Volume XXIII, n° 15 8 avril 2013

Fondé en 1900 par le Grand Marshall, le CASTOR DE NAPIERVILLE fut, à l'origine, un hebdomadaire et vespéral organe créé pour la défense des intérêts de l'Université de Napierville et de son quartier. - Il est, depuis le 30 septembre 2002, publié sous le présent électro- nique format afin de tenir la fine et intelligente masse de ses lecteurs au courant des dernières nouvelles concernant cette communauté d'esprit et de fait qu'est devenu au fil des années le site de l'UdeNap, le seul, unique et officiel site de l'Université de Napierville.

De cet hebdomadaire publié sur les électroniques presses de la Vatfair-Fair Broadcasting Corporation grâce à une subvention du Ministère des Arts et de la Culture du Caraguay, il est tiré, chaque semaine, sept exemplaires numérotés de I à VII, sur papier alfa cellunaf et sur offset ivoire des papeteries de la Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin et trois exemplaires, numéroté de 1 à 3, sur offset de luxe des papeteries Bontemps constituant l'édition originale, plus trois exemplaires de luxe (quadrichromes) réservés au Professeur Marshall, à Madame France DesRoches et à Madame Jean-Claude Briallis, les deux du Mensuel Varois Illustré.

Première édition

Note : L'édition corrigée, destinée au marché américain, paraît le jeudi. L'édition numérotée, avec corrections supplémentaires, destinée exclusivement au Cercle Littéraire des Grammaticiens et Lexicologues Amateurs de Saint-Jean-Étienne-sous-Bois (Var) paraît le samedi.

 
 


Journée chaotique à Aquileia lors du tremblement de terre
qui a précédé l'invasion des Huns en l'an 401.

(Musée de Honfleur)


Voyez la Galerie des photos de M. Sérien

 
 


  Lettre ouverte à une personne sans considération pour la propriété d'autrui

À celui ou celle qui a volé mon sac, vendredi dernier, un sac qui contenait mon lecteur, mon disque externe, mes cahiers de notes et quelques clés USB, merci.

J'étais devenu trop confiant en la race humaine, peu conscient des gens sans scrupules qui, sans se soucier des problèmes qu'ils causent, embêtent au hasard leurs concitoyens qui, pour reconstituer leur travail qu'ils leur volent et qui n'a acune valeur pour eux, doivent dépenser des heures et des heures à  : d'abord se rendre dans différents établissements pour racheter le matériel qu'on leur a volé et, ensuite, passer des heures et des heures à transférer leurs données et retranscrire leurs bottins téléphoniques, leurs notes et autres informations.

Merci : je serai dorénavant plus méfiant.

Une petite note cependant :

Le matin, je m'étais rendu chez mon bijoutier pour changer le bracelet d'une montre-bracelet "de tous les jours", celle que j'avais au bras, à ce moment-là, étant une que je n'ose plus utiliser étant donné sa valeur de collection (40 fois le prix que je l'ai payée, il y a cinquante ans). - Vous auriez pu, chez voleur ou voleuse, la retrouver dans la poche de mon paletot et non dans ce sac qui, pour vous, n'a pas dû vous rapporter gros.

Tant pis.

Que nos aimables lecteurs nous excusent du, conséquemment, retard dans l'émission de ce Castor.

Bonne lecture !

Obédieusement vôtre,

Heméningilde Pérec, esq.
Co-directeur du Castor™ de Napierville
Secrétaire temporaire permanent
Université de Napierville


 



L'art de s'encourager

Comme ce qui suit est quelque peu sombre, laissez-moi débuter par quelque chose de plus léger :

Je suis présentement une diète basée sur la vodka. En un mois, j'ai perdu trois jours.

(Bon, d'accord : elle ne passe partout mais elle est drôle.)

Et maintenant :

Je cherchais un livre dans ma bibliothèque récemment - mal classé, il va sans dire - et je suis tombé sur une pile de photos prises il y a des années dans le sud de la France où j'avais loué, pour mes vacances, une bergerie (sic) pour trois semaines ; des photos d'une importance relative et dans lesquelles j'ai retrouvé de vieilles connaissances, plus jeunes à l'époque, forcément, et, puis tout à coup, j'ai pensé à Sacha Guitry et à sa cinquième et dernière épouse, Lana Marconi (en gras, s.v.p., Monsieur l'éditeur), qu'il présentait à ses amis comme étant la femme "qui allait fermer ses yeux et ouvrir ses tiroirs". J'ai pensé à lui car je me suis demandé, justement, qui allait ouvrir mes tiroirs...

Je n'en ai pas beaucoup. Je veux dire par là que la plupart de mes tiroirs contiennent peu de documents du genre de ces photos. Je ne conserve pas les lettres que je reçois, je détruis tous mes carnets dès que leur contenu est devenu désuet, je ne tiens pas de journal. Toute ma comptabilité a été confiée à une "teneuse de livres" qui se rapporte à un comptable. Ainsi, la personne qui entrera chez moi quand je ne serai plus là ne trouvera pas grand chose sauf mon ordinateur et mes disques externes dans lesquels tout sera là. - Je fais partie de cette génération... - Ces disques externes, par testament, je les laisse à un ami proche à qui j'ai dit qu'il allait y lire des choses qu'il n'aimerait pas, parce qu'il y a des côtés de ma vie sur lesquels je ne lui ai pas toujours dit la vérité, mais qui n'a pas des placards dans lesquels se trouvent des squelettes ? Qui n'a pas embelli quelque peu les aspects moins glorieux de sa vie ?

Et puis qu'est-ce que nous avons tous à accumuler des bouts de rubans, des mèches de cheveux, des bibelots-souvenirs ? (J'exagère à peine.) - Quand j'examine le contenu de mon appartement, je vois des livres que je n'ai pas ouverts depuis des années, des disques qui n'ont pas vu un platine (tourne-disque en Amérique du Nord) depuis la venue des CDs, des films (VHS) qui doivent s'être détériorés avec le temps, jusqu'à des plumes et des stylos qui n'ont pas servi depuis que j'ai terminé mes études. - Des statuettes, des instruments de musique miniatures, des boîtes remplies de pièces de monnaie...

Je n'ai jamais "vidé" l'appartement d'un autre. Pour mes parents, j'ai laissé cette opération à mes frères et soeurs et je me demande aujourd'hui ce qui est arrivé à leurs biens, ce qui est arrivé à toutes ces bricoles qu'ils avaient accumulées, à leurs vêtements, à leurs meubles, ces choses qui les caractérisaient, qui les définissaient en quelque sorte. Une boite, en particulier, dans laquelle mon père avait entassé des centaines de cartes postales du début du siècle dernier.

Je pense depuis un certain temps à cette pensée de Proust : "Nous disons bien que l’heure de la mort est incertaine, mais quand nous disons cela, nous nous représentons cette heure comme située dans un espace vague et lointain, nous ne pensons pas qu’elle ait un rapport quelconque avec la journée déjà commencée..." Non pas que j'ai l'intention de mourir demain, mais je vois très bien que mes forces ne sont plus les mêmes ; je sens que j'ai de plus en plus le pied dans une sorte d'espace où l'on cesse de rire. - Mon médecin me disait récemment que son expérience lui avait appris que les êtres humains, en général, prenaient un véritable "coup de vieux" à partir de, selon les cas, de soixante ans, soixante-dix et, exceptionnellement, quatre-vingt. - Ben, vous savez quoi ? J'en suis là. Ce "coup de vieux", qui n'est quand même pas instantané, je le vois régulièrement dans ma salle de bain, le matin, quand je sors de la douche et que je me rase. Pas tous les matins, mais de plus en plus souvent. Il apparaît ça et là. - "Tiens, voilà une tache qui n'était pas là hier..." ou encore "D'où vient cette douleur dans l'épaule  ?" et "Ces poils dans les oreilles et le nez, ce qu'ils peuvent être embêtants...!"

J'ai eu un ami qui est décédé après une ni courte, ni longue maladie et qui a eu le temps de mettre de l'ordre dans "ses affaires" avant de disparaître. Je pensais à lui ce matin et je me disais que si j'avais débuté ce travail il y a six mois, il serait déjà fait. Ne me reste plus qu'à décider quand je vais m'y mettre...

Gai, n'est-ce pas ?

Simon


 


Tout existe, y compris l'absence

Un professeur d'université demanda un jour ses étudiants la question suivante : "Dieu at-il créé tout ce qui existe?"

Un étudiant bravement répondit: "Oui, Monsieur. Tout."

Le professeur répondit : «Si Dieu a tout créé, Dieu a créé le mal puisque le mal existe et selon le principe de nos travaux qui définissent ce que nous sommes, alors Dieu est mauvais».

L'étudiant resta silencieux devant une telle réponse. Le professeur, tout à fait satisfait de lui-même, dit à ses élèves qu'il venait de démontrer encore une fois que la foi chrétienne était un mythe.

Un autre étudiant leva la main et dit : «Puis-je vous poser une question. professeur?"

«Bien sûr», répondit-il.

L'étudiant se leva et demanda : "Professeur est-ce que le froid existe?"

"Quel genre de question est-ce? Bien sûr qu'il existe. N'avez-vous jamais eu froid?"

Le jeune homme répondit : «Mon opinion, monsieur, est que le froid n'existe pas. Selon les lois de la physique, ce que nous considérons comme le froid est en réalité une absence de chaleur. Nous avons créé ce mot pour décrire ce que nous ressentons quand nous n'avons pas suffisamment de chaleur. "

L'étudiant continua : «Professeur, est-ce que l'obscurité existe?"

Le professeur répondit : "Bien sûr que oui."

"Encore une fois, je crois que vous avez encore tort, Monsieur. L'obscurité n'existe pas non plus. L'obscurité est tout simplement un manque de lumière. - Et il en est ainsi du mal : c'est l'absence du bien, de l'amour, de la charité et ce sont les hommes qui créent cette absence dans leur coeur."

La légende veut que ce jeune homme s'appelait Albert Einstein.

Spitzman


 


Classical Music - Part One of Three

Before we drop into that conundrum which is "What is classical music", let me give you a definition about which, I hope, we shall all agree :

Go into a sizeable and well stocked record shop, look around and go towards a sign that says "Musique classique" or "Classical Music". - It is about the CD's you'll find there that I want to talk about. Nothing else and nothing less.

Fair enough ?

Don't tell me that John Cage shouldn't be there or that certain recordings made by the Modern Jazz Quartet should be.

My father gave me another definition the other day, a definition dating back to some fifty years ago :

He said that when he started collecting 33 RPM records ("Long playing records" they were called back then), they're were two kinds : the 3,29$ variety and the 3,99$ variety. The first was for run-of-the-mill stuff and the second was for high-brow stuff, namelly "classical music". "Problem was, he added, that they use to put both of them in the 99 cents bins when they didn't sell... But by then you had already made up your mind..." - Guess he missed the 11,99$ version I recently paid for Malher's fifth and the scandalous 19,99$ latest Céline Dion CD that is cheaper to manufacture and distribute than 33's... - But that's another problem.

Let me add to this :

In my so-far-short life time, I did see something wonderful when it comes to record shops :

From folkore-blue grass-honky-tonk-jazz-and-other schelves (when you went to a record shop, you never knew where to find him), Scott Joplin was, several years ago, moved permanently into the classical section where he belonged in the first place. When will James Scott get the same honor ? Who knows ?

Classical buffs are a strange group. Take Bach, for example. Totally ignored outside a small circle and practically unpublished during his lifetime, it wasn't until Mendelssohn gave a performance of his St. Matthew passion in 1829, 79 years after his death that he was finally "rediscovered" to the delight of countless amateurs who started to appreciate his work that finally began to circulate in the later half of the 19th century. - It took him nearly 200 years before becoming a super star. Took the Beatles about a year to achieve the same goal.

Looking into the Music and Musicians' Bible (*), I'm always astonished to read about literaly thousands of composers who were Gods in their heydays and who are now totally unknown. So, when one starts writing about "classical" music (whatever it can be), one is bound to forget a whole lot of music and musicians ; and if you're thinking (not even writing) about a "ten best list", hope to be, if not accurate, just conscious of what you're about to do...

Copernique

(*) The International Cyclopedia [sic] of Music and Musicians by Ocar Thomson, Dodd Mead an Company - 9th edition - 2,476 pages.

 

George Smiley

Lu, la semaine dernière, et presque d'un seul trait, «Thinker, Tailor, Soldier, Spy» de John Le Carré et découvert un grand écrivain.

Je ne me souviens plus de qui m'avait parlé de lui ; qui m'a dit de louer la version filmée avec Alec Guiness ; ou qui m'a dit que Bernard Pivot le considérait comme un des «grands» écrivains du vingtième siècle.

Pas vu encore la version «Guinness», entrevu seulement la version «Gary Oldman» que j'ai trouvée couci-couça... Mais le roman ? Tout à fait captivant. M'a fait pensé aux sœurs Brontë.

Oh ! la superbe intelligence de cet auteur qui tisse son roman à partir de fils qui n'ont, apparamment, aucun rapport entre eux, mais qui finissent par s'assembler dans une grande toile où rien n'a été laissé au hasard.

Et ces personnages qu'on devine, petit à petit, et qui finissent par être des gens que vous et moi pourrions côtoyer demain matin dont ce délicieux Toby Esterhase, sorti d'Autriche (j'ai lu depuis la suite de ce roman où il devient, à la retraite, spécialiste en «art islamique» («with very expensive suits»!)

À ce qu'on m'a dit, Alec Guinness est un perfect «Smiley». J'ai réservé pour la semaine prochaine.

Quand un écrivain ne prend pas ses lecteurs pour des idiots...

Jeff

 

L'Humanité :

Malgré quelques concessions à la marge, les députés du Front de gauche se sont heurtés à la volonté du gouvernement de conserver dans la loi l’esprit et la lettre de l’ANI.

France Soir :

Valérie Pécresse : "Un besoin d'autorité."

La Croix :

Deux Français retenus en otage en Afghanistan ont été libérés. 

Le Monde diplomatique :

La pièce de théâtre de Philipp Löhle ressemble à une bande dessinée.

The Morning Call of Leigh Valley - Allentown, Pennsylvania

Une des policères volontaires de la région, Mme Kim Cuoco, a accordé une attention particulière à Pharaon, un cheval que l'on transporte, depuis la semaine dernière, dans un nouveau camion de la police montée de Bethléem.

Radio-Canada :

William a été une fois de plus le prénom masculin le plus populaire au Québec l'an dernier. Chez les filles, Emma a détrôné Léa.

Libération :

Le Bureau national a décidé mardi à l'unanimité l'exclusion de l'ancien ministre du Budget du Parti socialiste pour lui avoir «porté gravement préjudice».

Le Parisien

Après les critiques de ses partenaires européens sur ses pratiques particulières, le Luxembourg serait prêt à réduire partiellement son secret bancaire.

Le Figaro :

Le premier ministre a réaffirmé mardi sa volonté de construire l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes mais a promis que le projet serait amendé pour tenir compte des critiques de trois rapports commandés, pour apaiser la contestation sur le terrain.

 

Cette semaine et la semaine prochaine :

Esplanade du Grand-Marshall
Le vendredi 12 avril dès huit heures du matin jusqu'au coucher du soleil :

Manifestation en faveur du NEXUS 7 de Google

***

Salle Marc-Ronceraille
Demain midi et reprise le soir à vingt heures :

Lieder de En Ekte Syk Kvinne

par la soprano

En Ekte Gal Kvinne

(de Norvège)

Entrée gratuite

(Inutile de réserver)

***

Conférence 1
Salle Marc-Ronceraille
Le jeudi 11 avril, à 19heures :

Le Grand Schisme d'Occident de 1054

par

le Professeur

Nic Nie Wie Nic Nie Wie

de l'université de Kashubian (Prague)

Réservations fortement recommandées.

***

Conférence 2
Même salle
Le mercredi 17 avril, à 14h40 :

Как Моцарт е променила живота ми

par

Charlie "Two Sheds" Monsoon

directeur du huitième orchestre symphonique

de

Буряад

***

Nous rendront visite au cours des deux prochaines semaines :

  • Hachille Legrand - Collectionneur de mots désuets, de règles grammaticales oubliées et d'expressions démodées.

  • Gustave Rolland - Spécialiste en hémicyles.

  • Michel X. - Fabricant de couvercles en émail.

  • Ferdinand Recueil - Horseman.

  • Giovanni Batists - Finaliste dans un récent concours de rédaction de romans pour adolescents.

  • Nicéphore T. Michel-Ange - Lusophone.

  • Joachim Letendre - Vérificateur d'objets fabriqués en celluloïde.

  • Nancy Beaudoin - Travailleuse sociale.
ue

Au Théâtre du Grand Marshall
Dès demain, jusqu'au dimanche 21 avril - à 20h00
Tous les jours (sauf les lundis)

Le retour de la petite nièce (par alliance) de Monte Cristo

drame lyrique de cape et d'épée en cinq actes et en vers de

Jean-Baptiste Cassini

D'après l'oeuvre d'Alexandre Dumas (père), adapté à l'cran en 1946 par :

George Bruce, John H. Kafka, Alfred Neumann, Arnold Phillips et Curt Siodmak

(The Return of Monte Cristo - réalisation de Henry Levine avaec Louis Hayward dans le rôle-titre)

Par la Troupe du Grand Marshall :

Monique Pichette : Edmondinette Dantès

Raymonde Ouellette : Jacqueline Peuchet

Micheleine Chabot : Pierrette Picot

Roger Dubé : Geoffrey Loupian

Justin Roger : Faria (L'abbé)

Michel Sansoucy : Le fantôme d'Edmond Dantès

Cornelia Smythe : Dona Imenez-Imenez-Imenez-Robitaille

avec :

Fernand Boudin dans le rôle du chanteur à voix d'or

et

Georges Terrence dans le rôle du gondolier

La scène est en Haute-Savoie entre Annecy et Saint-Julien-en-Genevois

Mise en scène, musique, décor, éclairage et répartition des rôles : George de Napierville.

Ballet : Michel-Modeste McDonald

Les costumes de pilotes de chasse : Jean Bontemps.

***

Au Bijou, cinéma de répertoire

Trois salles, trois films ou deux ou trois courts-métrages:
Dès demain - tous les jours - représentation continue de midi à minuit
Jusqu'au dimanche 21 avril.

Les grands films de :

Jay Chou

The Curse of the Golden Flower (Man cheng jin dai huang jin jia) de Ymou Zhang (2006)


Cham Chau Chow Git Lun de Oi Wah Lam (2003)


The Green Hornet de Michel Gondy (2011)

***

Sur les ondes de la CNAP et de la CCAP

Nouvelles boursières

Tous les samedis dès huit heures du matin, l'éminent économiste Pierre Rochemenier est en ondes, pour expliquer pourquoi ses prévisions de la semaine précédente se sont avérées fausses. - Sujet cette semaine :

La dévaluation de la livre tournois

Les grands interviews

Le mardi 9 avril (première partie ) et le mardi 16 avril (deuxième partie).
(Avec possibilité de prolongement (troisième partie), le jeudi18 avril
De vingt heures à vingt-deux heures :

Simon-Simon St-Pierre, auteur d'une saga islandaise récemment publié chez Monica & Co. dont le titre très évocateur, "Faðir minn man ancinnens brynja" a révolutionné le genre.

Interviewer : Copernique Marshall.

Le vendredi 12 avril, à 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair de l'Institut.

Le jeudi 18 avril, à 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair, de l'Institut

Les grands récitals-concerts

Les samedis 13 avril et 20 avril, à vingt heures, en direct du Palais du Bingo :

Motets polyphoniques pour instruments anciens tirés de :

"Das Licht vor der Schwärzung" et de "La viola quebrada"

du compositeur

Fabio Goërström

par l'ensemble de musique de chambre

Musica Per I Non Udenti

de Saint-Hilaire-Le-Menteur (Var)


ue
 


S'il y a un rapport entre le "clic" sud-africain (voir Wikipedia), Miriam Makeba (1932-2008), le Village Gate (New York), un Grammy et Antonio Carlos Jobim (1927-1994) ?

Il y en a un :

Charlie Byrd, un guitariste de jazz américain né en 1925 (décédé en 1999).

Je vous raconterai une autre fois, mais pour le Grammy, celui de la "meilleure performance, catégorie Jazz, soliste ou en petit groupe iInstrumental", il a été attribué, en 1963, à un saxophoniste du nom de Stan Getz (1927-1991) pour un 45t tiré d'un 33t enregistré l'année précédente et dont le titre était "Desafinado" ["Légèrement désaccordé"], une composition d'Antonio Carlos Jobim, que Byrd, de retour d'Amérique du Sud, avait ramenée avec lui.

Si vous étiez là, au début des années soixante, vous vous rappelez sans doute de la "bossa nova". Ben, justement, c'est de ça dont il s'agit.

Le bonhomme qui l'a introduite en Amérique du Nord fut ce Charlie Byrd qui, en février 1962, il y a donc plus de cinquante ans, dans les sudios de Verve, enregistra ce "nouveau" rythme sous le titre de "Jazz Samba".

Un succès phénoménal. Tellement qu'on en a tiré le 45t mentionné ci-dessus, mais en supprimant son solo. D'où ce Grammy attribué au saxophoniste qu'il avait choisi pour l'accompagner.

Frustration, frustration...

Voici la version originale.


Cliquez sur le lecteur ou la note (format MP3) :

Les enregistrements qui ont fait partie de cette série sont disponibles intégrablement, dans l'ordre inverse qu'ils ont été publiés :

Cliquez ICI.

          


 

M. Jehan de la Trinité - Trois-Rivières (Québec)

La Belle Époque.

M. Armand Terrence - Panama City

Les Mémoires de Saint-Simon, page 48 (volume 11)

Mme Véronique Bosshog - Aberystwyth (U.K.)
La Lousiane française, à l'époque, était, Madame, constituée de ce qui était et de ce qui est, aujourd'hui, les territoires ou états d'Arkansas, Illinois, Iowa, Minnesota, Missisippi, Missouri, Wiskonsin et la Louisianne ropement dite.
Mme Jeannette Machinetti - L'Annonciation (Var)

Ornella Muti.

M. Serge Lavallée - Raleigh (B.C.)

Ce n'est pas la mort qui effraie mais découvrir tout à coup qu'on a oublié de vivre.

Mme Emiliana Valmore - Maniavella (Autriche)

En face de l'Auberge de Jarente, 7 rue de Jarente, à Paris.

M. Anathole T. Bishop - Pirelli (Itallie)

Un contrat primitif d'une première concession qu'un seigneur faisait de son fonds à son premier emphytéote.

Mrs. Fernandinette Tremblay - Ormstown (Nevada)

Deux exemples : "La peau de la Painpolaise" et "Les laisses bien en main".

Mme Gustavia Sternwallo-Hogsworth - Terenceville (Iowa)

Un agoniste.

 

Cette édition du Castor est dédiée à :

Hans Asperger
(1906-1980)

c

"Je ne suis pas très friand à l'idée de me joindre à un club privé
qui accepterait parmi ses membres quelqu'un comme moi.
"

- G. M..

 

Webmestre : France L'Heureux

Webmestre : Éric Lortie

Webmestres : Paul Dubé et Jacques Marchioro

 

1 - Tous droits réservés. - Copyright © UdeNap.org. - La reproduction de tout ou partie du matériel contenu dans cette édition du Castor™ est interdite sans l'autorisation écrite des auteurs.

2 - Malgré l'attention portée à la rédaction de ce journal, ses auteurs ou son éditeur ne peuvent assumer une quelconque responsabilité du fait des informations qui y sont proposéesSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

3 - Les erreurs de frappe, de date et autres incongruités contenues dans ce Castor™ seront ou ont déjà été corrigées dans sa version dédiée au marché américaiSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.nSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

4 - La direction du Castor™ tient à préciser qu'aucun enfant n'est victime d'agressions sexuelles au cours de la préparation, pendant la rédaction et lors de la publication de son hebdomadaire et que... que perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.


Le Castor - Fondation et équipe originelle

Le Castor - Organes afilliés

Université de Napierville - Page d'accueil

Le Castor™ - Édition précédente

Le Castor™ - Édition suivante

Le Castor™ - Édition courante