Volume XIV, n° 26 4 septembre 2012

Fondé en 1900 par le Grand Marshall, le CASTOR DE NAPIERVILLE fut, à l'origine, un hebdomadaire et vespéral organe créé pour la défense des intérêts de l'Université de Napierville et de son quartier. - Il est, depuis le 30 septembre 2002, publié sous le présent électro- nique format afin de tenir la fine et intelligente masse de ses lecteurs au courant des dernières nouvelles concernant cette communauté d'esprit et de fait qu'est devenu au fil des années le site de l'UdeNap, le seul, unique et officiel site de l'Université de Napierville.

De cet hebdomadaire publié sur les électroniques presses de la Vatfair-Fair Broadcasting Corporation grâce à une subvention du Ministère des Arts et de la Culture du Caraguay, il est tiré, chaque semaine, sept exemplaires numérotés de I à VII, sur papier alfa cellunaf et sur offset ivoire des papeteries de la Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin et trois exemplaires, numéroté de 1 à 3, sur offset de luxe des papeteries Bontemps constituant l'édition originale, plus trois exemplaires de luxe (quadrichromes) réservés au Professeur Marshall, à Madame France DesRoches et à Madame Jean-Claude Briallis, les deux du Mensuel Varois Illustré.

Deuxième édition

Note : L'édition corrigée, destinée au marché américain, paraît le jeudi. L'édition numérotée, avec corrections supplémentaires, destinée exclusivement au Cercle Littéraire des Grammaticiens et Lexicologues Amateurs de Saint-Jean-Étienne-sous-Bois (Var) paraît le samedi.

 
 


Tiens, le maire avec une cravatte rouge...
Devinez pour qui il ira voter.

Vous avez manqué les dernières photos de M. Sérien ?

Voyez sa Galerie

 

Avis aux électeurs de la Province de Québec

L'Union des Électeurs Catholiques du Quartier Universitaire de Napierville,

en ce jour d'élection,

invite tous ses membres à voter pour un candidat honnête, probe,
indépendant de fortune, désintéressé et au service de ses concitoyens.

 


  Élection

À la haute tribune qu'est la permanence éditorialiste du Castor™, nous recevions, il y a une semaine, une lettre d'un jeune homme de St-Agapit (comté de Lotbinière, Québec) nous demandant, relativement aux capitales élections qui se tiennent, aujourd'hui (*), pour qui voter.

Des lettres enflammées de la jeunesse agapitoise, au fil des ans, nous en avons reçues plusieurs, mais aucune nous posant l'épineuse question du choix qui s'impose - je répète : aujourd'hui - à la masse de ceux qui auront à élire, d'universelle et démocratique façon, ceux qui seront au timon du prochain gouvernement de la province où est située non seulement le quartier de l'Université de Napierville mais la ville qui y est adjacente.

"Que lui répondre ?" ai-je demandé à droite, tout comme à gauche (et même au centre). N'ayant eu aucun avis précis - ou plutôt trop d'avis précis -, je ne lui ai pas répondu.

Que le moins pire des partis l'emporte. Voilà ce que nous souhaitons à tous nos lecteurs.

Obédieusement vôtre,

Herméningilde Pérec, esq.
Co-directeur du Castor™ de Napierville
Secrétaire temporaire permanent
Université de Napierville

(*) Pour nos lecteurs d'outre-mer : élection provinciale.


 



Rentrée ?

Je me suis demandé la semaine dernière ce qui était arrivé à cette stupide coutume qu'on appelait, à l'époque, l'«initiation», imposée à tous les étudiants qui entraient à l'université. Personnellement, je pense être passé entre deux générations, celle qui m'a précédé et qui consistait à forcer les nouveaux arrivants à porter un chapeau ridicule, se présenter devant «les vieux», la tête basse, pour vanter leur sagesse et celle qui m'a suivi - et qui fut par la suite interdite, et pour cause - où toutes les étudiants et étudiantes devaient subir d'humiliantes épreuves telles que, pour ceux qui se destinaient aux beaux-arts, à se faire asperger de peinture et d'excréments, ou encore, pour ceux qui "entraient" en médecine, avoir à se dévêtir pour se faire «ausculter» par leurs prédécesseurs. Et, encore : j'en passe et des pires. - Paraît que l'initiation au défunt collège militaire de Saint-Jean (non loin d'ici) n'était pas piqué des vers. - On m'en a raconté des bouts et, comme dit Monsieur Pérec, «à cause des jeunes filles à l'écoute», je me dispenserai de les répéter.

J'ai été «initié» une seule fois dans ma vie. Dans un sotte confrérie dont il m'a fallu devenir membre pour avoir accès à un club privé où tous ceux de ma profession étaient... membres. - Elle existe encore car je reçois, bon an, mal, trente-six invitations à un ou deux congrès qui se tiennent à l'autre bout du monde et auquels je n'ai jamais assisté car, entre vous et moi, je me dis, comme Groucho Marx qu'une association qui m'accepte en son sein ne mérite pas que j'en fasse partie. - Cette initiation consistait à étendre les bras et imiter les battements d'ailes d'un oiseau quelconque en récitant quelques vers en vieil anglais dont je n'ai jamais cherché le sens. (Quand je vous ai dit que c'était une «sotte» confrérie.)

Ici, à l'UdeNap (je me suis renseigné), il paraît que, dans les années trente, tous les nouveaux devaient défiler en rang sur la Grande rue du Grand Marshall pour que les habitants du quartier puissent se familiariser avec eux, mais cette tradition n'aurait duré que quelques années.

Heureusement d'ailleurs.

Simon

 


La foi

À la question qu'on me pose souvent, à savoir si, avec la science et particulièrement les récentes découvertes de planètes hors du système solaire, on pouvait encore se permettre de croire en Dieu, je n'ai qu'une réponse : Dieu existe (c'est mon métier !) mais, de grâce, ne confondez pas Dieu et la religion (ou Dieu et les religions). - L'un dépend de ce que nous pouvons penser de l'univers alors que l'autre, hélas, n'a souvent servi qu'à mettre sous le joug des millions de personnes alors qu'elle aurait dû servir à nous entraider.

Spitzman

 
c


Serendipity

A couple three months ago [*], I wrote about Osgood C. Goodell, an obscure scribbler who left his diary to my great grand father, the «Grand Marshall». Continuing the task I was given to classify his boring verses, I happened to stumble upon one of his sibblings whose claim to fame could have been his remarkably remarkable lack of good looks compensated by an equally remarkably remarkable fortune that ran into megabucks (megapounds in his case) : John T. Windsor-Smythe who, literaly, looked like someone who had just stepped out of a coffin. (The «T» in his name, by the way, stood for «Terrazo». Who said that the Windsor-Smythes had no sense of humour ?).

He was bald, short, stout, stuttered and wore glasses the thickness of which could have been favourably compared to bottoms of wine bottles. - And he had very bad teeth. - Yet, despite his also remarkably remarkable disregard for the world around him (and his bad manners), he managed to be one of the stars of the best «salon de l'époque», that of Madame Lessieur who was intelligent and extremely good looking (but foremost good looking) and held what, today, would be called «not-to-be-missed 5 à 7»'s every other day in her «hôtel particulier», rue Hoche, near Le Parc Monceau. (I did mention he was an expatriate who lived in Paris, did I not ?)

In Madame Lessieur's salon - something which is surprising considering his shortcomings (he had many others) - , he managed to charm, under the disguise of a noble nobody, just about everybody withing earshot with his bons mots and his flamboyant knowledge of French Literature. - Hey, the man may have had an all gloom and sacharine personality but he was somebody that sort of no-one could forget. Unfortunately, he was also a bad poet. (I guess you had to be there.)

Technically (what an awful word to use !), as a poet, he was OK,. I mean his verses rhymed and all but the stuff he wrote about, instead of laying anybody who was anybody in the ailes, seemed to have interested only young women between graduation and children, and even at that, unremarkable (sorry !) young women between what I just said. - Funny thing I guess : he was the last of seven poets produced by a generation of Windsor-Smythes each more uninteresting than the other. What did make him remarkably remarkable (last time, I promise) was his superb sense of humour, second only, I understand, to Oscar Wilde's or Jerome K. Jerome's whom I mentioned in my last column and of whom he was a contemporary. I understand he was the creator of the original mother-in-law joke one of which was noted by - of all people - Robert de Montesquiou who, sitting down at one of those diners heard someone said :

«... full bodied, imposing with a nutty base, sharp-bite, fighting and bitter after taste..."

To which John. T. Windsor-Smythe replied : "Are you talking about the wine or your mother-in-law ?»

Maybe he should have stuck to jokes as his career as a poet went toiletwards during his entire lifetime. In short, it wasn't for noodlers like me, writing in a prestigious weekly-forthnighly like this, he would have sanked without a trace into a poetic nowhere, poetically.

Copernique

[*] March 12, 2012 (Editor's note)

P.-S. (In reply to Mrs D. of Beaconsfield (Québec) :

Yes, Madame, I have to confess a fatal weakness for Paris. - Apart from the fact that it is the most beautifiul city in the world and that it has the best bookshops on the planet, it also happenbs to be the café capital of the known universe. - Some people, I agree with you, might prefer the cafés of Vienna, but, you have to admit, that Vienna is a bit too... German (?).


 

Pathétique, formidable, écoeurant...

«Bizarre... Vous avez dit "bizarre"... comme c'est bizarre...» (Drôle de drame de Marcel Carné. Avec Louis Jouvet, Michel Simon et Françoise Rosay - 1937.)

J'ai dû m'absenter quelques jours il y a une semaine pour rencontrer un richissime client de *** qui, ayant lu ici que j'étais ébéniste, m'a commandé pas moins de six (six !) armoires pour mettre à l'abris sa collection de 78 tours, collection qui l'a amené à consulter le site de notre camarade Paul Dubé et de son accolythe Jacques Marchioro (Du Temps des cerises aux feuilles mortes - voir la référence et le lien à la fin) et qui m'a amené à me faire - disons - injurier par la jeune dame dont je vous ai parlé la dernière fois à cause d'un mot que j'ai utilisé pour décrire son récit... ce qui m'a amené à réfléchir sur le dernier texte de Copernique Marshall à propos du sens et de la signification de certaines expressions, tout en me rappelant une chronique du cardinal Spitzman où il était question du hasard. - Vous voyez le lien ? - Non ? - Pas grave.

Absent, donc, c'est par l'intermédiaire d'un texto que j'ai appris de cette jeune dame que sa pathétique (retenez bien le mot) histoire avait été refusée par la firme qui publie les romans Harlequin, parce que «trop banale», «trop quelconque» ou, comme dirait Monsieur Popp, «trop whatever». C'est alors que je lui ai répondu que son histoire était, effectivement, trop «pathétique» (vous me suivez ?) pour être une histoire d'amour. Et c'est là que tout a commencé à «frapper les ventilateurs».

«Comment ça ? Pathétique ?» m'a-t-elle écrit.

C'est que, je me fiais à la définition du dictionnaire : «Qui émeut vivement et profondément, notamment par le spectacle ou l'évocation de la souffrance», comme dans la sonate pathétique de Beethoven (pas de quoi rire, non  ?) alors que, pour elle, ce mot signifiait «ridicule», «exagéré», presque «stupide».

Il m'a fallu, pas un texto, mais plusieurs messages avant de lui faire comprendre ce que je voulais dire. Et c'est ainsi que j'ai pensé à Copernique et ces mots qui changent de sens avec le temps.

Vous saviez que la première signification du mot «formidable» était «qui est à craindre» ? - Aussi, quand, encore aujourd'hui, on me dit que telle chose, tel concert, telle personne est «formidable», je suis quelque peu méfiant. - Elle s'est quelque peu modifiée depuis quelques années mais comment s'y retrouver ?

Je dois vieillir parce que, il n'y a pas si longtemps, quand j'ai entendu dire, par un jeune, dans le métro, qu'un groupe de musiciens avait, la veille, donner un show «écoeurant», je me suis vraiment demandé ce qu'il pouvait bien vouloir dire.

Ce qui me rappelle, dans un autre métro, une autre fois avoir été étonné d'entendre une toute petite fille aux yeux bridés dire à son amie : « [est-ce que] tu t'en vas avec ton traineau ?»

Ce n'est pas Copernique qui disait l'autre jour qu'une des dernières phrases d'André Gide avait été : «J'ai peur que mes textes deviennent, éventuellement, grammaticalement incorrects»... ?

Jeff

P.-S. : La jeune dame ? - Son récit était vraiment «pathétique» et j'ai, en mon for intérieur, bien sympathisé avec elle.

 

La Havane

De plus en plus de journaliste cubains s'inquiètent sur le contenu du testament de Fidel Castro, i.e. : à qui léguera-t-il sa limousine Ford Continental 1955 ?

Séoul

Le fondateur de l'Église de l'Unification, Sun Myung Moon, est mort en Corée du Sud à 92 ans. - Le Castor™ a fait parvenir la lettre d'usage en termes fort courtois.

Italie

Le 36e « Schülerkreis » s’est achevé le dimanche 2 septembre dernier à Castel Gandolfo.

Myanmar (Birmanie)

Des centaines de moines bouddhistes ont défilé dimanche 2 septembre à Rangoon pour approuver l’idée, évoquée par le président birman Thein Sein, que les Rohingyas, une minorité musulmane, soient expulsés du pays ou groupés dans des camps.

Nigara Falls (New York)

Une photo de Gary Sankes, président et trésorier de la Scrufari Construction Company (Inc.) devant le bâtiment (en construction) du B. Thomas Golisano Center for Integrated Sciences de laNiagara University paraissait dans l'édition de samedi dernier du Niagara Gazette, organe de la ville de Niagara Falls.

Caen

Le Petit Curieux de Caen annonce, dans son édition de ce matin, l'arrestation imminente d'une dame pour usage frauduleux d'un vibrateur.

Royaume-Uni

L'activité dans le secteur manufacturier britannique indique que le Markit / CIPS Manufacturer Index PMI a atteint un sommet au cours des derniers quatre mois à 49,5 en août étant donné les taux de contraction qui atténuent fortement la production, les nouvelles commandes et les exportations. Toutefois, le secteur continue à diminuer car une marque en dessous de 50 signifie une réduction par rapport à la croissance. (De notre correspondant unilingue à Londres)

Abitibi

Une dizaine de cadavres de mouettes ont été retrouvés dans la cours d’un restaurant de l’avenue Québec, à Rouyn-Noranda, le samedi 25 août dernier.

Montréal

Madame X de Y nous signale que l'équipe de football (soccer) de Montréal (l'Impact) a gagné jusqu'à présent 12 matchs dans la MLS (Major League Scoccer) soit le plus grand total, à ce jour, d'une équipe canadienne

Québec

  • Suite à la baisse de l'Euro (par rapport au $ canadien), la firme DO-LO-RA-MA songe à ouvrir une succursale à Paris, EU-RO-RA-MA, «Car, nous dit son porte-parole, 72-CENTI-RA-MA, ça ne faisait pas sérieux.»

Témiscamingue

Une soirée pour récompenser les entrepreneurs d’ici le 24 août - La chambre de commerce Témis-Accord organise le Gala des Mérites Témiscamiens. Ce gala se tiendra le 3 novembre prochain à la salle communautaire de Guigues, sous le thème Sur le tapis rouge.

Saskatchewan

Le nombre d'enfants inscrits à la prématernelle en Saskatchewan a augmenté de 15 % cette année, selon les données du ministère de l'Éducation.

Bas-du-Fleuve

Les pompiers de Rivière-du-Loup ont effectué une opération de sauvetage samedi soir sur le fleuve à la hauteur de Saint-André-de-Kamouraska.

et

Nancy (France)

  • Le Petit Matelot, journal républicain, avisait ses lecteurs, dans son édition de samedi, de se renseigner avant d'emprunter la rivière Richelieu (au Québec) pour se rendre au lac Champlain (USA). Son niveau d'eau a considérablemnt baissé depuis qu'un navire transportant des buvards s'y est échoué
 

Cette semaine et la semaine prochaine :

Procure de l'UdeNap

Entrée scolaire

Grande vente d'articles de classe et autres :

Livres, cahiers, crayons, plumes, cellulaires, toges, médailles, scapulaires et autres objets de piété.

Conférence
Salle Marc-Ronceraille
Le mercredi 5 septembre13h30

Les négociations multilatérales sont-elles devenus inutiles ?

Dans le cadre de la Conférence des Nations unies pour le développement durable qui s'est tenue en juillet dernier, le Professeur Guy-Jean Moro de l'Institut viendra nous expliquer pourquoi elle a échouée.

Conférence 2
Même salle
Le mercredi 12 septembre à 14h40

De l'utilité de jeunes nubiles gardes-malades lors de catastrophes ferroviaires
(En Asie du sud-ouest)

Par le professeur Yong Yang de l'Institut

Nous rendront visite au cours des deux prochaines semaines :

  • Noëlla Quintal - Récente victime d'une escroquerie

  • Tamarah Quintal - Spécialiste en constrastes simultanés et réverbétions sociales

  • Camille Beaudoin - En décolleté plongeant

  • Normand Lesieur - Écailleur-maronnier (ex-plombier)

  • Léonie Côté-Court - Cuisinière (chez Vatfair-Fair Gourmet Food and Shoe Emporium)

  • Fennimore Ouelette - Plombier (ex-écailleur-maronnier)

  • Moïse Fishman - Rabbin de l'Église juive réformée... très réformée... très, très réformée : un nazi.

  •  Jocelyn Dupuis - Moine

Petites annonces

  • Perdu, rue du Grand Marshall, un 78t de Félix Mayol chantant «La Matchiche» - version de 1905 - Marque Zonophone, numéro X82160. - Référence B1098.

  • Recherchons arbalète en chocolat blanc (grandeur nature) pour un spectacle devant avoir lieu à la fin de novembre. - Référence C128-9.

  • À vendre : sac de toile estampillé «Albin Michel», volé rue St-Denis (Montréal), le 27 août dernier. - Référence G9878-1.

  • À Madame France L. - Nous ne vous avons pas oubliée : la recette de Vitello Tonato suivra sous peu.

  • Réparons fauteuils, divans, récamiers et chaises électriques. - Référence F9855.

  • Trouvée, esplanade du Grand Marshall : la septième station d'un chemin de croix en bois semi-précieux. - Référence T5497.

  • Achetons vieux fer, métaux usinés et chapelets en tous genres. - Référence U2675.

  • Trouvé, rue du Grand Marshall, un 78t de Félix Mayol chantant «La Matchiche» - version de 1905 - Marque Zonophone, numéro X82160. - Référence V5836.

  • Au Dragon Basané et au Bar l'Abri - Jusqu'à la fin du mois : spécial deux pour un pour son célèbre cocktail Sauternes-Clamato. - Sans référence.

  • Perdu, petite rue du Grand Marshall : un trousseau de clés ayant appartenu à Jean XXIII. Récompense promise avec promesse de publier. - Référence F4835.

  • Donnons cours de philosophie à domicile. Spécialité : Kierkegaard et Nietsche. - Référence G4497.

  • Le Garage Esso, esplanade du Grand Marshall tient à aviser sa client;ele, qu'il ne vendra plus de pneus Mony à compter du 17 prochain. - Sans référence

***

Publicité

Qualité, valeur, style, choix incomparables, grandes marques, prix abordables, garantie prolongée, remboursement si non satisfait, estimation et livraison gratuites. - Venez rencontrer notre personnel compétent, amical et professionnel qui vous aidera à faire un choix judicieux, le tout, selon votre budget. - Et n'oubliez pas de demander votre cadeau gratuit : un prestigieux et luxueux bracelet de cuir de haute qualité sans obligation de votre part. C'est notre façon de vous dire merci. Et si vous agissez maintenant, nous allons inclure sans supplément, avec tout achat de plus de 100$ une chaine or presque véritable dans un coffret de luxe en véritable imitation de cuir avec garniture en vinyle authentique. - Une autre façon de vous dire merci. - Offre valide jusqu'à l'épuisement des stocks (piles non comprises). - Certaines conditions peuvent s'aplliquer. - Allouer six semaines pour la livraison de produits spécialisés. Huit, pour les autres. - Léger assemblage requis.

 

Au Théâtre du Grand Marshall
Dès demain jusqu'au 15 septembre
À vingt heures précises
(Relâche les lundis mais matinée les samedis à quatorxe heures)

Thauride en Iphigénie

Pièce semi-classique en onze actes et six tableaux
de Joachim Montefiori
(d'après le récit de Mortimer Chabot d'un procès ayant eu lieu en 1776)

Avec : Noëlla Poupart dans le rôle d'Iphigénie, Calvin Smith dans celui de Thauride

de même que

Le Corps de Ballet de Trois-Rivières-Sud

et

Le Corps de Clairons de St-Étienne-de-Kamouraska

Mise en scène, décors et illustrations sonores : Raphaël De la Durantaye-Beaudoin.

***

En la salle du Grand Marshall
Dès le jeudi 6 jusqu'au 15 septembre
Du jeudi au samedi inclusivement - à vingt heures

L'intégral des quatuors à cordes de Beethoven

(Sauf le troisième, mais avec la grande fugue)

Par le Nouveau Quatuor à cordes de St-Paul-de-l'île-aux-Noix :

Luc Roy, premier violon
Marc Dubé, deuxième violon
Colin Maillard, alto
Georgionna Lafleur-Laframboise [*], violoncelle

Pour les détails du programme, voir le dépliant près du bénitier de l'église du Saint-Sépulcre et des Deux Vierges.

Billets en ventes à la procure de l'Université et au garage Esso, esplanade du Grand Marshall.

[*] Madame Georgionna Lafleur-Laframboise portera, pour cette série de concerts, des robes dessinées par George de Napierville.

***

Au musée du Grand Marshall
Dès demain jusqu'au 30 septembre
Tous les jours (sauf les lundis)

De la collection de

Benoit et Marcelle Brisebois

toiles de

Van Gogh (Romain) , Vermeer (de Pointe-St-Charles), Rembrandt (Michel)

Entrée libre sauf pour les enfants et les adolescents, accompagnés ou non.

Au Bijou, cinéma de répertoire

Trois salles, trois films :
Dès aujourd'hui - tous les jours - représentation continue de midi à minuit
Jusqu'au dimanche 16 septembre.

Les grands films de Steve Reeves

Hercule et la reine de Lydie de Pietro Francisi (1959) - Version anglaise (Hercules Unchained), sous-titrée en français)

Dans le rôle de... Hercule.

Avec : Sylva Koscina (son épouse, Iole) et Sylvia Lopez (La reine de Lydie)

La terreur des Barbares de Carlo Campogalliani (1959) - Version italienne (Il terrore dei barbari), sous-titrée en anglais.

Dans le rôle d'Emiliano (alias «Goliath»)

Avec : Chelo Alonso (Landa) et Bruce Cabot(Alboino).


Le fils de Spartacus (Il figlio di Spartacus) de Sergio Corbucci (1962) - Version anglaise (The son of Spartacus), sous-titrée en italien.

Dans le rôle de Randus, le fils de Spartacus

Avec : Jacques Sernas (Vetius - un ex-compagnon de Spartacus), Gianna Maria Canale (Claudia, l'épouse de Crassus) et Claudio Gora (Crassus)

***

Sur les ondes de la CNAP et de la CCAP

Nouvelles boursières

Tous les samedis dès huit heures du matin, l'éminent économiste Pierre Rochemenier est en ondes, pour expliquer pourquoi ses prévisions de la semaine précédente se sont avérées fausses. - Sujet, cette semaine : Comment, entre 25 ans et 65 ans, économiser suffisamment d'argent pour vivre un autre 30 ans.

Les grands interviews

Demain, (première partie) et mardi prochain, le 11 septembre (deuxième partie) :

Défaits !

Six candidats défaits aux élections d'aujourd'hui (*) viendront nous expliquer la raison de leur défaite. Parmi les invités : deux candidats du Parti Libéral, deux de la CAQ, un Péquiste et un indépendant.

Interviewer : Copernique Marshall.

(*) À cause de la Loi électorale, leurs noms ne pourront être dévoilés que demain

Le jeudi 6 septembre à 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair, autrefois de l'Institut.

Les grands récitals-concerts

Le samedi 8 septembre, à vingt heures - reprise le 15, même heure - en direct du Palais du Bingo :

La 5e et la 6e symphonie de Gustav Mahler

(Dans une transposition pour accordéon-musette et sept trombones à coulisses de Fred Martin, s.j.)

Par le Groupe expérimental de Sainte-Anne-de-Bellevue

Sous la direction de Marceline Thibodeau

(Hors d'oeuvres de tofu servis lors de l'entracte)

 


L'enregistrement qui suit aura soixante-quinze ans cette année.

Son auteur-compositeur-interprète n'avait, à ce moment-là que 24 ans. À son actif, déjà, il avait, deux ans plus tôt composé, avec son partenaire d'alors, Johnny Hess, une chanson qui allait faire le tour du monde : «Vous qui passez sans me voir» que Jean Sablon avait immédiatement mis à son répertoire.

Je parle, bien sûr, de Charles Trenet qui allait écrire plus de mille chansons.

Voici, donc, une de ses plus célèbres : Je chante qui, curieusement se termine par le suicide de celui qu'on appelait déjà «Le fou chantant». - Un 78t Columbia, Numéro CL 6463 5.

Cliquez sur le lecteur ou la note (format MP3) :


Note : Les enregistrements qui ont fait partie de cette série sont disponibles intégrablement, dans l'ordre inverse qu'ils ont été publiés.

Cliquez ICI.

          


 

M. Aimé Dubois - Beattyville (Québec)

Elle était, oui, dans une trentaine un peu débordante et, assez intelligente pour éloigner les hommes qui auraient pu s'en rappeler, même brumeusement.

Madame Lazare Caïn - San Francisco (Californie)

Madame, la Justice est peut-être boiteuse mais elle n'est pas cul-de-jatte.

M. Charles Huguenot - West Mifflin (Pennsylvanie)

Selon A. A., il en existerait trois :

  • Le record du gnou.
  • Le record du temps pour la descente d'un escalier
  • Le record de serviabilité
  • Mme Marie Skolodowska - Val Harbor (Floride)

    Oui, il s'agit là d'une pédestrianisante habitude à laquelle, pour des raisons d'esthétisme, certaines personnes ne peuvent, malheureusement, participer.

    M. Henri Moissan - New York City

    L'expression est : «Une haine que la cognée du pardon ne saurait jamais abattre

    Mmme Mrilyn Nightingale - Paris 16e

    Un heureux mélange de palais florentin et d'une cabane en bois rond. - C'était, de mémoire, fabriquée ou distribuée par la Maison Stew, Peed & Co.
    M. Lebbeus J. Rogers - Sainte-Elégantine (Var)

    Celui de l'opus 131, mais notre préférence est celui de l'opus 127 (à l'exception du dernier mouvement). Une irrante énigme.

    M. Chrarles Rockbottom - Wolverhampton (U.K.)

    Charles Lindberg. - Il est particulièrement connu pour avoir dessiné les plans de la première pompe dont on se sert pour les opérations à coeur ouvert.

    Mrs Dalloway - Londres

    À corriger dans votre texte : non pas « un parti politique », mais « une association de malfaiteurs ».

    M. Richard Finlay - Sébastopol

    La plus courte pièce de théâtre ? - Elle est de Luis Felipe Lomeli et est composée de quatre mots  : «¿Olvida usted algo? -¡Ojalâ! », « Oubliez-vous quelque chose ? - Pourvu que oui ! » - Quant à la plus courte nouvelle, elle est d' Ernest Hemingway : « For sale : baby shoes, never worn », « A vendre: chaussures bébé, jamais portées ».

    M. Maurice de Joachimstaller - Winnipeg (Alberta)

    Ô temps, ô moeurs (mais en latin)

    M. Christopehe Plantin - Joliette (Québec)

    24 heures dans une journée et 24 bouteilles de bière dans une caisse ? Non, il ne s'agit pas d'une coïncidence.

    M. Philippe II - Coaticook (Québec)

    Indifféremment : trois cartes à jouer ou un dé. (Cela fera l'objet de la prochaine chronique de Copernique Marshall.)

    M. Piereter Platoet - WIlliamstown (Mass.)

    Subordonnée à une mesquine question, la réponse est : «Admiration panachée de tendresse», mais c'est d'une insouciance qui pourrait être considérée presque voisine du laisser-aller.

    Mr. Simon «Monsieur 10» Stevin - Rotterdam (Pays-Bas)

    Oui, elle n'avait que des jambes, mais elle les avait bien.

     

    Cette édition du Castor est dédiée à :

    Virginia Woolf
    (1882-1941)

    c

    "Notre civilisation repose sur des épaules de géants et de... clowns bien ordinaires. "

    J. B.

     

    Webmestre : France L'Heureux

    Webmestre : Éric Lortie

    Webmestres : Paul Dubé et Jacques Marchioro

     

    1 - Tous droits réservés. - Copyright © UdeNap.org. - La reproduction de tout ou partie du matériel contenu dans cette édition du Castor™ est interdite sans l'autorisation écrite des auteurs.

    2 - Malgré l'attention portée à la rédaction de ce journal, ses auteurs ou son éditeur ne peuvent assumer une quelconque responsabilité du fait des informations qui y sont proposéesSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

    3 - Les erreurs de frappe, de date et autres incongruités contenues dans ce Castor™ seront ou ont déjà été corrigées dans sa version dédiée au marché américaiSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.nSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

    4 - La direction du Castor™ tient à préciser qu'aucun enfant n'est victime d'agressions sexuelles au cours de la préparation, pendant la rédaction et lors de la publication de son hebdomadaire et que... que perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.


    Le Castor - Fondation et équipe originelle

    Le Castor - Organes affiliés

    Université de Napierville - Page d'accueil

    Le Castor™ - Édition précédente

    Le Castor™ - Édition suivante

    Le Castor™ - Édition courante