Volume XXIII, n° 13 11 mars 2013

Fondé en 1900 par le Grand Marshall, le CASTOR DE NAPIERVILLE fut, à l'origine, un hebdomadaire et vespéral organe créé pour la défense des intérêts de l'Université de Napierville et de son quartier. - Il est, depuis le 30 septembre 2002, publié sous le présent électro- nique format afin de tenir la fine et intelligente masse de ses lecteurs au courant des dernières nouvelles concernant cette communauté d'esprit et de fait qu'est devenu au fil des années le site de l'UdeNap, le seul, unique et officiel site de l'Université de Napierville.

De cet hebdomadaire publié sur les électroniques presses de la Vatfair-Fair Broadcasting Corporation grâce à une subvention du Ministère des Arts et de la Culture du Caraguay, il est tiré, chaque semaine, sept exemplaires numérotés de I à VII, sur papier alfa cellunaf et sur offset ivoire des papeteries de la Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin et trois exemplaires, numéroté de 1 à 3, sur offset de luxe des papeteries Bontemps constituant l'édition originale, plus trois exemplaires de luxe (quadrichromes) réservés au Professeur Marshall, à Madame France DesRoches et à Madame Jean-Claude Briallis, les deux du Mensuel Varois Illustré.

Deuxième édition

Note : L'édition corrigée, destinée au marché américain, paraît le jeudi. L'édition numérotée, avec corrections supplémentaires, destinée exclusivement au Cercle Littéraire des Grammaticiens et Lexicologues Amateurs de Saint-Jean-Étienne-sous-Bois (Var) paraît le samedi.

 
 


Manipulation de l'ocre par des cocus ictériques

(Musée de Honfleur)


Voyez la Galerie des photos de M. Sérien

 
 


  Cette semaine ?

Autant vous avertir : si vous avez l'intention de lire en diagonale la présente édition du Castor™, vous risquez de vous demander éventuellement ce que vous aurez manqué car ce numéro fera marque.

Simon Popp, d'abord, y va, cette semaine, d'une chronique en trois parties. Suit Copernique Marshall qui nous entretient, en résumé, vous allez me dire, mais il s'agit quand même de... dix pièces de théatre. Quant à notre jeune ami, Jeff Bollinger, il nous présente un sujet qui mérite beaucoup d'attention. Et puis y'a Paul Dubé ; où va-t-il, je me demande, dénicher ses enregistrements dont on n'entend jamais parler ?

Pour le reste ? Ben y'aura, ce vendredi, la grande braderie de la Vatfair-Fair and Co., et au cours des deux prochaines semaines, une conférence sur Isaac Chaucey, les dernières représentations du chef-d'oeuvre de Claude-Joseph Durat, le retour en force de la Chorale Heavy-Metal de l'Université, le Cisco Kid... sans compter que si les sagas islandaises vous intéressent...

Je vous laisse découvir le reste.

Bonne lecture !

Obédieusement vôtre,

Heméningilde Pérec, esq.
Co-directeur du Castor™ de Napierville
Secrétaire temporaire permanent
Université de Napierville


 



P'tite vie

J'ai un de mes amis qui vient d'avoir soixante-dix ans. Il a encore des cheveux (en fait : il en a beaucoup, ils sont à peu près noirs et il ne les teint pas). Il mesure quelque chose comme 1 mètre 80, ne fait pas trop d'embonpoint, est, comme on disait à l'époque, "propre de sa personne". Il est, de surcroît, célibataire. Son problème, c'est qu'il a un appartement, une auto, visiblement des sous, et il est encore non seulement présentable mais très intelligent, cultivé et fort intéressant.

Vous voyez le genre d'ici ?

Incapable d'aller nulle part sans se faire accrocher par une veuve qui s'ennuie, une jeune - et même très jeune -  dame qui en a jusque-là des "aventures" avec des va-nu-pieds, sans emploi fixe, qui en veulent à leurs beaux corps et qui ne possèdent que ce qui peut rentrer dans un sac de toile.

À ceux qui le connaissent, pouvez-vous, s'il-vous-plait, lui laisser la paix.

*** Fin de la petite annonce ***

Je ne sais pas comment ça se passe chez vous avec les quarts provisionnels, les déclarations de revenus, les "signez ici", mais j'ai l'impression, à chaque année, vers à peu près cette date, de me faire avoir et ce, depuis longtemps.

Le 28 février dernier, mon comptable m'a fait signer un chèque énorme, me promettant un "retour d'impôt" équivalant à 70% de ce chèque et une augmentation de mon fonds de retraite de 100% qui, lui, sera taxable quand je l'encaisserai. À combien de pourcentage ? Probablement, d'après les dernières projections (il y a de moins en moins de jeunes et les baby-boomers sont sur le point d'encaisser les leurs), quelque chose comme dans les 60-70%. - Faites le calcul.

J'y pense à chaque année. - Et si, au lieu de signer ce chèque, je n'avais rien fait, il me serait tout même rester 40 à 50% de son montant. Et tout de suite.

On me dit que c'est pour mes vieux jours. - J'ai connu ces vieux jours, ceux de mon père et de ma mère qui, à quatre-vingts ans, mettaient encore de côté de l'argent pour leurs vieux jours. (Faudra m'expliquer, un jour, pourquoi on met de l'argent de côté pour en avoir devant soi, mais il s'agit là d'une autre histoire.) - C'est un peu le principe de mettre de l'argent de côté (excusez la répéttiion) pour les mauvais jours et ne pas s'en servir quand des mauvais jours surviennent parce qu'il y en aura des pires.

Je connais au moins un principe, sauf que je ne l'applique pas : c'est celui de "Tu payes toute de suite ou tu paieras plus tard". Ça m'a l'air être une vérité de Lapalice.

Ce que je sais, c'est qu'on a beau essayer de me convaincre que je n'aurai jamais assez d'argent pour mes vieux jours, j'en aurai encore quand je mourrai (quand je me cadavrerai, comme j'ai récemment entendu) car mes parents en avaient et que quelqu'un, même si c'est le Gouvernement, héritera de ce qui me restera et ça me fait joliment scier.

*** Fin de la complainte du mois de mars ***

Au bar-restaurant où je vais déjeuner à presque tous les jours, y'a six ou sept serveuses aux corps ravissants. Elles ont entre vingt et trente ans et j'ai beau me pencher sur le livre que je suis en train de lire, je ne peux faire autrement que de lever régulièrement les yeux et admirer cette jeunesse insouciante qui croit que leur peau vaut son pesant d'or et qui joue des seins et des fesses.

Curieusement, elles se ressemblent toutes. Conséquence inévitable du goût de leur patron. Sauf qu'il a du goût, le bougre.

M'enfin, ce que je me demande, c'est ce qui leur arrivera dans vingt, trente ans. Seront-elles ces dames que je vois avec leur rouge à lèvre, leur mascara et leur fond de teint invisibles ?

Et quand je pense à elles, je me souviens d'un ami libraire, aujourd'hui à la retraite qui, au début de sa carrière se faisait dire non continuellement parce qu'il n'était pas ce qu'on pourrait appeler un Adonis et qui, trente ans plus tard se faisait harceler par ses clientes devenues moins jeunes...

Quand elles seront vieilles, assises auprès du feu, dévidant et filant, pour paraphraser Ronsard, se souviendront-elles que nous les regardions du temps qu'elles étaient belles ?

J'espère, pour ceux qui font partie de notre fuseau horaire, qu'ils n'ont pas oublié de changer l'heure samedi, il y a deux jours.

Simon


 


...

Notre bien-aimé cardinal est toujours à Rome
pour une question de succession.

Spitzman

 

 
c


Plays and plays

Let me tell you a joke :

There was this obscure and not too gifted theater company who, one day, decided, to stage The Diary of Ann Frank. - A disaster waiting to happen. - They used a bad scenario, hired an obviously blind decorator, a deaf musician and an incompetent director. The cast was dreadful particularly the girl that played Ann Frank who kept forgetting her lines and mumbled throughout the play. So, on the opening night, at the beginning of the third act, when Gestapo agents showed up, and asked where Ann was, the audience immediately got up and shouted loudly : "She's in the attic !"

So goes theater : good play + bad actors = bad play ; bad play + good actors = bad play ; and add bad play + bad actors for good measure. It also helps to have a good director, proper lightning, decent sets, etc.

I don't go to the theater that much. I do, occasionally, but treat what I see (and hear) the same way I read a book : I want to know how, Oedipus RexJulius Caesar or even Les plaideurs are being played nowadays.

My great-grand-father saw Mounet-Sully and Sarah Bernhardt (pronounced "Bernart" with a "t" at the end, like she did). My grand father saw Ethal Merman and William Gazton in Cole Porter's Anything Goes on Broadway. My own father saw Louis Jouvet and Edwige Feuillère. - All legendary actors. - I pride myself for having seen no less than Vincent Price on stage playing the role of Oscar Wilde ; an extraordinary performance, totally opposite to what he did in movies. So, in a way, I understand why people living in New York, London or Paris were willing to pay through the nose to see the likes of Brando or Olivier, and, at the moment,Scarlett Johansson who, I understand, is making a killing right now, but 350$ per seat to see Pacino ?

Woody Allen once said that he had vivid memories of sceneries he imagined when he listened to sketches played radio but had difficulties remembering those he had seen on television. Well, that's about it for me : the ones I imagined reading plays are very clear, the ones I saw on stage remain vague. That's another problem for theater.

Anyway, enough of this and let's go on with the ten plays I would suggest for anyone who never saw anything live.

In alphabetical order, as usual, but by authors, not titles :

  • This is going to surprise a lot of people but my first author is Paul Claudel and the play I would like everybody to see is his "Le soulier de satin". It's an unbelievable 11 (that's eleven !) hours long and was shown, I believe, only once in its entirety (over a two day period), I saw a shortened version (five fours), in Montréal, with Albert Millaire and Monique Miller, when I was seven. - T'was the first time I had been in a theater and, believe me, I was impressed. - Unfortunately "Le soulier de satin" is rarely staged because of its extreme length and its challenging production requirements. It's a love story practically mystical involving dozens of characters some divine, some comic which covers the better part of twenty years. Manoel de Oliveira made it into a movie that last nearly seven hours. - A play to be read. It is weighty, inspiring, and exquisitely beautiful. - A quotation ? Yes : "Marriage is not love but consent." - You can read various summaries and essays about it by typing its title in Google. Check the Internet Movie Datadabase.

  • My second play has more to do with Louis Jouvet than its author, Jean Giraudoux. It is called "Ondine" and is another love story, this time involving a knight and a water nymph. Giraudoux based his text on the 1811 novella "Undine" by the German Romantic Friedrich de la Motte Fouqué (sic) who sort of picked it up from a medieval legend. Now, as strange as it may sound, it is very romantic and certainly not for children. Jouvet who created the role of the knight recorded an excerpt for the Adès Label (RTF) with Dominique Blanchar as Ondine. 

  • My third play may sound modern - it is - compared to anything that makes sense, however nonsensical it might be, it is very interesting. It is called "La cantatrice chauve", was written in 1950 by Eugène Ionesco, and has since 1957 been played non-stop, at Le Théâtre de la Huchette in Paris (over 17,000 times !). A must-see. 

  • My fourth doesn't get played often. It is "The Price" written by Arthur Miller in the mid-sixties. Is it good ? Nothing to write home about - if you have see an Arthur Milller play, better see "Death of a Salesman" - but it has to be seen (not only read but seen) - not read : seen - for one of its character, Gregory Solomon, a witty Russian-Jewish antique dealer, nearly ninety years old.

  • Fifth is one of the best comedies written in French. - By Molière, of course : "Les femmes savantes" (1672). A wonderful satire on academic pretention. - Oh, to hear Trissotin read his famous sonnet:

    À LA PRINCESSE URANIE
    (sur sa fièvre)

    Votre prudence est endormie,
    De traiter magnifiquement,
    Et de loger superbement
    Votre plus cruelle ennemie.

    Faites-la sortir, quoi qu’on die*,
    De votre riche appartement,
    Où cette ingrate insolemment
    Attaque votre belle vie.

    Quoi, sans respecter votre rang,
    Elle se prend à votre sang,
    Et nuit et jour vous fait outrage ?

    Si vous la conduisez aux bains,
    Sans la marchander davantage,
    Noyez-la de vos propres mains.

  • Six is without any doubt the greatest play ever written by Jean Racine : "Phèdre". In 1677. A tragic love story between a mother and her step son. - Again, nothing to write home about but where you find verses like the following :
  • Tout m'afflige et me nuit, et conspire à me nuire.
    (All afflicts and injures me, and conspires to my injury)

    Ariane, ma sœur, de quel amour blessée,
    Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée.
    (
    Ariane, my sister, wounded by what love,
    You died on the shores where you were abandoned)

    Le jour n’est pas plus pur que le fond de mon coeur
    (The day is not purer than my heart)

    And I won't even attempt to translate this :

    La fille de Minos et de Pasiphaé.

  • At seven and eight, you'll find in my little black book two plays by the dramatrist's dramatrist. Should be on top of any list. His name is William Shakespeare and, of the 38 plays he wrote (16 comedies, 10 historical dramas and 12 tragedies), one could name ten, twenty, thirty, all of which are masterpieces. So ok, I'm suppose to name one. I'll name my two favorites : King Learn which I once saw in Paris and in French and Henry IV. And, what the hell, I'll, add another another one : Richard III

  • At number nine is a man who lived 400 years before Christ (497/496 to 406/405). No one knows exactly how many plays he wrote but the seven that survived are still part of every important theatre companys' repertoire. His name ? Sophocles. - If ever "Antigone" is played in your town, beg, borrow, steal but go and see it. - A tragedy ? - One of the most important ever written and, at times, an enigma wrapped in a riddle shrouded in mystery.

  • Finally, we come to one of the most talented playwright of all times : Oscar Wilde whose "The Important of Being Earnest" has been called the most brilliant play ever written. It is. Trust me. Just like "The dead" (James Joyce) has been called the most brilliant short story ever written. - Oh do try to get the 1951 Anthony Asquit's filmed version with Michael Redgrave, Michael Denison and the unbelievable Edith Evans as Lady Bracknell :

    First two lines :

    Algernon : Did you hear what I was playing, Lane ?

    Lane (his man servant) : I didn't think it polite to listen, sir.

    And who can forget this, said by Lady Brcknell who just heard that Earnest, who want to marry her daughter, was "found" in a train station when he was young `:

    You can hardly imagine that I and Lord Bracknell would dream of allowing our only daughter - a girl brought up with the utmost care- to marry into a cloak-room, and form an alliance with a parcel...

Good reading,

Copernique

P.-S. : Next time : music. Only problem is I'll have to split it in at least four essays : so-called classical, jazz, popular French, popular Other... We'll see.

 

Arbeit Macht Frei

Quelle belle phrase ! De quoi haïr à perpétuité ceux qui en ont si détourné le sens.

Vous devez, comme moi, avoir entendu parler de cette région en Ukraine où vivent des dizaines de centenaires et des centaines de nonagénaires qui vont au champ à tous les matins et qui, de ce fait, se considèrent comme faisant encore partie de la population active. Je pensais à eux la semaine dernière quand, rencontrant, par hasard, Paul Dubé, notre disk-jockey, qui revenait d'un sixième voyage aux États-Unis en moins de quatre mois. "Comment, lui ai-je demandé, vous travaillez encore ?" - "Eh oui, m'a-t-il répondu. Si j'ai fermé mon cabinet il y a trois ans, j'avais encore à coeur de fermer les mandats que j'avais encore et puis, de fil en aiguille, j'en ai accepté d'autres - ceux que j'appelle "les derniers" - et y'en a eu un dans le lot qui va me prendre plus de temps que je pensais..."

Au rythme où va la vie, j'ai bien peur que ce sera également mon sort et, probablement, avec la précarité des emplois d'aujourd'hui, celui de mes enfants. On ne s'en sort pas.

Ce n'est pas tellement mon job au magasin que je dirige qui m'inquiète, mais mon - j'allais dire "véritable" - métier qui est celui d'ébéniste que d'aucuns considèrent comme étant un passe-temps. Un passe-temps ? Comment considérer l'ébénisterie comme un passe-temps quand on a eu, comme prédécesseurs, des types comme Chippendale, Heppelewhite, Boule ? Je n'ose même pas considérer mes gaucheries comme étant dignes d'eux sauf que n'est-ce pas un véritable plaisir de savoir ce qu'on aura à apprendre jusqu'à la fin de ses jours ?

Il y a quelque temps, justement, j'avais un problème de queues d'arronde relatif à un meuble qui doit contenir une sculpture d'Auguste Moreau (1834-1917) que le propriétaire veut pouvoir retirer sur une tablette du meuble dans lequel elle sera contenue et la faire pivoter sur une plaque tournante (et je ne vous parlerai pas de l'éclairage). Un véritable délice. Et, dans un autre autre d'idée, dans un restaurant, sur le Plateau Mont-Royal, il y a quelque temps, qu'est-ce que je vois entrer ? Une jeune fille. Vingt, vingt-deux ans, avec une caisse (vide) de vin comme on en fait encore pour les grands crus. Curieux, je me suis levé pour lui demander ce qu'elle allait en faire. "Mais un bout de bibliothèque m'a-t-ell répondu : je viens d'emménager dans mon premier appartement." - Que j'étais heureux pour elle.

Dans le fond, je plains les bureaucrates, les pousseux-de-papier, les petits dirigeants de petits établissements comme celui où je gagne ma vie : nous ne voyons jamais rien. Nous administrons sans savoir ce que nos clients vont faire du chèque qu'on leur envoie ou le machin-chose qu'on leur a vendu. Vive les laveurs de carreaux, les réparateurs de locomotives et même les "femmes de ménage" qui, le soir, entrant chez eux ou chez elles savent exactement ce qu'ils ont accompli dans la journée.

Et puis vous savez ce que Paul m'a mentionné avant de me quitter »?

"Que le travail n'était pas une maladie."

Jeff

 

L'Humanité :

La justice a prononcé un non-lieu pour le dernier patron d’Amisol, bagne de l’amiante à Clermont-Ferrand, mis en examen en 1999 pour empoisonnement et homicide involontaire.

France Soir :

Roselyne Bachelot va siéger dans la commission Jospin.

La Croix :

En France à l’occasion du premier anniversaire de la tuerie de Toulouse, le président israélien Shimon Peres a rencontré des imams français.

Le Monde diplomatique :

À partir du mois prochain, Le Monde diplomatique coûtera 5,40 euros.

The Morning Call of Leigh Valley - Allentown, Pennsylvania

Les fonctionnaires du canton de Bethléem ont exigé l'évacuation, hier, d'une maison située à proximité d'un trou béant qui s'est ouvert dans la chaussée près de la voie d'accès au 1502 de la Second Street.

Radio-Canada :

Des membres de l'Association des victimes de prêtres ont manifesté à Montréal hier après-midi devant l'église Saint-Viateur d'Outremont pour appuyer « fortement » la candidature du cardinal Marc Ouellet pour succéder à Benoit XVI comme pape.

Libération :

La socialiste Anne Hidalgo, candidate à la succession du maire de Paris, Bertrand Delanoë, a appelé dimanche sa possible concurrente, Nathalie Kosciusko-Morizet, à faire la preuve de sa «modernité» en prenant notamment position sur la parité et le non-cumul des mandats.

Le Parisien

Une soixantaine de clients du Noma, restaurant danois classé meilleure table du monde trois ans de suite, ont été victimes d'une intoxication en février. Certains ont pourtant accepté d'y retourner.

Le Figaro :

À partir du 25 avril, les canifs de poche, les petites battes de baseball et les clubs de golf seront autorisés à bord des avions au départ des Etats-Unis. Selon l'Agence américaine de sécurité dans les transports (Transportation security administration, TSA), cet élargissement des objets autorisés en cabine vise à réduire les files d'attente et à réaliser quelques économies. Cette annonce a provoqué l'indignation des américains.

 

Cette semaine et la semaine prochaine :

Esplanade du Grand-Marshall
Le vendredi 22 dès huit heures du matin jusqu'au coucher du soleil :

Grande braderie de la Vatfair-Fair & Co.

À noter, en particulier :

  • Vente de six tanks (i.e. : chars) M4 Sherman entièrement restaurés et fonctionnels
  • Une machine à voyager dans le temps (date de livraison : sans aucune importance)
  • Six sous-vêtements ayant appartenus au pape Pie XII
  • Plusieurs objets de luxe
  • Une robe ayant été vue par Pierre Cardin
  • Douze bouteilles de Her Majesty's Mystery Score when Lit 001 Centenarian whisky dont tous les barils, on le sait, on été bénis par l'évêque d'Inverness.
  • Coffres-forts portatifs fabriqués par la Vatfair-Fair Bank Accessories Company
  • Un bar-foyer-stéréo en Arborite
  • Peintures polychromes (sur velours) à l'effigie d'Elvis
  • Etc., etc.

***

Salle Marc-Ronceraille
Demain midi et reprise le soir à vingt heures :

La Chorale des Cordonniers de Saint-Georges-de-Didonne (Var)

sous la direction de

Vincenzo Fueri Tempo

***

Conférence 1
Salle Marc-Ronceraille
Le jeudi 14, à 19heures :

La vie et l'oeuvre d'Isaac Chaucey
(1779-1840)

Celui qui, au cours de la guerre de 1812 entre les nouveaux États-Unis et ce qui allait devenir le Canada construisit des navires aussi rapidement qu'on pouvait, à l'époque, le faire et qui les lança sur le lac Ontario de sorte à détruire les forces britanniques qui construisaient des navires aussi rapidement qu'on pouvait le faire, à l'époque.

par :

Le professeur James C. Emeritus

de la Canadian Historical Society of Lake Ontario.

Réservations fortement recommandées.

***

Conférence 2
Même salle
Le mercredi 20, à 14h40 :

La période d'Ayouthaya
(1350-1767)
de la
poésie siamoise

par

Le Professeur Nieko Nežino

de L'institut Apytikslis de Klaipéda (Lithuanie)

***

Nous rendront visite au cours des deux prochaines semaines :

  • Marie-Henri de Beyle - Rédactrice-en-chef de la revue Battitappeto.

  • Jennifer Morgantaler - Somelière (spécialité : vins finlandais)

  • Willaim Standway Parkinson III - Chasseur de criminels nazis (à la retraite)

  • Cristiann Eijkman - Danseur derviche (amateur)

  • Abraham Ouellete - Ex-propriétaire de valolons et plaines

  • Ephraim Chambers - Journalier (à la pige)

  • William Wilberforce - Opérateur de machine Nespresso

  • Manuel Garcia IV - Ex-danseur de la Troupe de danseurs gauchers de Monaco
ue

Au Théâtre du Grand Marshall
Dès demain, jusqu'au dimanche 24 mars - à 20h00
Tous les jours (sauf les lundis)

La feinte par amour

comédie de

Claude-Joseph Dorat
(1734-1780)

Présentée pour la première fois le 31 juillet 1773

Par la Troupe du Grand Marshall :

Mélise, jeune veuve ... Georgette Harrison
Damis, amant de Mélise ... Robert Plante
Lisimon, oncle de Mélise ... Félix Lauter
Dorine, suivante de Mélise ... Micheline Durand
Germain, laquais de Damis ... Roger Garceau

et

Fernand Robidoux dans le rôle de Floricourt

La scène est dans la maison de Lisimon, commune à Mélise et à Damis.

Mise en scène, musique, décor, éclairage et répartition des rôles : George de Napierville.

***

En la salle du Grand Marshall
Le vendredi 15 et samedi16
Et du jeudi 21au samedi 23
À vingt heures

Les petits chanteurs de Rosemont
sous la direction
de Térence Letendre

Extraits de Motezuma
du compositeur tchèque
Josef Myslivecek (1737-1781)

Livret de Vittorio Amedeo Cigna-Sant

Au piano : Germaine Sommelier

Réservations fortement recommandées.

***

Au musée du Grand Marshall
Jjusqu'au 24 mars
Tous les jors (sauf les lundis)

Cinquante ans de Presse

Immense collection de unes de journaux
américains et européens
dont près de 200 pages tirés du Petit Journal

***

Note aux parents d'enfants en bas âge : tout enfant se verra remettre, à l'entrée, un sac de friandises de même qu'un petit chaton.

***

 

Au Bijou, cinéma de répertoire

Trois salles, trois films ou deux ou trois courts-métrages:
Dès demain - tous les jours - représentation continue de midi à minuit
Jusqu'au dimanche 24 mars.

Les grands films de

Duncan Renaldo
(alias "The Cisco Kid")

The Gay Amigo de Wallace Fox (1949),
avec Kippee Valez dans le rôle de... Kippee Valez.

The Daring Caballero du même réalisateur (1949 également),
avec David Leonard dans le rôle de Patrick Del Rio.

The Girl from San Lorenzo de Derwin Abrahams (1950)
avec Jane Adams dans le rôle de Nora Malloy.

Avec (en prime), dans les trois films, Leo Carillo dans le rôle de Pancho.

***

Sur les ondes de la CNAP et de la CCAP

Nouvelles boursières

Tous les samedis dès huit heures du matin, l'éminent économiste Pierre Rochemenier est en ondes, pour expliquer pourquoi ses prévisions de la semaine précédente se sont avérées fausses. - Sujet cette semaine :

La baisse de la demande intérieure brute due, en Allemagne, au contrôle des salaires .

Les grands interviews

Le mardi 12 mars (première partie ) et le mardi 19 mars (deuxième partie).
De vingt heures à vingt-deux heures :

Gavrilo Grabež, auteur d'une récente étude en serbo-croate (23 volumes) sur les sagas islandaises dont deux volumes consacrés uniquement à la Reykdœla saga ok Víga-Skútu - Interviewer : Copernique Marshall.

Le vendredi 15, à 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair de l'Institut.

Le jeudi 20, à 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair, fils, de l'Institut

Les grands récitals-concerts

Les samedis 16 et 23, à vingt heures, en direct du Palais du Bingo :

Claudio Monteverdi
(1567-1643)

Vespro della Beata Vergine (1610)

Larges extraits chantés par :

La chorale Heavy Metal de l'Université de Napierville

Sous la direction de :

Manfred "Muscle" Legendre

 


C'est en faisant des recherches sur Falconetti (voir la dédicace ci-dessous) que j'ai appris que Petru Guelfucci, le chanteur d'origine corse (très connu au Québec), est né dans le même village (Sermano ou Sermanu - 120 âmes) que le père de celle qui a si brillamment incarné Jeanne d'Arc dans le film de Carle Dreyer en 1928.

C'est disponible sur YouTube et cela provient d'un cd intitulé tout simplement Corsica.

Il s'agit de la chanson-thème (musique de Macdaniel Christophe) de ce CD paru chez Tinder en décembre 1996.

Corsica (extrait seulement)


Cliquez sur le lecteur ou la note (format MP3) :

Les enregistrements qui ont fait partie de cette série sont disponibles intégrablement, dans l'ordre inverse qu'ils ont été publiés :

Cliquez ICI.

          


 

Mr. Friedrich Schleirmacher (Rev.) - Bas Sulza (Thuringia), Allemagne

Denis Diderot.

Mr. Edward Preble (Commandant) - Portsmouth (Hampshire), Royaume-Uni

La ligue des trois états (The Tri-State League) devait son origine aux états du Missouri, du Rhode Island et de South Dakota.

Mme Prospérine Mérimée - Saint-Etienne-Du-Rouvray (Seine-Maritime), France
La chose a été confirmée auprès de bergers, de gitans, de commis-voyageurs et de deux vendeurs de produits Apple. On peut donc s'y fier.
Mrs. Contantinette Lemire - Sorel-Tracy (Montérégie), Québec

Non, Madsame, les gens dans les miroirs ne savent pas qu'ils n'existent pas.

Mr. J. J. Audubon - Frederick (Maryland), États-Unis

Yes, she was rather an unstable jump-of-the-bridge sort of person.

Mme Piazza Smythe - Lithgow (New South Wales), Australie

Un perruquier du nom de Cloudesley Shovel

M. Geoffrion Massenet - Bijeljina, Bosnie-Herzegovine

Malheureusement, à son âge, il semblerait que les seules femmes qui s'intéressent à lui aient été considérablement affectées par la gravité

Mrs. Angela Burdett-Coutts - Kota Kinabalu (Sabah), Malaisie

Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation, a.k.a "LASER".

Mme Simonde de Simondi-Carnot - Aserrío de Gariché (Chiriki), Panama

Oats ? A grain which, in England, is given to horses and, in Scotland, supports people.

 

Cette édition du Castor est dédiée à la douce mémoire de :

Renée Jeanne Falconetti
(1892-1946)

c

"They took a French leave with their French horn. "

("Ils ont filé à l'anglaise avec leur cor anglais.")

- A. A.

 

Webmestre : France L'Heureux

Webmestre : Éric Lortie

Webmestres : Paul Dubé et Jacques Marchioro

 

1 - Tous droits réservés. - Copyright © UdeNap.org. - La reproduction de tout ou partie du matériel contenu dans cette édition du Castor™ est interdite sans l'autorisation écrite des auteurs.

2 - Malgré l'attention portée à la rédaction de ce journal, ses auteurs ou son éditeur ne peuvent assumer une quelconque responsabilité du fait des informations qui y sont proposéesSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

3 - Les erreurs de frappe, de date et autres incongruités contenues dans ce Castor™ seront ou ont déjà été corrigées dans sa version dédiée au marché américaiSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.nSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

4 - La direction du Castor™ tient à préciser qu'aucun enfant n'est victime d'agressions sexuelles au cours de la préparation, pendant la rédaction et lors de la publication de son hebdomadaire et que... que perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.


Le Castor - Fondation et équipe originelle

Le Castor - Organes afilliés

Université de Napierville - Page d'accueil

Le Castor™ - Édition précédente

Le Castor™ - Édition suivante

Le Castor™ - Édition courante