Volume XXIII, n° 11 11 février 2013

Fondé en 1900 par le Grand Marshall, le CASTOR DE NAPIERVILLE fut, à l'origine, un hebdomadaire et vespéral organe créé pour la défense des intérêts de l'Université de Napierville et de son quartier. - Il est, depuis le 30 septembre 2002, publié sous le présent électro- nique format afin de tenir la fine et intelligente masse de ses lecteurs au courant des dernières nouvelles concernant cette communauté d'esprit et de fait qu'est devenu au fil des années le site de l'UdeNap, le seul, unique et officiel site de l'Université de Napierville.

De cet hebdomadaire publié sur les électroniques presses de la Vatfair-Fair Broadcasting Corporation grâce à une subvention du Ministère des Arts et de la Culture du Caraguay, il est tiré, chaque semaine, sept exemplaires numérotés de I à VII, sur papier alfa cellunaf et sur offset ivoire des papeteries de la Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin et trois exemplaires, numéroté de 1 à 3, sur offset de luxe des papeteries Bontemps constituant l'édition originale, plus trois exemplaires de luxe (quadrichromes) réservés au Professeur Marshall, à Madame France DesRoches et à Madame Jean-Claude Briallis, les deux du Mensuel Varois Illustré.

Deuxième édition

Note : L'édition corrigée, destinée au marché américain, paraît le jeudi. L'édition numérotée, avec corrections supplémentaires, destinée exclusivement au Cercle Littéraire des Grammaticiens et Lexicologues Amateurs de Saint-Jean-Étienne-sous-Bois (Var) paraît le samedi.

 
 


Récolte de la tomate par des cardinaux apoplectiques au bord de la Mer Rouge

(Musée de Honfleur)


Voyez la Galerie des photos de M. Sérien

 
 


  Bienvenue à tous les congressistes

Le Quartier Universitaire accueille, en effet, cette semaine et la semaine prochaine les parents, amis, clients et actionnaires du Vatfair-Fair Group of Companies dont ses deux présidents-directeurs-généraux en les personnes de Philémon Vatfair III et Placide C. Fair.

Au programme, des ateliers de travail qui se tiendront dans différents endroits et qui amènent l'interruption temporaire de certaines activités notamment au Palais du Bingo et en la salle Marc Ronceraille.

On pourra consulter le programme complet de toutes les activités au garage Esso, esplanade du Grand Marshall (demander Georges) et dans les corridors des édifices A, B et C.

À ne pas manquer : les discours d'ouverture et de clôture du congrès

Dans ce numéro du Castor™, quelques détails de même que les chroniques et nouvelles auxquelles la masse si fine et si intelligente de nos lecteurs sont habitués.

À noter la fermeture du cinéma Le Bijou (les trois salles) et quelques modifications au niveau de la programmation des chaînes CNAP et CCAP.

Bonne lecture !

Obédieusement vôtre,

Heméningilde Pérec, esq.
Co-directeur du Castor™ de Napierville
Secrétaire temporaire permanent
Université de Napierville


 



Oh, femmes !

Vous pouvez vous imaginer qu'avec le caractère que j'ai, les femmes ne restent pas trop longtemps dans mes bras. Et pourtant, je les adore.

Je ne sais pas au juste si j'aime les aimer ou si je les aime vraiment, mais ce que je peux vous dire c'est qu'elles sont de magnifiques créatures. Folles, humeurs imprévisibles, changent d'avis de jour en jour (d'heure en heure), mais elles demeurent de compagnie très agréable. Surtout la première fois, lors du premier rendez-vous, parfois même pendant quelques semaines. Et puis, elles débarquent : vous remplissent un tiroir, deux ; accrochent leurs vêtements dans votre garde-robe ; se mettent à déplacer vos bibelots, vous donnent des conseils sur la décoration de votre appartement et finissent par devenir embêtantes..

Je vais préciser :

C'est comme cela qu'elles se conduisent avec moi - mon caractère encore une fois - car j'en connais qui se conduisent différemment avec d'autres, mais, règle générale, elles sont toutes folles.

Je pensais, ce matin, à leur donner quelques conseils, sauf qu'elles vont penser à les refiler à leurs amies, ces conseils ne s'appliquant pas à elles, naturellement :

  • D'abord, cessez de vouloir paraître jeunes. À trente ans, je regrette, mesdames, vous n'avez plus ce corps divin de vos vingt ans. Et à quarante, vous aurez des vergetures et des bourrelets que, hommes du monde, nous ferons semblant de ne pas voir.

  • Ne coupez pas vos cheveux : les hommes - et j'en ai questionné des centaines - adorent les longs cheveux, mais, pour une raison quelconque, vous finissez toutes par les couper.. - Même gris, ils sont beaux. - Personnellement, j'adore les cheveux gris.

  • Pas de rouge à lèvres.. Ça tache. Ça a mauvais goût. Et puis c'est laid. - Et chez les plus que soixante ans, c'est d'un ridicule consommé.

  • Ne suspendez jamais vos bas - et cette horrible invention que sont les "bas-culottes" - au dessus de la barre où l'on accroche les rideaux de douches. - La prochaine qui me fait ça aura mes slips sales et déchirés à ses pieds lorsqu'elle sortira du lit.

  • Votre mère, aussi gentille qu'elle peut être, nous ne voulons pas la connaître, ni la fréquenter. Deux fois par année (et encore...), ça suffira. Surtout qu'il y a toujours un beauf' pas loin derrière avec sa femme qui, parce que nous l'ignorons, jouera du cul pour attirer notre attention.

  • Dites-nous, de temps en temps, que vous êtes contentes d'être avec nous. - En contre-partie, nous vous dirons que vous êtes belles et que nous vous aimons.

  • Cessez de nous dire de boire moins, de perdre du poids, de cesser de fumer : nous avons des médecins qui sont là pour ça.

  • Et non, nous ne coucherons pas avec toutes les femmes que nous regardons dans les bars, les restaurant ou même à l'opéra. - Tout ce que c'est, c'est une question d'instinct.

  • Et puis, ne monnayer pas votre sexe.
Et devant l'avalanche de courrier que je vais recevoir, je me tais.

Simon

 


Religions

There's one thing I find difficult to deal with and it's the fact that I am, obviously part of a Church and that I have to defend that Church against others, whatever denomination they might have : protestant (about sixty of them), buddhist (about a thousand) or Islamic (well, they say they're all united but...) and so on.

I hold a position inside my Church which allows me to think differently as opposed to what-could-be-called "ordinary Catholics" (which, to me makes no sense at all), one of my privileges which permits me not to be immediately excommunicated because I happen to read sermons that Luther said four, five hundred years ago, or when I pick up stuff written by Maimonides, eight hundred years ago.

Hogwash, I say.

Religion is not hurting your neighbor. Not killing him because he has a cross that's different than yours.

Aren't we all children of God ?

Traduction :

Il y a une chose que je trouve difficile à traiter et c'est le fait que je fais, évidemment partie d'une Église et que je dois défendre cette Église contre les autres, quelles que soient la dénomination : protestante (environ une soixantaine), bouddhiste (plus de mille) ou islamique (une seule et unique, disent leurs fidèles mais ...) etc..

J'occupe une position à l'intérieur de mon Église qui me permet de penser différemment, contrairement à ce que pourrait-être-appelés les "catholiques ordinaires" (ce qui, pour moi n'a aucun sens) et un de mes privilèges me permet de ne pas être immédiatement excommunié lorsqu'il m'arrive de lire les sermons que Luther d'il y a quatre, cinq cents ans, ou lorsque je lis les écrits de Maïmonide qui, eux, datent de huit cents ans.

De la foutaise.

La religion, c'est ne pas faire mal à son voisin. De ne pas pas le tuer parce qu'il a une croix qui est différente de la sienne.

Ne sommes nous pas tous enfants de Dieu?

Spitzman

 
c


On lists...

I've discovered over the years that whenever one says something and somebody disagrees, one, invariably, all of a sudden, becomes opinionated conceited, stubborn and downright unreasonable. This is particularly true when one expresses a view on, say, litterature, movies or paintings (let's call it "art" for the moment but the same principle applies in connection with landscapes, food or cities). - Am I opinionated conceited and stubborn ? Of course I am but, when I do say something, I am not asking you to agree with me but I do have the right to ask you to listen.

A thought that occurred to me last week following the number of letters I got concerning my "ten best books" list of two weeks ago. Sorry if I forgot "Les misérables", books by Dostoievsky or "War and Peace". Sorry if I didn't mention Benoîte Groult or novels written after 1980 but I never mentioned that my list was to be God's gift to literature.

This week, it's gonna be even worst because everybody and their dogs seem to have particular views about movies.

I nearly divided my list in two : silent movies (which is an entirely different form of art) and speakies but before I go on, let me tell you something about myself :

Regularly, I keep thinking that I must be the most antisocial animal that ever existed, unlike my father and his father and the father of my grandfather : I question everything. - I'm a keen observer, by the way, of what's happening to quantum physics which has thrown, sort to say, a stone in the quiet waters of regular physics, even that which was a bit stirred by Einstein.

I hate tenacious opinions which is why I have a tendency to read stuff I basically disagree with : makes me look at things differently so... when someone tells me that such or such a film is the greatest of all times, I ask why he (or she) thinks the way he (she) does and, from that point on, he (she) thinks I'm somebody who disagrees with what he (or she) told me. - I don't : I want to have precisions.

Nasty habit, but how do you get rid of IT ?

Anyway, today, I'm gonna talk about films. MY list of [ten best] films. - With which I will disagree tomorrow.  - I will say something though : I will disagree with anything a 25 year old (and under) believes to be great films (see Simon Popp's Bêtes noires column of two weeks ago). There is no way one can pass a judgment on any film unless one has seen at least 2 000 films and I don't care if 904,875 visitors of the Internet Movie Data Base site say that Frank Darabont's The Shawshank Redemption (1994) is the greatest film of all times, it will, in my mind, remain an overrated film.

Years ago, by the way, I made a list of 100 films that one should see but that list was preceded by a warning that said it wasn't a list of 100 best films but a list of 100 films that one should look at if one wanted to know what a cinéphile had looked at by the end of the twentieth century. It included bad, good, exceptional and a few odd films. I wish I could find it again. To see how many (20 ?) would no longer appear in it... Probably not the following :

Ten films (alphabetical order) :

  1. A Night at the Opera

    My "Ten Best", of course, had to start with this zany comedy which, I'm lead to believe is the second best film the Marx Brothers ever made, the first one being "Duck Soup".

  2. Blade Runner

    Do I like sci-fi films ? Yes. Some of them. As opposed to this Blade Runner, I would recommend anybody to see the first two films of the Terminator trilogy (the second is the best) but certainly not 2001 : A Space Odyssey which, to me, was a self-indulgent hogwash by that master of nothing, Staley Kubrick (well he did make Paths of Glory and The Shining which are two films one should see).

    This one has everything : a bleak future, unusual robots and a curious ending.

  3. Dead, The

    John Huston made better films (and he was a great actor, i.e. : Chinatown), films like : The African Queen, Moby Dick, the unfortunately practically forgotten, today, Reflections in a Golden Eye, etc. but in this last film of his, written by his son, Tony, (based on James Joyce's short story) and in which his daughter was an unforgettable Gretta (she won an Oscar for her role in Prizzi's Honor, another great film by Huston).

  4. Grande Illusion, La

    Well, for one thing, there's Eric von Stroheim in it. And Jean Gabin. And Pierre Fresnay. And the unforgettable Julien Carette who went on to play in apparently Jean Renoir's masterpiece, La règle du jeu. - One has to see Eric von Stroheim. In any film he made or acted in.

  5. North By Northwest

    How does one can even think of ordering Hitchcock's films in any order ? - This is my favorite but I believe The Birds was a better film.

  6. La passion de Jeanne d'Arc (Dreyer - 1928)

    One word : Falconetti. - Paul [Dubé] would say : "Meril Streep, va te rhabiller..."

  7. Quai des Orfèvres

    I'm an unconditional fan of Louis Jouvet and this is one of his best. Would you believe that he appears half an hour after the movie begins and thereon... steals the show.

  8. Singing in the Rain

    In the immortal words of an ex-American President : «Read my lips : I hate musical comedies». Can't bear a play interrupted by someone, out of nowhere, stepping forward and singing something that, most of the time, had nothing to do with what's going on. But this is a gem.

  9. Some Like it Hot (Billy Wilder - 1959)

    Thirty nine years went on between this film and The Big Lebowski (Joel Cohen - 1998) which made me laugh as much. Gives you an idea of what happened to comedy after the Marx Brothers, W. C. Fields, Laurel and Hardy and Buster keaton...

  10. The third Man

I should have quoted Citizen Kane, here, or even - what I believe to be his greatest work, Touch of Evil but being a fervent admirer of whatever he touched, Orson Welles remain one of the giants of Le grand écran in which, in this film he has, well, a minor role (although he does play the role of The Third Man) but there is no doubt that he had an immense influence on this film made by Carol Reed in 1949. Rumor has it that he was the one that discovered Anton Karas whose zither playing was perhaps, in film scores, the one that, finally, people payed attention to. Images ? Typically Orson Welles' although definitely a Carol Reed's film.

You want more ? - Try "Great Expectations" by David Lean, any film by Jean-Pierre Melville, "Big Business" by Leo McCarey, "Sunset Boulevard" by Billy Wilder, "Volpone" by Maurice Tourneur, "La kermesse héroïque" by Georges Feyder, "Mon oncle" by Jacques Tati, "Les tontons flingueurs" by Georges Lautner, "Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages" by Michel Audiard...

I could go on for weeks.

But don't forget to always mention your favorite films but be prepared to defend them !

Copernique

P.-S. : And there's something I never could understand : why the Godfather I, II and III so touched the imagination of film viewers ? - Didn't these viewers realize that they more or less admired gangsters, killers and downright despicable people ?,

 

Enfantillages

Écrire ? Non pas un talent mais une malédiction.

Qu'est-ce qui pousse quelqu'un à s'asseoir avec un plume ou un crayon devant une table et mettre par écrit des choses que peut-être personne ne lira au lieu de... je ne sais pas, moi... se lever et d'aller respirer de l'air frais ou tout simplement regarder le soleil se coucher ?

J'avais mon petit Thomas dans mon bureau récemment, docilement assis, avec ses dix ans, regardant son père taper Dieu-sait-quoi sur le clavier de son ordinateur. Je le regardais, plus tard, devant son ordinateur en train de rechercher des vignettes et des photos pour décorer sa chambre et je me disais : "Tiens, cet enfant-là ne suivra pas mes traces : il sera fort différent." Ni non plus son frère Frédéric, deux ans plus jeune, qui s'intéresse passionnément au foot et qui ne tient pas en place.

Décidément, tous les parents vous le diront, nos enfants, nos propres enfants, nous surprennent. - Plus jeune je pensais que les miens allaient, en quelque sorte, perpétuer qui je suis, mais non : ils s'en vont dans leur direction qui est fort différente de la mienne.

Elyanne a beau me dire qu'ils me ressemblent, qu'ils ont hérité [de] mon caractère, je ne le constate pas du tout. D'ailleurs, je trouve que nos deux filles, Alysée et Matisse, ne lui ressemblent pas non plus. Et quand je les regarde grandir, je m'inquiète. Que deviendront-elles ? Qui les prendra, plus tard, dans ses bras ? - Seront-elles heureuses. J'espère.

Entre temps, quand je polis le dessus d'un bureau et que Thomas me regarde comme si j'étais un Dieu, je sens le poids de mille ans sur mes épaules.

Jeff

 

L'Humanité :

Les délégués au 36ème congrès du PCF ont adopté, ce week-end, à Saint-Denis, une feuille de route ambitieuse pour leur parti et pour la gauche.

France Soir :

Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé sa candidature à la têtede l'UMP.

La Croix :

Les autorités fiscales suisses auraient exclu que Jérôme Cahuzac, ministre du Budget, ait eu un compte bancaire à l’UBS à son nom ou à celui d’une société depuis 2006.

Le Monde diplomatique :

Une première en Amérique latine : le 30 janvier s’est ouvert un procès pour "génocide et crimes contre l’humanité" à l’encontre de l’ancien dictateur guatémaltèque Efraín Ríos Montt.

The Morning Call of Leigh Valley - Allentown, Pennsylvania

Un homme accusé d'avoir mordu une des lobes de sa petite amie dans la municipalité de Bethlehem devra passer quelque 14 à 28 mois de prison ferme.

Radio-Canada :

Le Parti québécois s'engage à défendre la réduction de l'endettement des étudiants. Les militants du parti ont adopté une résolution en ce sens au conseil national du PQ qui s'est conclu hier à Drummondville.

Libération :

Le Nigeria est devenu champion d'Afrique pour la troisième fois de son histoire en battant le Burkina Faso en finale de la CAN-2013 dimanche à Johannesburg.

Le Parisien

Viande de cheval : Hamon convoque une réunion de crise à Bercy.

Le Figaro :

La société laïque s'est rebellée après l'assassinat de Chokri Belaïd. Le parti islamiste Ennahda risque à son tour l'implosion : fera-t-il passer la Tunisie d'abord ou son idéologie avant tout ? L'impasse politique pourrait le contraindre de choisir.

 

Cette semaine et la semaine prochaine :

Esplanade du Grand-Marshall

Plusieurs activités dans le cadre du Congrès de la Vatfair-Fair

Notemment : patinages de vitesse et courses de chiens.

***

Salle Marc-Ronceraille
Tous les jours sauf les dimanches, cette semaine et la semaine prochaine.

Atelier de travail du Groupe Vatfair-Fair

  • Lundi (ce soir) : Vatfair-Fair Locomotive Products and Wood Carving Facilities 
  • Le mardi 12 : Vatfair-Fair Air (Lennoxville) and Co. et Vatfair-Fair Air Aeroplane Company
  • Le mercredi 13 : Vatfair-Fair Gourmet Food and Shoe Emporium
  • Le jeudi 14 : La Compagnie d'Aréoplanes de Saint-Isidore et d'Issoudun
  • Le vendredi 15 : Vatfair-Fair Soap Rental
  • Le samedi 16 :Vatfair-Fair Broadcasting Corporation (division radio)
  • Le lundi 18 : Vatfair-Fair Computer and Bird Calling Equipment 
  • Le mardi 19 : Vatfair-Fair Broadcasting Corporation (division télévision)
  • Le mercredi 20 : Vatfair-Fair Confetti Recycling Company
  • Le jeudi 21 : The Vatfair-Fair Collapse of Bridge and Sinking of Irregular Feries Insurance Company
  • Le vendredi 22 : Les Comptoirs Coloniaux Vatfair et les Comptoirs Coloniaux Vatfair-Fair & Co.
  • Le samedi 23 : Clôture du congrès. - Discours de Philémon Vatfair III, pdg du Vatfair-Fair Conglomerate

***

ue

Au Théâtre du Grand Marshall
Jusqu'au dimanche 24 février - à 20h00
Tous les jours (sauf les lundis)

Dupuis et Des Ronais

comédie de

Collé

Présentée, pour la première fois, le 17 janvier 1763

Par la Troupe du Grand Marshall :

M. Dupuis, homme de finance et père de Marianne .. Michel Leblanc
Marianne, fille de M. Dupuis et amoureuse de Des Ronais... Nancy Lemarchais
Des Ronais, autre financier et amoureux de Marianne.... Oscar Dumerleau
M. Clénard, ci-devant précepteur du feu neveu de M. Dupuis... Charles Missionaire
M. Gaspard, notaire... Thomas Quintal
La Violette, valet de chambre de M. Dupuis... Victor Humbert

et

Raynald Lamarche dans le rôle d'un laquais de M. Dupuis

La scène est à Paris, dans le salon de M. Dupuis

Mise en scène, musique, décor, éclairage et répartition des rôles : Réal Lalonde

***

Au musée du Grand Marshall
Jusqu'au 24 février
Tous les jours (sauf les lundis)

De la collection personnelle d'Alcide «Slow Drag» Pavageau :

323 Rolodex

Dont plusieurs ont appartenus à des politiciens.

Plus de six mille fiches y compris des centaines annotées à la main.

En prime : deux Rolodex, modèle Braille.

Également au programme : deux appareils Bétamax et un Fax.

***

Note aux parents d'enfants en bas âge : tout enfant se verra remettre, à l'entrée, un sac de friandises de même qu'un petit chaton.

***

 

Au Bijou, cinéma de répertoire

Fermeture temporaire jusqu'au 24 février

(Locaux occupés par des congressistes.)

***

Sur les ondes de la CNAP et de la CCAP

Nouvelles boursières

Tous les samedis dès huit heures du matin, l'éminent économiste Pierre Rochemenier est en ondes, pour expliquer pourquoi ses prévisions de la semaine précédente se sont avérées fausses. - Sujet cette semaine :

La disparition de la cenne noire.

Les grands interviews

Le mardi 12 février (première partie) et le mardi 19 (deuxième partie) :

DeWitt Clayton auteur d'une étude en huit volumes sur l'absence (ou presque) d'animaux domestiques dans À la recherche du Temps perdu. - Interviewer : Copernique Marshall.

Le vendredi 15, à 19h00

L'inoubliable chanteur de tango, Carlos Gardel.

Le jeudi 21, à 19h00

Musique de circonstances.

 


Quand la compaguie Impulse (MCA) demanda à John Coltrane, alors à l'apogée de sa gloire, d'enregistrer un disque avec un chanteur ou une chanteuse, Coltrane consentit, mais à une condition : que le chanteur soit Johnny Hartman (1923-1983), peu connu du grand public mais envers qui la critique a toujours été fort élogieuse, un peu à la manière de Mel Tormé, plus connu.

C'était il y a cinquante ans (dans un mois) et c'est encore un des disques de Coltrane qui se vent le mieux. La version qu'ils firent de Lush Life de Billy Strayhorn (1915-1967), un des comnpositeurs favoris de Duke Ellington, demeure un classique du genre.

J'ai choisi pour illustrer le 33t qu'ils enregistrèrent en une seule journée de mars 1963, une chanson moins connue de nos jours et qui fut un grand succès sur le Broadway en 1948 et un passage inoubliable d'un film tourné en 1950 : They Say It's Wonderful tiré d'une comédie musicale dont le livret était de Dorothy et Herbert Fields et la musique d'Irving Berlin, Annie Get Your Gun qui fut jouée pas moins de 1,147 fois.

Avec le quatuor classique de John Coltrane (1926-1967), au saxo ténor : McCoy Tyner (1938- ), au piano, Jimmy Garrison (1934-1976), à la contrebasse et Elvin Jones (1927-2004), à la batterie.

Un 33t Impulse MCA no. 5661.

They Say It's Wonderful

 

Cliquez sur le lecteur ou la note (format MP3) :

Les enregistrements qui ont fait partie de cette série sont disponibles intégrablement, dans l'ordre inverse qu'ils ont été publiés :

Cliquez ICI.

          


 

M. Dumas de Beaupré-Royaume - Paris, 7e

Les confessions d'un enfant du cycle, La légende des cycles et le fameux tandem dont se servait l'équipe des frères Catilina. (A. A.)

M. Henry Higgins - Victoria (Colombie Britannique)

"...encores que Sa Majesté soit le principal chef des armes et de toutes chozes qui deppendent de sa coronne, vous estes son lieutennent general, qui commandées soubz luy à tout ce qui est soubz la coronne..." (Blaise de M.)

M. Charles Greville - Ville-Émard (Montréal)

".... puisqu'ils touchent simultanément, comme des géants plongés dans des année, à des époques si distantes, entre lesquelles tant de jours sont venus se placer - dans le Temps. " (M.P.)

Mme. Emma Lyon - Desolation Bay (Québec)

"... après quoi je descendrai hardiment, le crucifix à la main, dans l'éternité." (F. R. De C.)

M. james Graham - Uranium City, Nevada

Au village de Claquebue.

M. Joseph Black - Vienne (Autriche)

Le même âge que Clémence Arlon.

M. Horatio Nelson - St-Éloigné-de-Tout (Lac-St-Jean, Québec)

Des dernières lignes qu'il dit "insignifiantes" en date du 12 juin 1949 mais annotées le 25 janvier 1950.

M. Alexander Bell - Henryville (belgique)

"Adieu ! Ainsi s'embrassent les parricides quand ils se séparent avant de fuir sur la mer géante !" (P. C.)

M. Samuel T. Coleridge - Southampton (Royaume-Uni)

Le pasteur de cygnes. (R. de M.)

M. Washington Allston - Vladislakov (Ukraine)

"Jam res Romana adeo erat valida, ut cuilibet finitimarum civitatum bello par esset." (Tite-Live)

 

Cette édition du Castor est dédiée à :

Malwine Braunwarth

c

"Rien de plus navrant que de constater, au cours d'un débat, que l'on a tort. "

- J. K. J.

 

Webmestre : France L'Heureux

Webmestre : Éric Lortie

Webmestres : Paul Dubé et Jacques Marchioro

 

1 - Tous droits réservés. - Copyright © UdeNap.org. - La reproduction de tout ou partie du matériel contenu dans cette édition du Castor™ est interdite sans l'autorisation écrite des auteurs.

2 - Malgré l'attention portée à la rédaction de ce journal, ses auteurs ou son éditeur ne peuvent assumer une quelconque responsabilité du fait des informations qui y sont proposéesSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

3 - Les erreurs de frappe, de date et autres incongruités contenues dans ce Castor™ seront ou ont déjà été corrigées dans sa version dédiée au marché américaiSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.nSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

4 - La direction du Castor™ tient à préciser qu'aucun enfant n'est victime d'agressions sexuelles au cours de la préparation, pendant la rédaction et lors de la publication de son hebdomadaire et que... que perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.


Le Castor - Fondation et équipe originelle

Le Castor - Organes afilliés

Université de Napierville - Page d'accueil

Le Castor™ - Édition précédente

Le Castor™ - Édition suivante

Le Castor™ - Édition courante