Le seul hebdomadaire de la région publié une fois par mois

En révision

  Le mot de Maude


 29 janvier 2021

«Six ou sept, me dit Monsieur Perec. Mais vous feriez mieux de vous renseigner auprès de Jeff. C'est le plus renseigné de nous tous dans ces choses-là.»

«Six ou sept ?, me dit Jeff. «Il a dit ça pour vous encourager. Depuis le début, il y a dû en avoir une bonne douzaine. - Le plus important a été Paul qui, je ne me souviens plus exactement quand, a retiré du site tout ce qui concernait la chanson française pour en faire site un site indépendant [*]. C'est lui qui a inventé l'expression "sortir des pieuvres d'un baril de pieuvres." !»

[*] http://www.dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net/

«Et comment !» m'a confirmé Monsieur Dubé. «Vous êtes familière avec la page "Ailleurs" ?  - Oui, lui ai-je répondu. - Alors vous pouvez vous imaginer le reste. D'une page, en suivant tous les liens, vous allez finir par connaître tout le site. Mais n'allez surtout pas les réviser une à une, vous allez vous décourager. Prenez un groupe de pages, alignez-les sur un modèle, Vétifiez les liens mais surtout n'allez pas vous y aventurer. Occupez-vous de votre groupe. Après vous en choisirez un autre.»

Sage conseil, mais par où commencer ?

C'est finalement Monsieur Popp qui a trouver la solution à cet - comme il a dit - épineux problème : «Vous arrivez bien, m'a-t-il dit. Nous sommes au début d'une année. Et comme nous n'avons pas eu le temps l'an dernier. C'est deux ans de Castor™ qu'il vous faudra envoyer aux archives. Il n'en restera que trois. Dessinez-nous un modèle pour le prochain numéro puis de là, remonter jusqu'au premier, celui qui... - Faites le calcul. Vous verrez bien.»

Le calcul :

«Trois fois douze numéros... Trente-six "pages" à vérifier... J'en ai pour une semaine» me suis-je dit.

Ça m'aura pris un mois. 

Et encore : ça fait six semaines que je travaille sur elles et je n'ai pas encore tout-à-fait terminé - À tous les jours, il faut déplacer des photos ou des bouts de code d'un répertoire à un autre, modifier la largeur de certaines lignes, ajuster les signes de ponctuation et je vous épargne le reste, y compris la vérification des liens externes.  - Mais les premiers résultats sont là et tout le monde semble content. Jusqu'au Professeur, le père de Copernic, qui a hoché de la tête en me disant : «Je savais que vous alliez réussir. Vous m'avez semblée... dès que je vous ai vue ... - j'allais dire "têtue"... Non : plutôt une  incarnation de la patience.»

Alors, chers lecteurs et lectrices, chers futurs lecteurs et lectrices, à vous de juger du résultat en poursuivant la lecture du présent numéro en cliquant, à la fin sur le lien qui vous amènera au numéro précédent et de là...

Un détail ? Oui. Tant qu'à y être, j'ai pensé qu'on pourrait ajouter à ces trente-six numéros - trente-sept avec celui du mois dernier - un mini-INDEX. Vous le trouverez en cliquant ICI. Et l'on trouvera également le début d'un autre INDEX, celui des passages cités dans ces éditions en cliquant ICI.

Mais ce n'est pas tout :

En relisant vos chroniques ou chroniqueurs habituels, vous trouverez des références à diverses modifications ou révisions en cours de secteurs, nouveaux dans certains cas, d'un site que je savais complexe, mais dont j'ignorais la dimension. - J'ai appris, par exemple, qu'avant mon arrivée, quelqu'un - on ne m'a dit pas qui - avait commencé à retracer les pages biographiques qui s'y trouvent et qu'il en était rendu à sa 141e... sans avoir dépassé celles au delà de la lettre «J»... C'est à suivre. 

Et puis... ben vous lirez ce que Paul... - Nous y reviendrons, lui et moi.

Je vous souhaite autant de plaisir que j'en ai à découvrir un site que Victor Hugo (que j'ai retrouvé tout à coup), cité dans la page "Ailleurs" mentionnée ci dessus, décrivait sans le savoir comme étant «un écheveau de fil brouillé par un chat».


Maude


P.-S. : Le véritable problème, vous savez où il se trouve ? - C'est de se concentrer sur la forme et non le contenu. - C'est rop facile de se faire prendre au piège et de lire des articles qui nous intéressent et d'oublier ce qu'on est en train de faire.