencer par le livre d'André Maurois, À la recherche de Marcel Proust (Hachette 1949), mais surtout, celui de Claude Mauriac, Proust par lui-même, bourré de citations - dans la collection «Écrivains de toujours», Seuil, 1953. Ce sont nos deux livres préférés car il ne chechent pas à nous expliquer comment Proust est devenu Proust, mais insistent plutôt sur le sens de son oeuvre. - Ce qui ne nous a pas empêché de lire avec une grand plaisir d'ailleurs, le Proust de Painter et également Le grand livre de Proust paru en 1996 aux Éditions les Belles lettre où sont traités par divers auteurs le côté - comment dire ? - géographique ? physique ? mondain ? au-jour-le-jour ?  dans lequel se déroule À la recherche. On y parle, par exemple, des obligations sociales de l'époque, de la mode, de la gastronomie, d'argent, de la médecine, de la presse... des sujets qui rendent l'univers proustien plus familier.

Pour l'iconographie, s'en remettre à Proust, l'arche et la colombre présenté par sa petite nièce (textes de Mireille Naturel) paru chez Michel Lafond en 2012 où été reprises la plupart des photos connues de l'univers proustien mais avec les modifications et les ajustements que les ordinateurs d'aujourd'hui peuvent permettre.

Mais le livre qui nous paraît le plus imporrtant, une fois que l'on sest familiarisé avec l'oeuvre de Proust - et non pas avant - est le suivant :

II - 3 - LE livre sur Proust

LE livre sur Proust que nous recommandons -  tout de suite après ceux de Maurois et de Mauriac cités ci-dessus - est paru pour la première fois avant la publication du Temps retrouvé.

Il s'agit de Marcel Proust, sa vie, son oeuvre de Léon Pierre-Quint qui fut un des premiers à écrire sur À la recherche du Temps Perdu.

Sa première édition date de 1925 et donc, comme nous venons de le mentionner,  avant la publication du Temps retrouvé. Sa deuxième, augmentée de deux sections, parue en 1928 et donc après. Et sa troisième, augmentée de deux autres sections, fut publié en 1936 après une relecture par l'auteur d'À la recherche. = Édition du Sagitaire.

Note :

À notre connaissance, il n'a jamais cessé d'être au catalogue notamment depuis sa réimpression - nouveau format - en 1976.

***

La première édition compend trois parties : 

  1. La vie de Marcel Proust où, contrairement, aux spécialistes qui se sont acharnés sur les moindre détails de son enfance, de sa vie mondaine et de sa retraite, Léon Pierre-Quint donne suffisamment de détails pour que l'on comprenne comment et dans quelles conditions a été écrit À la recherche, Dailleurs, en 1928, l'auteur a décrit dans un autre volume Commen travaillait Proust, en 1928. Dans ce volume, on y parle surtout de technique et d'écriture et non des menus détails de l'existence de Proust qui fut - disons-le -  assez particulière durant la période où il écrivait son oeuvre ultime.

  2. L'oeuvre de Marcel Proust où - et c'est cette partie qui rend ce volume si intéressant. - Pierre-Quint y décrit comment il en est venu à lire Proust, comment il l'a lu et donne ses premières impressions qui sont, comme il n'en a pas encore lu la dernière partie, aussi fraîches que celles de tous les lecteurs ressentent après en avoir parcouru disons la moitié. - Il précise d'ailleurs dans sa préface - ou plutôt son introduction - qu'il est impatient de savoir si «Mme Verdurin va entrer dans l'aristocratie et devenir duchesse ou princesse », ou  «qui la petite Gilberte des Champs Elysées épousera » ou encore « quelle surprise le nouvel aspect de Saint-Loup » lui apportera.

  3. L'univers de Marcel Proust où sont décrits les principaux aspects du monde dans lequel le narrateur évolue.

La deuxième édition ajoute deux nouvelles sections :

  1. Le comique chez Proust, comique qu'il a redécouvert particulièrement dans Le temps retrouvé et qui jette un tout autre regard sur les volumes précédents.

  2. Le Mystère de Proust où il est question, entre autres, des interprétations diverses qu'on peut donner à À la recherche.

Finalement, la troisième décrit ses impressions suite à une nouvelle lecture, dix ans après la première, où tout en précisant que Proust semble, avec le temps, avoir perdu son importance, ce que la suite des événements proustiens démontrera être tout à fait inexact.

En guise d'introduction à ce volume, nous avons joints en annexe (voir ci-dessus pour les liens), les trois préfaces signées par Pierre-Quint lors de leurs éditions.

  Copernique Marshall et Paul Dubé

Retour au Castor™ - Édition courante