Volume XXV, n° 3 15 octobre 2012

Fondé en 1900 par le Grand Marshall, le CASTOR DE NAPIERVILLE fut, à l'origine, un hebdomadaire et vespéral organe créé pour la défense des intérêts de l'Université de Napierville et de son quartier. - Il est, depuis le 30 septembre 2002, publié sous le présent électro- nique format afin de tenir la fine et intelligente masse de ses lecteurs au courant des dernières nouvelles concernant cette communauté d'esprit et de fait qu'est devenu au fil des années le site de l'UdeNap, le seul, unique et officiel site de l'Université de Napierville.

De cet hebdomadaire publié sur les électroniques presses de la Vatfair-Fair Broadcasting Corporation grâce à une subvention du Ministère des Arts et de la Culture du Caraguay, il est tiré, chaque semaine, sept exemplaires numérotés de I à VII, sur papier alfa cellunaf et sur offset ivoire des papeteries de la Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin et trois exemplaires, numéroté de 1 à 3, sur offset de luxe des papeteries Bontemps constituant l'édition originale, plus trois exemplaires de luxe (quadrichromes) réservés au Professeur Marshall, à Madame France DesRoches et à Madame Jean-Claude Briallis, les deux du Mensuel Varois Illustré.

Deuxième édition

Note : L'édition corrigée, destinée au marché américain, paraît le jeudi. L'édition numérotée, avec corrections supplémentaires, destinée exclusivement au Cercle Littéraire des Grammaticiens et Lexicologues Amateurs de Saint-Jean-Étienne-sous-Bois (Var) paraît le samedi.

 
 


Les allégations de corruption ?
Le maire s'en lave les mains

Vous avez manqué les dernières photos de M. Sérien ?

Voyez sa Galerie

 


  Retraite ? Jamais !

J'étais, avant-hier, avec un ami de longue date, un des rares, d'une époque révolue, qui ont survécus aux tumultueuses fluctuations que Saturne (façon de parler) nous impose au cours de notre passage sur terre.

Nous comptions : soixante ans ? - À peu près. - Ce qui ne nous rajeunissait pas.

J'ai dit "fluctuations", mais ajoutez, aux vagues et parfois tsunamis que ces fluctuations nous imposent, les inévitables déménagements, voyages, mariages, absences prolongées, éloignements temporaires, imprévus... il devient évident que nous contrôlons peu notre existence.

Nous comptions. Ma calculette et son téléphone (un iPhone, n'en déplaise à Monsieur Popp - voir sa chronique) nous indiquaient deux nombres 61 et 63. Nous avons coupé la poire en deux : 62.

À la retraite, mon ami m'a demandé ce que je faisais encore au Castor™, moi qui suis à l'aube d'être un octogénaire.

Ma réponse ? C'est que j'ai un plaisir fou à lire les chroniques de Simon Popp, cité ci-dessus, de Copernique, du jeune Jeff et du, naturellement, Cardinal Spitzman. Et, oui, j'écoute religieusement, à chaque livraison les enregistrements que Paul essaie de nous faire découvrir.

Et puis... je n'embête pas Madame Pérec en restant à la maison à regarder le Canal Météo et lire La Presse.

Bonne lecture !

(Et je vous rappelle que nous corrigeons nos fautes de frappe lors de l'émission de la deuxième édition de cet organe.)

Obédieusement vôtre,

Herméningilde Pérec, esq.
Co-directeur du Castor™ de Napierville
Secrétaire temporaire permanent
Université de Napierville


 



Vieux grognon...

Avez-vous déjà vu ça ? Depuis que j'écris cette chronique, je ne peux plus me pointer quelque part sans que quelqu'un [me] dise : "Tiens, v'là le vieux grognon à Simon. De quoi va-t-il encore se plaindre aujourd'hui ?"

Je ne me plains pas, je ne grogne pas : je ne fais que vous dire, dans les mots de Claude Péloquin, d'arrêter de vous faire prendre pour des caves. Mais je sais que je me bats contre des moulins-à-vent.

"There's a sucker born everyday day" comme disait P.T. Barnum, auquel il faut ajouter l'invariable "Never give a sucker an even break" de W. C. Fields.

Je ne peux m'astreindre à penser qu'il faille faire confiance aux politiciens, aux preachers américains, aux revendeurs d'autos usagées ou à, je ne sais pas moi, Apple, par exemple. Comment la jeune serveuse du Bar ***, rue Ontario, à Montréal, (à peine 22 ans) peut-elle croire qu'elle est sur la bonne route après s'être fait vendre, à 500$ l'unité, trois des six téléphones qu'Apple a mis en marché dans les derniers, quoi... quatre, cinq ans ? Et que dire de la Madame de Brossard ou de Boucherville qui, pour envoyer dix messages par semaine à sa fille, a cru qu'il fallait un ordinateur de 1 500$. Que dire du bonhomme habitant Candiac, parce que les taxes y sont moins chères, se tape deux à trois heures de route chaque jour à raison de 150$ d'essence par semaine.

Remarquez que je ne leur en veux pas à tous ces gens qui vont éventuellement s'acheter des voitures hybrides, ou des écrans de 72" (*) pour regarder/écouter le blablabla de trois, quatre invités discutant d'un sujet qui est vaguement relié au domaine de l'art, c'est-à-dire du dernier projet du petite ami du réalisateur.

J'en vois une régulièrement qui doit avoir dans les 24, 25 ans et qui est récemment passé du domaine du sport à la critique de cinéma. Mais avec qui a-t-elle bien pu coucher pour venir nous emmerder, comme ça, avec ses critiques où elle n'a même pu, il n'y a pas très longtemps, prononcer correctement le mot "Walkérie".

Je n'ai pas d'objection à ce que tous et chacun aient ses opinions mais, de grâce, ne me demandez pas de les partager.

Mon portable ? Un Samsung Galaxie S3. - Apple peut bien essayer d'en stopper la vente, ils n'en seront là qu'avec leur iPhone 9.

Simon

 (*) À se demander ce qu'ils vont faire de leur écran de 68"...

 


Leçon ?

Je me suis souvenu, il n'y a pas très longtemps de Ramiro Reynaga. - Je ne sais pas si ce nom vous dit quelque chose... - Il s'agit du chef d'une tribu indienne de Bolivie qui, lors de la visite du pape dans ce pays, en 1985, lui a fait parvenir une Bible accompagnée d'une lettre dans laquelle il dit : "Nous, Indiens des Andes et d'Amérique, ont décidé de vous retourner ce livre parce que, en cinq siècles, il ne nous a apporté ni amour, ni paix, ni justice."

Je ne sais pas ce qui est arrivé par la suite mais j'espère que le message a été compris.

Spitzman

 
c


And back to my obscure writer...

I was having lunch last week in a fast-food restaurant in New York, eating salt, cholesterol, fat (both kinds) and lotsa other stuff I can't even pronouce... to which was attached a variation of Montreal's Smoked Meat called Pastrami and thinking, as one does in such situations, about my favorite flavor of-the-last-five-six-weeks obscure writer (see my last two columns) whose obscurity, it seems, at first glance, was due to the fact that nobody read him (makes sense doesn't it ?).

Problem was : why did nobody read him ? - The way I figured it is that, first of all, he was boring and then he wrote in an rather unusual way.

Years ago, I was in touch with a young woman in San Francisco on a subject it would take me four columns to explain and who insisted to write to me in French because, she said, she knew the language, having lived an entire year in Paris. Every letter she wrote took me a couple of hours to read because she was using a vocabulary dating back to the late nineteen century and I had, literally, to decipher sentences that made no sense in the twentieth. - If you want to know what I'm talking about, read Anatole France or a bad translation of John Ruskin. - And then, one day, I realized that she was writing to me in English but translating everything to French. Correct (actually admirable) grammar, proper sentence construction down to that dreadful «concordance des temps» on which one could write 6 000 pages just explaining what it's all about.

In a nutshell that is what distinguished my boring latest literary interest, the one and only James Randale who lived at the time of - I said it before - Cromwell, that well known protector whose body was exhumed, after the restoration of monarchy in England, and hanged for people to see what happened in you were against royalty.

He wrote in Latin. Well not in Latin really but very close to. Like instead of using the standard who-what-to-whom, he wrote all his sentences in the who-to-whom-how-when-and-then-what. It wasn't "Last week, John gave an apple to Mary". Nope. It read : "John, to Mary, last week, an apple, gave." - Now keep that up for a page, two pages and then a whole book and you're bound to annoy people. Which he did.

And then, there was the stuff he wrote about - sorry : and then the stuff about which he wrote...

Let me put it this way : he was a you-name-it-and-I'll-write-about-it sort of fellow, including an essay on essays and of course Cromwell whom he seemed to have disliked particularly. Which is what got him killed and decapitated.

But speaking of decapitation, did you know that, in 1933, Adolf Hitler had a guillotine constructed and tested. He was impressed enough to order 20 more and immediately put them into service. It was his favourite way of disposing of his political enemies. Between 1934 and 1945, it is said that he had more people guillotined than the French executed during the reign of the Terror... Scary, ain't it ?

Hope you enjoyed.

Copernique

 

Art et artisanat

J'ai eu une conversation fort intéressante il y a dix jours avec une dame très jolie qui voulait que je lui fabrique une "Poudreuse Beau Brummel" (voir la photo ci-dessus) et qui me disait en avoir vu une à Paris, mais à un prix inabordable. (J'étudie encore la manière de la fabriquer, les matériaux à utiliser et tente d'en réduire le coût sans trop lésiner sur la qualité. - Un délicieux projet.)

Au cours de notre entretien, nous sommes passés de l'ébénisterie aux "objets d'art", à la sculpture pour finalement nous lancer dans une discussion au sujet de l'art et l'artisanat.

Nous sommes tombés d'accord sur une chose : que ceux qui disent être des "artistes" aujourd'hui, ne sont pour la plupart que des artisans, que l'art n'avait rien à voir avec la coiffure, les costumes, la décoration intérieure ou le dessin d'un meuble, d'une rampe d'escalier ou même la construction d'un édifice. (N'en déplaise aux coiffeurs-coloristes, ensembliers ou dessinateurs industriels.) - Qu'une toile pouvait n'être qu'un objet décoratif, que la musique pouvait n'être qu'une suite de sons plaisants, qu'un roman, qu'un film pouvaient n'être que des amusements temporaires.

Elle m'a cité Proust. Pas tout à fait comme suit (quand même !), car c'est après que j'ai pu retrouver le texte en entier :

La grandeur de l'art véritable, au contraire de celui que M. de Norpois eût appelé un jeu de dilettante, c'était de retrouver, de ressaisir, de nous faire connaître cette réalité loin de laquelle nous vivons, de laquelle nous nous écartons de plus en plus au fur et à mesure que prend plus d'épaisseur et d'imperméabilité la connaissance conventionnelle que nous lui substituons, cette réalité que nous risquerions fort de mourir sans avoir connue, et qui est tout simplement notre vie. La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue [...]. Cette vie qui en un sens, habite à chaque instant chez tous les hommes aussi bien que chez l'artiste. Mais ils ne la voient pas parce qu'ils ne cherchent pas à l'éclaircir... "

Et voilà. Tout à fait ce que je pense.

Je suis un artisan. Je fabrique des meubles. Les plus beaux, les plus solides, les durables qu'il soit. J'espère qu'ils serviront longtemps. Loin de moi l'idée de même penser qu'on puisse y voir autre chose qu'un être qui a essayé de faire passer sa philosophie, ses idées, ses émotions dans des pièces de bois.

Émotions ? Oui. Toute musique - car nous avons également parlé de musique - peut soulever des émotions. Et également là-dessus, nous sommes tombés d'accord : pour qu'elle fasse partie de la conscience humaine, pour qu'elle passe du côté de l'art véritable, il faut également qu'elle soit intrinsèquement justifiable.

Je retourne dans mon atelier.

Poudreuse "Beau Brumel"

Jeff

 

Caroline du Nord

Clint Bowyer a remporté l'épreuve de Charlotte.

Syrie

Aux dernières nouvelles, l'armée syrienne tenterait de reprendre aux rebelles des positions clés.

Québec (Province de)

Six multinationales sont parties en guerre contre l'Office québécois de la langue française : Best Buy, Costco, Gap, Old Navy, Guess et Walmart.

Shanghai

L'homme préhistorique se serait nourri de pandas, estime un scientifique chinois.

Mauricie (Québec)

La Sûreté du Québec (SQ) aurait retrouvé le corps d'un homme qui était porté disparu depuis jeudi, au nord de La Tuque (Québec), treize kilomètres au nord de St-Foulard.

République Démocratique du Congo

Le sommet de la Francophonie à Kinshasa est clos.

et, en dernière heure :

Pékin

Mort de Norodom Sihanouk, l'ancien roi du Cambodge.

 

Cette semaine et la semaine prochaine :

Esplanade du Grand-Marshall

Fermeture annuelle du kiosque de musique

(Le vendredi 19, à midi)

Présence assurée de nombreux dignitaires locaux.

Salle C6 - Édifice D

Demain, de midi à quatorze heures :

Vente semi-annuelle d'objets de piété.

(Chapelets, scapulaires, statuettes en plâtre, etc.)

Conférence
Salle Marc-Ronceraille
Le mercredi 17 octobre, à 13h30

L'absence notoire du plomb dans les crayons dits "à mine de plomb"

par :

Ronald Trépanier

ex-expert-chimiste de l'institut Plante et Associés.

Conférence 2
Même salle
Le mercredi 24 octobre, à 14h40

L'avenir du verre dans les régions désertiques de l'Afghanistan

par

Geoffrey Terence Bottomswortg

auteur d'une thèse de doctorat sur les objets de verre dans la littérature contemporaine.

***

Nous rendront visite au cours des deux prochaines semaines :

  • Alidor Noël - Coureur des bois

  • Sarto Lacroix - Chirurgien-dentiste et danseur à claquettes (temps libres)

  • Marguerite Caseault - Crisseuse

  • Amilda Marquis - Dessinatrice d'emballages-cadeaux

  • Laszlo Kovacs - Véhiculeur de communications

  • Véronique Lamarche - Professeur de sciences occultes

  • Céline Ahmad - Chauffeur-ventriloque

  •  John Daigneault - Technicien de murs transparents (laveur de vitre)
 
 

Au Théâtre du Grand Marshall

Jusqu'au 10 novembre, à compter du jeudi le 18 octobre,
(du jeudi au samedi inclusivement - à vingt heures)

Le Quatuor de Clarenceville

Musique de films

Pour plus de renseignements (sur le Quatuor de Clarenceville), cliquez ICI.

Pour plus de renseignements (sur le programme), voir Georges au Garage Esso.

***

En la salle du Grand Marshall
Dès le jeudi 8 jusqu'au 27 octobre
Du jeudi au samedi inclusivement - à vingt heures

Pierre Michel et sa troupe

Chansons et poèmes de Théodore Botrel

Danses bretonnes et semi-bretonnes

En vedette :

Bleiz Oadren
Arrière-petite-fille d'une femme qui a connu le poète.

Billets en vente à la procure de l'Université et au garage Esso, esplanade du Grand Marshall.

***

Au musée du Grand Marshall
Dès demain, jusqu'au 28 octobre
Tous les jours (sauf les lundis)

Oeuvres pré-et-post-colombiennes

Prêt du Musée des Arts Décoratifs du Caraguay.

***

Note aux parents d'enfants en bas âge : tout enfant se verra remettre, à l'entrée, un sac de friandises de même qu'un petit chaton.

***

Au Bijou, cinéma de répertoire

Trois salles, trois films ou deux ou trois courts-métrages:
Dès demain - tous les jours - représentation continue de midi à minuit
Jusqu'au dimanche 28 octobre.

Les grands films de :

Milos Husak Dubchek

Celui qu'on a surnommé, avec raison d'ailleurs, le Fassbinder des Intellectuels.

Trois comédies tirés de son oeuvre hollywoodienne

  • Schwarzeschaftoteblieder (Lieder sur la mort des brebis égarées) - 1924

  • Der Geier (Les vautours meurent aussi) - 1926 - 1927

  • Der Mord (La mort était au rendez-vous)

Une tragédie

  • Die Burleske Komik (Relève tes culottes, Marguerite) - 1929

Et ce qui fut sans doute son chef d'oeuvre :

  • Das Ostern (Pâques) (1964) (avec Yuki Ohno et Margit Carstensen)

Pour plus de renseignements, cliquez ICI.

***

Sur les ondes de la CNAP et de la CCAP

Nouvelles boursières

Tous les samedis dès huit heures du matin, l'éminent économiste Pierre Rochemenier est en ondes, pour expliquer pourquoi ses prévisions de la semaine précédente se sont avérées fausses. - Sujet, cette semaine : la location de villas de luxe.

Les grands interviews

Demain, le mardi 16 octobre (première partie) et le mardi suivant, le 22 (deuxième partie) :

Léandre St-Georges

Auteur d'un volume critique sur les oeuvres de Madame de Staël intitulé :

Comment se faire des amis avec des décolletés plongeants.

Interviewer : Copernique Marshall.

Le jeudi 18 octobre à 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair de l'Institut.

Le jeudi 25 octobre à 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair de l'Institut.

Les grands récitals-concerts

Le samedi 20 octobre, à vingt heures - reprise le 27, même heure - en direct du Palais du Bingo :

Le soulier de satin(*)

Musique d'accompagnement
pour une représentation
de la pièce de

Paul Claudel

Musique de :

Charles Legrand-Thivierge

Interprétée par :

L'Orchestre Monégasque de Monte-Carle

sous la direction de :

Josh Yturri

Invitée spéciale :

Michèle Legrandin
( théorbe)

(*) La direction insiste pour rappeler à ses auditeurs qu'il n'y a pas la paire.

 


Nos amis français ne connaissent pas ce touche-à-tout qu'est - oui, il est toujours très vivant et très actif - Paul Lecorre, mieux connu, sous son nom d'«artiste», «Tex» Lecor, nom qui lui fut donné alors, qu'étudiant à l'École des Beaux-Arts de Montréal, il chantait dans les cabarets locaux s'accompagnant à la guitare.

Sa grande période d'auteur-compositeur-interprète s'est déroulée dans les années soixante et même soixante-dix où il aconnu une assez forte gloire chantant, par exemple, des choses comme «Le frigidaire» (chanson écrite, en 1971, par Georges Langford et qui fut traduite en je-ne-sais-plus-combien de langues).

Touche-à-tout ? Il a fait de la radio, de la télévision ; il a participé à différents Festivals de l'Humour ; a été longtemps le pince-sans-rire des Insolences du téléphone ; il fut et, à notre connaissance, est encore pilote de brousse et... peintre.

Né à Saint-Michel-de-Wentworth en 1933, il aura cette année 79 ans.

Personnellement, c'est son côté iconoclaste qui nous l'a rendu sympathique.. À preuve, cette chanson qui daterait de la fin des années soixante (sa discographie est très difficile à reconstituer). Elle s'intitule tout simplement «La ballade du gars brûlé», un véritable petit chef-d'oeuvre d'humour... euh... noir. - Paroles et musique de... Tex Lecor.


Cliquez sur le lecteur ou la note (format MP3) :


Note : Les enregistrements qui ont fait partie de cette série sont disponibles intégralement, dans l'ordre inverse qu'ils ont été publiés.

Cliquez ICI.

          


 

M. Charles-Henri Tranchemontagne - Louisville, Kentucky

Agnetha, Björn, Benny et Anni-Frid

M. Tom Brady - Venise-en-Québec, Québec

On appelle portemanteau les mots formés de la contraction de deux autres, i.e. : moteur + hotel = motel.

Mme Géraldine Michel - Paris 16e
Taumatawhakatangihangakoauauotamateaturipukakapikimaungahoronukupokaiwhenuakitanatahu (en Nouvelle Zélande)
M. William de L'avenue - Londres SW2

Des six qui firent partie du groupe, trois furent des frères : Moe, Curly et Shemp.

M. Terence t. Trudeau - Nazaireville, Belgique

Mark Twain (Samuel Clemens), en 1835 et en 1910, sauf qu'il n'en aurait vu aucune de ses deux apparitions.

M. Valentin Viager - Bingbangtown, New York

1+2+3+4+5+....+100 = 5050

M. Raymond Ducerf - Macéré (Haute-Savoie)

Barbara Millicent Roberts, mais nous l'avons déjà dit.

Mme Fernande Cuvillier - St-Hilaire-le-Menteur (Basses-Pyrénées)

Rien à voir avec César : elle fut créée à Tijuana, au Mexique, au début des années 20 (1920).

M. Elvin Bosford - Wolfgang (Allemagne de l'Est)

La hippopotomonstrosesquippedaliophobie mais aussi la nécrobiopalacontidropophysiologie.

 
 

Cette édition du Castor est dédiée à :

Alec Guiness
(1914-2000)

Attention : cette photo pourrait être sujette à des droits d'auteur.

c

"[Un jour], le vieux bon Dieu à barbe blanche, arrivera sur la terre, avec son trousseau de clefs,
et dira à l'humanité, ainsi qu'on dit au Salon, à cinq heures :
«Messieurs, on ferme!»."

Edmond et Jules de Goncourt.

 

Webmestre : France L'Heureux

Webmestre : Éric Lortie

Webmestres : Paul Dubé et Jacques Marchioro

 

1 - Tous droits réservés. - Copyright © UdeNap.org. - La reproduction de tout ou partie du matériel contenu dans cette édition du Castor™ est interdite sans l'autorisation écrite des auteurs.

2 - Malgré l'attention portée à la rédaction de ce journal, ses auteurs ou son éditeur ne peuvent assumer une quelconque responsabilité du fait des informations qui y sont proposéesSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

3 - Les erreurs de frappe, de date et autres incongruités contenues dans ce Castor™ seront ou ont déjà été corrigées dans sa version dédiée au marché américaiSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.nSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

4 - La direction du Castor™ tient à préciser qu'aucun enfant n'est victime d'agressions sexuelles au cours de la préparation, pendant la rédaction et lors de la publication de son hebdomadaire et que... que perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.


Le Castor - Fondation et équipe originelle

Le Castor - Organes affiliés

Université de Napierville - Page d'accueil

Le Castor™ - Édition précédente

Le Castor™ - Édition suivante

Le Castor™ - Édition courante