Volume XXIII, n° 17 6 mai 2013

Fondé en 1900 par le Grand Marshall, le CASTOR DE NAPIERVILLE fut, à l'origine, un hebdomadaire et vespéral organe créé pour la défense des intérêts de l'Université de Napierville et de son quartier. - Il est, depuis le 30 septembre 2002, publié sous le présent électro- nique format afin de tenir la fine et intelligente masse de ses lecteurs au courant des dernières nouvelles concernant cette communauté d'esprit et de fait qu'est devenu au fil des années le site de l'UdeNap, le seul, unique et officiel site de l'Université de Napierville.

De cet hebdomadaire publié sur les électroniques presses de la Vatfair-Fair Broadcasting Corporation grâce à une subvention du Ministère des Arts et de la Culture du Caraguay, il est tiré, chaque semaine, sept exemplaires numérotés de I à VII, sur papier alfa cellunaf et sur offset ivoire des papeteries de la Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin et trois exemplaires, numéroté de 1 à 3, sur offset de luxe des papeteries Bontemps constituant l'édition originale, plus trois exemplaires de luxe (quadrichromes) réservés au Professeur Marshall, à Madame France DesRoches et à Madame Jean-Claude Briallis, les deux du Mensuel Varois Illustré.

Deuxième édition

Note : L'édition corrigée, destinée au marché américain, paraît le jeudi. L'édition numérotée, avec corrections supplémentaires, destinée exclusivement au Cercle Littéraire des Grammaticiens et Lexicologues Amateurs de Saint-Jean-Étienne-sous-Bois (Var) paraît le samedi.

 
 


Stupeur de jeunes recrus apercevant pour la première fois la Méditerranée

(Musée de Honfleur)


Voyez la Galerie des photos de M. Sérien

 
 


  Le printemps

Les grands titres, cette semaine ?

L'Amour (avec un grand "A"), enfin ! (Simon Popp)

Le guide des égarés (Son éminence le cardinal Moe Spitzman)

Classical Music - Part Three of Three (Copernique Marshall)

Circles (Jeff Bollinger)

Et c'est le printemps !

Sortez vos chaises de jardin et délectez-vous.

Bonne lecture !

Obédieusement vôtre,

Heméningilde Pérec, esq.
Co-directeur du Castor™ de Napierville
Secrétaire temporaire permanent
Université de Napierville


 



L'Amour (avec un grand "A"), enfin !

Selon de sources sûres, il serait arrivé, dans ce qui commence à être mon long passé, quelquefois - je tiens à le préciser : quelquefois -, de dépasser certains niveaux de conscience à cause d'inattentifs barmen dans des endroits où l'on sert des boissons distillées ou fermentées et, au cours de ces rares occasions, que je fasse la conversation à des dames dont la beauté et l'élégance auraient pu faire l'objet d'une plus grande attention. Que les jeunes filles qui me lisent sachent que ces inadvertances de ma part et dont ma mémoire pourrait questionner la véracité n'ont jamais influencé l'admiration que j'ai toujours eue envers la gente féminine.

Cela étant dit :

J'ai un ami qui disait sans cesse que si les femmes n'avaient pas de seins ni de jambes, on les descendrait à vue. - J'avoue, pour certaines, y avoir pensé.

J'avoue également avoir pensé autant de fois à Serge Gainsbourg qui disait qu'en amour, il y a toujours une personne qui s'ennuie tandis que l'autre souffre.

Et puis, je ne sais pas si vous serez de mon avis mais il semblerait que les couples restent unis ou se séparent pour des raisons identiques.

Voilà pour les truismes.

N'empêche que je n'ai pas connu une seule personne, sauf quelques donzelles, qui n'aient jamais adoré quelqu'un d'autre ; et pas encore connu un couple pour qui l'amour a été une affaire de toute une vie. Je parle, naturellement d'une vie passionnée. - Oui, des gens qui ont vécu ensemble des années et des années sans jamais se tromper, il y en a dans toutes les familles, mais Dieu ce qu'ils ont vécu des vies de routine.

Cela m'a conduit à croire que les grandes amours ne durent pas. Elles sont vitent dévorées par, justement, cette routine ou, pire, encore, la jalousie. Voilà bien une chose qui scrappe une vie : la jalousie. - Heureusement, je n'en ai jamais été la victime. Le récipiendaire, oui, mais la victime, non. - Enfin, je crois. - Le rejet, oui. Plusieurs fois, même. De femmmes qui, peut-être, ne pouvaient pas être aimées. Il y en a, vous savez, (j'en ai connues) : elle se jetaient, généralement dans les bras d'hommes qui ne les aimaient pas. - Une, en particulier qui a tenté de séduire son chum pendant dix ans, et puis une autre, marié à un chaud lapin qui la trompait avec tout ce qui avait deux pattes. - Une affaire de conquête ? De dédain de soi ? Je laisse à d'autres la responsabilité d'élucider ce mystère.

Mais moi, qui ai-je aimé ?

Je vous l'ai dit la dernière fois : mon grand amour aura été la femme à qui j'ai dit qu'elle était la plus grande invention depuis le pain tranché. - Mais l'âge, comme je l'ai mentionné, les circonstances, les vicissitudes de la vie nous ont séparés. Je la revois encore, régulièrement, mais je suis devenu, en mon for intérieur, le vieux Monsieur qui, dans Proust, n'a plus besoin d'être aimé pour être en amour. - Elle demeure un flambeau dans mon existence et je me dis que si je n'avais pas eu le sale caractère que j'ai, elle serait peut-être encore là.

Pas une semaine - que dis-je ? - pas un jour ! - sans que je pense à elle, et souvent cinq ou six fois dans la même journée. Je la vois partout : une serveuse dans un café a ses jambes, la préposée à la bibliothèque a son sourire, une autre, dans le métro a ses cheveux...

Je me contentais, parfois, de la regarder. Tout simplement. J'étais ravi de la connaître. Et je trouvais merveilleux tout ce qu'elle faisait.

Étions-nous différents ? But of course. Elle était plus - comment dirais-je ? - plus physique, plus terre-à-terre que moi qui a les sports et la nature en aversion la plus totale.

Si elle était belle elle ? - C'est une véritable question que vous me posez là ?

Finalement, en dernier ressort, tout compte fait, et en dernier lieu, il n'y a qu'une question que nous pouvons nous poser, hommes ou femmes : avec qui pouvons-nous être ou avons-nous été heureux ? Ma réponse demeure la même : cette femme qui aura été la plus belle invention depuis le pain...  - Le pire, c'est que, dans mon cas, c'est vrai, mais le plus pire, c'est que je ne sais pas si elle m'a cru.

Simon

 


Le guide des égarés (*)

J'aime penser que toutes les religions confondues ne sont pas constituées de règles à observer, mais qu'elles sont des canevas, des plans, des cartes routières, sauf que, à la lueur de ce qui se passe dans certaines parties du monde, y compris dans mon propre diocèse, j'ai l'impression que certains de ses membres ne partagent pas mon avis.

Oui, les dix commandements existent, mais que peut-on leur reprocher ?

Spitzman

(*) Titre d'un livre écrit par Moïse Maïmonide (1138-1204)

 

ueu
c


Classical Music - Part Three of Three

What's classical music ? - Done - See part one of three.

What sort of classical music I like ? - Done. - See part two of three.

Now, as promised, here are my favorite classical pieces in, this time, proper order :

1. Beethoven's string quartets

In my lifetime, I don't think I will ever hear anything that will, not necessarily surpass, but even remotely be comparable to the 16 quartets that Beethoven wrote between 1799 and 1826. I bought their partitions years ago to follow what he wrote and, to this day, there are still sections or segments, some of them very short, that I cannot decipher. Of all the musical masterpieces I admire, this has got to be the one.

My favorite version (I have seven) : that of the Budapest String Quartet recorded between 1940 and 1962.

2. Schubert's lieder.

By, of course, Dietrich Fischer-Dieskau accompanied by Gerald Moore.

Sometimes, I listen to Dietrich's voice, sometimes to Moore's accompaniment.

My favorites are within the Die Wintereise cycle, but I bought the whole lot (about 600 lieder) years ago.

Thank God, they have all been translated.

3. - Mahler's fifth and sixth symphony.

One problem :

As much as I like listening to Mahler, the dynamics of his music is a killer. Can't listen to it in my car (on long trips) because I have to touch the volume dial continously. - Oh, I've tried adjusting (mormalizing the sound) but the result was terrible. - The only way one can listen to Mahler is in a live performance but, living in Napierville, one is lucky to have a Mahler symphony played in or about the region every four, five years and, usually, none of the above.

Couldn't stand though the use of fourth movement of his fith in that movie made by Luchino Visconti, Death in Venice. The kid, in the movie, however, was very good looking. Still active, I heard.

4.- Brahms' symphonies and his two string sextets

I'd like to say all of Brahms symphonies but I can't. It has something to do with the weather or the season, I guess. Some days I like his fourth opening, others, his third movement of his second symphony but I'd listen to his strings sextets anytime.

5. - Anything by Claudio Monteverdi and Debussy's Pelleas and Mélisande

I hate operas... well, most operas (see no. 10) but, when I'm alone in my office, I'll listen, in the background, to any Monteverdi's and that written by Debussy, one after the other, finishing with the latter. They're 400 years apart but somehow, I keep thinkling they were composed at the same time.

But see number 10.

6. - Chopin

Well, Obviously, not everything. Some of his préludes, somme of his sonatas, some of his nocturnes (although, as a whole, I prefer those of John Fields).

His Barcarolle, one of the things he composed and I must have heard a hundred times, is beginning to jump on my nerves but I would recommend it, as an introduction to his body of works, to anyone.

7. - Wagner

What scrap he wrote ! - But his Ring ? - Grandiose ! - I'd love to see it in before I die. - The whole 23 hours of it in four long sessions.

So far, I've only been able to listen to it by Furtzwangler, Boulez, Levine and, the greatest of them all, Solti.

8. - Mozart

Again, not everything he wrote. Particularly his operas. - I'll repeat again : I dislike most operas which is why you'll never hear me mention the likes of them. (See no. 10)

I do like his Requiem, some of quartets, a couple of his symphonies, but one thing I would bring on a desert island, is his concerto for clarinet and orchestra.

9. - Scott Joplin (and James Scott)

I mentioned both in my pevious columns. Wouldn't go as far as saying that Scott Joplin was a genius (particularly after having listened to his Tremonisha) but his rags are something to be heard.

... and now comes the hard part :

10. - What else ? - Bits, here and there :

Bach's first non-accompanied cello sonata ; his Chritsmas Oratorio and the beginning of his Mass in C minor ; Albenitz' tango, of course (guitar) ; Beethoven's fifth symphony (last movement by Eric Kleiber) ; Bruckner's symphonies (all first movements) ; Gluck's Orphée and Euridice (told you I didn't like operas !) ; Ravel and Debussy's string quartets ; Scarlatti's sonatas played by Wanda Landowska, Schuman's piano works played by Claudio Auro...

To that, let me add Hugo Wolf's lieder, some of the stuff written by Scriabin, Beethoven's sith (but only by Bruno Walter) and a recording made of La Folia... and what else ? - Can't forget Litsz, can I ?

But I will, intentionnally forget to mention Verdi, Puccini and their likes, because, for the third time, I don't like operas, particularly those where, whatever is happening on stage, has to stop to let the tenor, the soprano or whoever sing an aria. On their own some of them (arias) are quite interesting but that's about all.

Which reminds me of a joke - invented by Alphonse Allais, I think : "Why, in opera houses, do they allow the people occupying the first 10 or 15 rows show up with musical instruments ?"

Copernique

 

Circles

C'est Monsieur Copernique qui m'a fait découvrir James Burke, l'auteur, entre autres, d'un volumes de chroniques parues dans la revue américaine Scientific American où, à partie d'un sujet quelconque, il passe d'un personnage, d'un fait, d'un détail à un autre pour revenir, à la fin, au tout début.

D'où le titre de "Circles" - "Cercles" ou "Boucles".

Je téléchargeais ce livre dans mon lecteur, hier après-midi - incroyable ce qu'on peut enregistrer dans un lecteur électronique -, quand j'y ai retrouvé d'autres chroniques, mais d'un autre siècle, celles-là, écrites par un journaliste-écrivain-conférencier fort connu à son époque et qui s'appelait Arthur Buies (1840-1901) incarné, au petit écran par Paul Dupuis (1913-1976) dans une série, écrite par Claude-Henri Grignon (1894-1976), sous le titre de "Les belles histoires des pays d'en haut".

Au début de cette série, en 1956, jouant le personnage de Julie Fourchu, une toute jeune comédienne du nom de Geneviève Bujold (née en 1942) qui allait être mondialement connue, en 1969, dans le rôle d'Anne Boylen où elle fut nominée pour l'Oscar de la meilleure interprétation féminine de l'année dans un film de Charles Jarrott ("Ann of a Thousand Days") au côté de Richard Burton (1925-1984), celui qui fut le cinquième et le sixième (ils se sont mariés deux fois) d'Elizabeth Taylor (1932-2011) qu'admirait sans bornes Michel Jackson (1958-2009) qui a rendu si populaire le "moonwalk" que dansait, déjà, en 1932, le chef d'orchestre Cab Calloway (1907-1994) qui fit ses débuts dans l'orchestre de Chick Webb (1905-1939), originaire de Baltimore.

Baltimore, Maryland. La seule ville qui peut s'enorgueillir d'avoir donner naissance à deux Edgar Allen Poe, le poète en 1809 et le juriste. en 1871, mais également à David Bachrach, le photographe (1845–1921), qui fut celui qui prit l'unique cliché d'Abraham Lincoln (1809-1865) lorsqu'il donna sa fameuse "address" à Gettysburg et qui était l'oncle de Gertrude Stein (1874-1946) dont les portraits firent objet d'une exposition au Smithsonian Institute (du 14 octobre 2011 au 22 janvier 2012) et dont parle James Burke dans sa première chronique.

Excusez ce pastiche, mais il a été écrit pouyr vous donner une idée du Monsieur qui a également écrit un étonnant "The Day the Universe Changed" et puis un livre qui, grâce à un ingénieux système de renvois peut se lire dans toutes les directions : "The Pinball Effect".

Fortement recommandé.

Jeff

 

L'Humanité :

Ce lundi dans l'Humanité : la gauche en marche pour une autre politique.

Le Nouvel Observateur :

La magistrate de l'ONU Carla del Ponte s'appuie sur les témoignages recueillis par les enquêteurs des Nations unies, précisant qu'il n'y a pas encore de "preuve incontestable", mais les rebelles pourraient avoir utilisé du gaz sarin.

La Croix :

Le procès d’un trio néonazi accusé d’avoir tué dix personnes, dont neuf pour des motifs racistes, entre 2000 et 2007 s’ouvre aujourd'hui en Allemagne.

Le Monde diplomatique :

Nul ne croit plus que la raison l’emportera sur des politiques d’austérité insensées, ni que la morale préviendra les scandales mêlant argent et pouvoir. Désormais, l’espoir d’un changement de direction repose sur la mise en cause frontale des intérêts en jeu. (Serge Haklimi)

The Morning Call of Leigh Valley - Allentown, Pennsylvania

Selon la police d'Allentown, un homme aurait tiré un coup de feu dans le centre de la ville hier matin.

Radio-Canada :

Le Parti libéral du Québec doit prendre un "tournant", écrit le nouveau chef Philippe Couillard dans un document distribué à l'exécutif du parti.

Libération :

Après l'annonce par Jean-Marc Ayrault de possibles cessions d'actifs publics dans les entreprises cotées, le ministre de l'Economie assure qu'il ne s'agit que d'une "gestion fine du capital de l'Etat".

Le Parisien

Hollande lance l'an II de son quinquennat sous le feu des critiques.

Le Figaro :

Le premier ministre Jean-Marc Ayrault a renvoyé dans les cordes Jean-Luc Mélenchon : «Je suis le premier ministre de la vérité. Je ne veux pas faire comme Jean-Luc Mélenchon qui va jusqu'à dire dans ses discours: “La dette, on ne la remboursera pas”»

Autres nouvelles :

  • À l'occasion du 124e anniversaire de la naissance d'Adolf Hitler, les éleves anti-fascistes de la Faculté d'Histoire de l'UdeNap se sont rendus, le samedi vingt avril dernier, dans le Square du Grand Marshall et ont déraciné un arbre.

  • Pour ceux qui ont de la difficulté à trouver un endroit où stationner leur auto dans le Quartier Universitaire, Alcide "Slow drag" Pavageau met en vente, depuis ce matin, des automobiles déjà stationnées.

 

Cette semaine et la semaine prochaine :

Esplanade du Grand-Marshall
Le vendredi 10 mai dès huit heures du matin jusqu'au coucher du soleil :

Les clowns de l'Abbaye de St-Hilaire-en-Faux (Var)

Nombreux prix de présence.

***

Salle Marc-Ronceraille
Demain midi et reprise le soir à vingt heures :

The Bronx Medlers

Cyclistes-acrobates

À la guitare : Ernst Springsheim

***

Conférence 1
Salle Marc-Ronceraille
Le jeudi 9 mai, à 19heures :

La fabrication des archets de violon
en Auvergne au XVIIIe et XIXe siècle

par

Le professeur Edward Schwann

de l'Institut

Réservations fortement recommandées.

***

Conférence 2
Même salle
Le mercredi 15 mai, à 14h40 :

Sur les euphémismes à trois niveaux
dans
À la recherche du Temps perdu

par

Charlie Watts

Professeur de littérature comparée

***

Nous rendront visite au cours des deux prochaines semaines :

  • Charles Knowlton - Exportateur de légionnellose

  • Annie Bessant - Spécialiste en élimination écologique de parasites

  • William Morris - Validateur de phares

  • Henry Sweet - Membre de l'Association Outremontaise des Amateurs de la Muse Terpsychore

  • James Smithson - Cavaleur

  • Ms Cléopatra Pepperday - Conceptrice d'indications routières

  • William Jones - Accordeur de cornemuses (tous genres confondus)

  • Thomas Friedl, Ph. D. LL.L., L. Th., D. Ing. et D.M.V.P. - Concierge chez les Eudistes.

  • Théodore Lafitte - Président, directeur général, vice-président (finances), vice-président (relations publiques), secrétaire-trésorier, trésorier et unique employé de la Théodore Lafitte Co.
ue

Au Théâtre du Grand Marshall
Jusqu'au dimanche 19 mai - à 20h00
Tous les jours (sauf les lundis)

Le vieux célibataire

comédie de

Collin d'Harleville

présentée pour la première fois en 1792

Par la Troupe du Grand Marshall :

François Archambault: Monsieur Dubriage, le vieux célibataire

Janette Bertrand : Madame Évrard, sa gouvernante

Jean-François Caron : Armand, neveu de Monsieur Dubriage, sous le nom de Charle

Jasmine Dubé : Laure, femme d'Armand

Robert Élie : Ambroise, intendant de Monsieur Dubriage

Abla Farhoud : George, filleul et portier de Monsieur Dubriage

Michel Garneau et François Hertel : Julien et Suson, enfants de George

avec :

Fernand Boudin dans le rôle des cinq cousins de Monsieur Dubriage

La scène est à Paris, chez Monsieur Dubriage.

Mise en scène, musique, décor, éclairage et répartition des rôles : George de Napierville.

Chef d'orchestre :Jacques Languirand.

***

En la salle du Grand Marshall
Le vendredi 10 et samedi 11 mai
Et du jeudi 16 au samedi 18 mai
À vingt heures

Requiem pour une infante
(Requiem für Infantin)

de

Baruch Abramovitch
(1900-1963)

par

Les petits violons des grands moments

sous la direction de

Hans Schmidt
(née Guy Larose)

"Fantastique interprétation de l'oeuvre maîtresse de ce célèbre compositeur autrichien." (Le petit journal)

Réservations fortement recommandées.

***

Au musée du Grand Marshall
Dès demain jusqu'au dimanche 19 mai
Tous les jours (sauf les lundis)

Grande exposition

De, sur et autour de :

L'Héautontimorouménos

***

Note aux parents d'enfants en bas âge : tout enfant se verra remettre, à l'entrée, un sac de friandises de même qu'un petit chaton.

***

Au Bijou, cinéma de répertoire

Trois salles, trois films ou deux ou trois courts-métrages:
Dès demain - tous les jours - représentation continue de midi à minuit
Jusqu'au dimanche19 mai.

Les morts-vivants au cinéma

   Attack of the Moon Zombies de Christopher R. Mihm (2011)

Avec : Michael Cook, Shannon McDonough et Michael G. Kaiser

   Operation Nazi Zombies de David B. Stewart III (2003)

Avec : Thomas Reilly, Elissa Mullen et Christopher Connolly

et, en exclusivité :

   Abraham Lincoln vs. Zombies de Richard Schenkman (2012)


Avec : Bill Oberst Jr., Kent Igleheart, Rhianna Van Helton (dans le rôle de Nancy Lincoln

***

Sur les ondes de la CNAP et de la CCAP

Nouvelles boursières

Tous les samedis dès huit heures du matin, l'éminent économiste Pierre Rochemenier est en ondes, pour expliquer pourquoi ses prévisions de la semaine précédente se sont avérées fausses. - Sujet cette semaine :

Le chômage dans la République du Ghana

Les grands interviews

Le mardi 7 mai (première partie ) et le mardi 14 mai (deuxième partie).
(Avec possibilité de prolongation (troisième partie), le jeudi 16 mai.)
De vingt heures à vingt-deux heures :

Terence William qui vient de publier aux Éditions Soporifer une étude sur le déclin de l'aristocratie française.- Interviewer : Copernique Marshall.

Le vendredi 10 maià 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair de l'Institut.

Le jeudi 16 maià 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair, de l'Institut

Les grands récitals-concerts

Les samedis 11 et 18 mai, à vingt heures, en direct du Palais du Bingo :

Musique de :

Bohuslav Martinů

(Le raid merveilleux (1927), La revue de cuisine (1927), and Les larmes du couteau (1928))

par des éleves du secondaire quatre

de Saint-Martin-le-Grand

sous la direction de :

Isembard Kingdom Nielson

 


De la défunte maison connue sous le nom de Radio Canada International, voici un extrait de la première d'une série d'émissions sur les saisons dont les textes étaient de Marcel Godin (à qui cette édition du Castor est dédiée) .

Il s'agit du Printemps. Lecteur : Albert Millaire ; musique de Claire Bourbonnais ; réalisation de Pierre Labelle.

Merci à Madame France DesRoches, veuve de Marcel, de nous avoir prêté cet extrait.

Cliquez sur le lecteur ou la note (format MP3) :

Les enregistrements qui ont fait partie de cette série sont disponibles intégrablement, dans l'ordre inverse qu'ils ont été publiés :

Cliquez ICI.

          


 

M. Jasmin Thivierge - Valleyfield (Québec)

Le skeuomorphisme.

M. Armand Dupuis - Toronto (Ontario)

Un abigéat.

Mme Veuve Gustavia La Saloppe - Wallenberg (Haute-Bavière)
En vers macaroniques.
Mme Jocelyne Bohr - Louvain (Belgique)

Une kestrosphendone.

M. Alexander Volta- Rinaldi (Italie)

On les appelent des warendeurs.

Mme Evelyne Jackard - Amsterdam (Pays-Bas)

En vers amphigouriques (un fratasie, quoi)

M. Robert Owen - Providence (Rhode Island)

Par des paradoxes, ou par le solécisme, ou par la tautologie.

Mrs. Fernande Croisetière - Ornatville (Brésil)

Par contre-marques au collet et au saleron. (Règlement du 30 déc. 1679.)

Mme Mary Hollerith - West Point (Australia)

Il s'agit du nom donné à certains points qui se trouvent dans les diamants ressemblant à une fêlure et qui en diminue le prix.

 

Cette édition du Castor est dédiée à la mémoire de :

Marcel Godin
décédé le 17 avril 2008

c

"- Est-ce que vous fumez ?

"- Oui, je dois avouer que...

"- Je suis heureuse de l'apprendre. Tous les hommes devraient avoir une occupation de ce genre. Il y a trop d'hommes désoeuvrés, à Londres, en ce moment. "

- O. W.

 

Webmestre : France L'Heureux

Webmestre : Éric Lortie

Webmestres : Paul Dubé et Jacques Marchioro

 

1 - Tous droits réservés. - Copyright © UdeNap.org. - La reproduction de tout ou partie du matériel contenu dans cette édition du Castor™ est interdite sans l'autorisation écrite des auteurs.

2 - Malgré l'attention portée à la rédaction de ce journal, ses auteurs ou son éditeur ne peuvent assumer une quelconque responsabilité du fait des informations qui y sont proposéesSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

3 - Les erreurs de frappe, de date et autres incongruités contenues dans ce Castor™ seront ou ont déjà été corrigées dans sa version dédiée au marché américaiSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.nSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

4 - La direction du Castor™ tient à préciser qu'aucun enfant n'est victime d'agressions sexuelles au cours de la préparation, pendant la rédaction et lors de la publication de son hebdomadaire et que... que perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.


Le Castor - Fondation et équipe originelle

Le Castor - Organes afilliés

Université de Napierville - Page d'accueil

Le Castor™ - Édition précédente

Le Castor™ - Édition suivante

Le Castor™ - Édition courante