Volume XXIII, n° 22 2 juillet 2012

Fondé en 1900 par le Grand Marshall, le CASTOR DE NAPIERVILLE fut, à l'origine, un hebdomadaire et vespéral organe créé pour la défense des intérêts de l'Université de Napierville et de son quartier. - Il est, depuis le 30 septembre 2002, publié sous le présent électro- nique format afin de tenir la fine et intelligente masse de ses lecteurs au courant des dernières nouvelles concernant cette communauté d'esprit et de fait qu'est devenu au fil des années le site de l'UdeNap, le seul, unique et officiel site de l'Université de Napierville.

De cet hebdomadaire publié sur les électroniques presses de la Vatfair-Fair Broadcasting Corporation grâce à une subvention du Ministère des Arts et de la Culture du Caraguay, il est tiré, chaque semaine, sept exemplaires numérotés de I à VII, sur papier alfa cellunaf et sur offset ivoire des papeteries de la Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin et trois exemplaires, numéroté de 1 à 3, sur offset de luxe des papeteries Bontemps constituant l'édition originale, plus trois exemplaires de luxe (quadrichromes) réservés au Professeur Marshall, à Madame France DesRoches et à Madame Jean-Claude Briallis, les deux du Mensuel Varois Illustré.

Deuxième édition

Note : L'édition corrigée, destinée au marché américain, paraît le jeudi. L'édition numérotée, avec corrections supplémentaires, destinée exclusivement au Cercle Littéraire des Grammaticiens et Lexicologues Amateurs de Saint-Jean-Étienne-sous-Bois (Var) paraît le samedi.

 
 


"Achèteriez-vous un vélo usagé de lui ? Moi, pas." ( Jacques Duchesneau)

Vous avez manqué les dernières photos de M. Sérien ?

Voyez sa Galerie

 


  Cauchemars

J'eusse dû me méfier mais comment ne pas se fier à la parole du propriétaire d'un restaurant huppé de la Petite Italie (Montréal) qui m'affirmait que son eau pétillante d'origine toscane était l'équivalent de l'eau française avec laquelle j'accompagne mes repas depuis des années ? - C'est donc de deux cauchemars que je me suis réveillé dans la nuit de jeudi à vendredi dernier. Hé oui, pour ceux qui n'ont pas encore fait l'expérience de faire deux mauvais rêves en même temps, sachez que cela est possible. Trois, en fait, car c'est en nage que j'ai ouvert les yeux et de la nage, faut-il que je l'avoue, je n'ai de connaissance que d'avoir vu et revu des films de Johnny Weismuller quand j'étais, disons, moins âgé.

Ces deux cauchemars avaient pour thème l'orthographe et l'humour.

De l'orthographe, j'ai déjà expliqué, ici même, les efforts entrepris par les rédacteurs du Castor™ pour l'édification de nos jeunes lecteurs en faisant corriger les textes qui y paraissent en plusieurs étapes :

Ils sont d'abord soumis à des étudiants de la quatrième, puis de la cinquième année du Secondaire 5

Et ensuite révisés par des étudiants du CEGEP du Vieux Montréal .

Voilà qui paraît sous le titre de notre Première Édition.

Corrigés dans les jours qui suivent à partir de la véhémente correspondance que nous recevons de nos lecteurs (dont certains Académiciens à la retraite), ils sont ensuite :

Soumis à une dame considérablement avancée en âge, adepte du Littré (édition de 1901), et d'éminents spécialistes dans divers domaines.

C'est ce qui paraît sous le nom de Deuxième Édition, destinée, celle-là, au marché Américain.

Viennent ensuite d'autres corrections - et parfois des ajouts - qui ne sont pas signalés mais qui sont à nouveau soumis aux étudiants de l'étape numéro un.

Voilà qui, je l'espère, saura répondre à ceux pour qui les française et anglaise langues doivent être respectées.

Quant à l'humour...

"Ah ! si vous vous attaquez à l'humour, votre chronique risquera d'être longue" me disait le Professeur, dimanche dernier, sur le parvis de l'église du Saint-Sépulcre et des Deux Vierges (à la sortie de la grande messe), à propos de celle que j'allais rédiger pour le Castor™ que vous tenez présentement dans les mains, chers estimés lecteurs. Ayant cependant la bonté de me faire confiance, il ajouta : "Elle sera ce que vous déciderez d'en faire : un abrégé de ce qui se passe dans le monde [universitaire] ou une référence sur laquelle les chercheurs de l'an trois mil se pencheront ainsi que se penchent présentement ceux qui étudient les grands humoristes de l'histoire."

Je vous prends à témoin, chers lecteurs, mais, du haut de cette tribune qui m'est offerte de façon hebdomadaire, je crois que vous serez de mon avis  quand je dirai que l'humour a peut-être sa place dans le monde mais, quand on a décidé, comme moi, de consacrer sa vie à l'édification de la jeunesse (et, par ricochets, les masses laborieuses), il faut s'abstenir.

Et, pour ne pas, de ma modeste plume, alourdir inutilement ce propos, je vous souhaite :

Une bonne lecture.

Obédieusement vôtre,

Herméningilde Pérec, esq.
Co-directeur du Castor™ de Napierville
Secrétaire temporaire permanent
Université de Napierville

(*) "Mon Propos" serait plus exact mais la touche "Retour-arrière" de mon clavier est présentement défectueuse et notre technicien est présentement en vacances.


 



Culottes de tôle

Note : Cette chronique devait, à l'origine, s'intituler "Sexe, culottes de tôle et cours de préparation au mariage", mais, m'a laissé sous-entendre notre éditeur (rapport aux jeunes filles qui nous lisent), nous en sommes venus au titre qui précède après quelques discussions, le mot "sexe" et l'expression "cours de préparation au mariage" ayant été biffés (et encore : il a fallu que je me batte pour garder, si je peux m'exprimer ainsi, les fameuses culottes en question).

Avis donc : à ne pas lire si vous avez moins de dix-huit ans ou si le sexe est, pour vous, une activité qui doit se pratiquer dans le noir et que pour la procréation.

***

Ça a débuté comme ça, comme disait l'auteur de Bagatelles pour un massacre. Moi, j'avais rien dit. C'est A*** qui m'a fait parler. C'était à l'heure du déjeuner, déjeuner qui a duré deux heures et demie, un de ces déjeuners où les conversations ne sont pas d'un haut niveau. Bref : nous parlions de c...  - B*** qui en a toujours des "bonnes" à raconter venait d'en terminer une quand je me suis souvenu d'un oncle (je crois) de ma première ex qui, comparaissant en cour pour répondre à des accusations d'avoir proféré des menaces en état (avancé) d'ébriété, fit part, au juge, de circonstances atténuantes. Il s'exprima ainsi : "Votre honneur, que feriez-vous à ma place ? Ça fait dix ans que ma femme porte des culottes de tôle". C*** enchaîna en débitant une série de clichés sur la sexualité des couples "mariés" :

Il nous dit, entre autres, qu'il n'avait pas, personnellement, à se plaindre, que sa femme lui donnait sa friandise (quel horreur !) régulièrement puis nous raconta une histoire de golf qui se terminait par la femme disant à son mari : "Dis, donc, t'as pas une partie de golf, toi, ce matin ?" - Puis ce fut au tour de A*** de répliquer (A*** marié deux fois et accoté quatre ou cinq fois) : "Mettons les choses au clair : une fois qu'elles ont mis les pieds dans la maison, ce n'est plus la première chose à laquelle elles pensent.", etc., etc.

Il s'en est dit bien d'autres cet après-midi-là (je vous ai mentionné, n'est-ce pas que le déjeuner s'était étiré ?), mais à bien y penser, nos discours, peu édifiants, m'ont donné l'occasion, par la suite, de penser à la différence qui existe entre un homme et une femme et que c'est malheureux qu'on ait aboli (à moins qu'on en donne encore mais où et à qui ?) les "cours de préparation au mariage" (*) car, combien en ai-je connu de ces couples qui se sont séparés parce qu'ils n'avaient pas compris une chose : que ce n'est ni le sexe, ni l'amour qui font le mariage, mais, dans les immortelles paroles d'un ex-ambassadeur, le consentement ; le consentement et, naturellement, les petites habitudes comme celle de rentrer à l'heure prévue, de se rappeler des anniversaires, de ne pas accrocher ses bas au support du rideau de douche, de ne pas oublier rabattre le siège des w.c. etc.

Et Groucho là-dedans ? - À Margaret Dumont qui lui demandait "s'il avait tout" au moment où il montait à bord d'un paquebot, il répondit, un jour : "Je n'ai jamais eu de plaintes."

Je vous en dirais plus mais un 5 à 7 attend l'étincelant chroniqueur que je suis au Bar l'Abri où l'on sert des cocktails d'une rare potentialité depuis quelque temps.

Simon

(*) Donnés généralement par un prêtre. Dire que, à l'époque où ils (ces cours) existaient, certains se demandaient ce qu'un prêtre pouvait bien savoir sur la sexualité. Depuis...

 


Dieu

Drôle de titre pour une chronique, mais elle sera brève :

Quand on me demande des preuves de l'existence de Dieu, je dis toujours que, pour les croyants, les preuves ne sont pas nécessaires, mais que pour les non-croyants, toutes les preuves n'aboutiront jamais nulle part.

Je peux vous en citer qui ont répondu à bien des questions :

  • Qui croyez-vous recharge le prochain mouchoir de papier quand vous en retirer un de sa boîte ?
  • Qui croyez-vous a fait que les bulles de la bière Guiness, dans la très catholique Irlande, font le chemin à l'inverse de toutes les boissons gazeuses et autres bières ?
  • À qui attribuer, sinon à un être suprême qui a beaucoup d'humour, l'invention du lycra ?
  • Et la croyance largement répandue que son fils serait venu sur terre ?
  • etc., etc.

Spitzman

 
c


John Ruskin (1819-1900)

Those of you who have, over the past few weeks, followed my élucubrations, might have noticed that I regularly curtail my archival activities to board a ship (in a manner of speaking) heading towards that vast continent known as "literature". - My father, an avid reader, thought me tho love literature, introducing me, amongst unknown or forgotten writers, to the great man about whom I am about to write.

First, a true story :

When asked who had most influenced his thinking, Lenine replied : "John Ruskin". - "John who ?" you may well ask as I doubt if anybody still reads Ruskin nowadays ; except perhaps in French, in a translation made by Marcel Proust of his "Bible of Amiens" which is still in print or, at the very least, part of his (Proust's) "complete works", which is a bit sad although his early writing on art and architecture could be considered somehow dépassé.

Took me several months, years ago, to find some of his later works which, sold by the thousands in the late 19th century, but in such a state (they did smell awful) that my wife didn't think it proper for me to bring them into our house. - Yes, I did read some of them outside and others where they were stored, i.e. : in the garage. - Today, you can find most of his writings, free of charge or for a dollar or two, on the Internet, in various formats : pdf, epub, ebook, etc. (*)

Got to warn you though : 't'is not for the faint hearted because, besides his extensive vocabulary and his mastership of the English language, Ruskin was a queer fellow in all senses of the word. Started of as an aesthete, writing about flowers, gardens, decoration, paintings, architecture, literature (even wrote a book how to draw), before going into socialism, education, wealth distribution and politics.

John Ruskin

His conference on a town hall, to the opening of which he had been invited, remains a model of polite insults. He questioned everything about it asking his audience why they had had erected a Gothic building when the 20th century was around the corner, why they had installed iron gates around it leaving ample space to accumulate garbage, etc., etc. (**)

His failed marriage, his love for little girls, his bouts with depression didn't help but his views on labor, wages, profits were revolutionary. Some of our politicians ought to forced to learn from them.

You can read all bout him on Wikipedia and I suggest you do. - Fascinating life.

Finally, if you believe you can master his extensive vocabulary, I would recommend two of his works :

  • Unto this Last which he wrote between 1860 and 1862 and which dealt with social and political issues.

and

  • Time and Tide (1867) made up of a series of letters to a cork-cutter in Sunderland, wherein Ruskin promotes honesty in work and exchange, just relations in employment and the need for co-operation (my all time favorite).

His autobiography ("Preaterita" or "Past Events" - told you he wasn't easy) is interesting but if you want to know more about him, try to get hold of either "John Ruskin - A Life" by John Batchelor or "The Wider Sea, A Life of John Ruskin" by John Dixon Hunt.

Copernique

(*) Up until six or seven years ago, the only was you could get his complete works (on a CD) was through the U.C.L.A. (if I remember correctly). The asking price was 1.600 US $ (sic !).

(**) The same thing could be said about Doric front doors and colonnaded wings which Robert Adam (1728-1792) of neoclassical fame convinced English aristocracy to adopt which resulted in the fact that anybody that was anybody lived in something that looked like a bank.

 

Traduction...

Ayant souvent, dans mon métier, à traduire des textes de l'anglais au français ou vice versa, je me sers de traducteurs automatiques (celui de Google n'est pas mauvais) mais il faut faire très attention sinon, on se retrouve avec ces livrets que l'on retrouve dans les boîtes de produits en provenance du Japon. Ainsi la célèbre phrase "Longtemps, je me suis couché de bonne heure", traduite dans un sens puis dans l'autre (du français à l'anglais et puis de l'anglais au français, par exemple) donne de curieux résultats. Ainsi, on obtient :

En passant par l'anglais : Longtemps, je suis allé me coucher tôt.

Par le latin : Pendant longtemps, j'ai dû résider dans la matinée.

Le néerlandais : Longtemps je me suis couché tôt.

Le swahili : À long terme, je vais me coucher tôt.

La palme revient quand même au finnois :

Une longue, je suis le loup hors du lit au début.

Jeff

 

Franche-Comté

Un étudiant lyonnais a été élu maire du camping des Eurockéennes de Belfort.

Côte-d'Azur

Henry Schimberg,ex-CEO (chief executive officer) de Coca-Cola, est décédé à Antibes vendredi dernier.

Venise (Italie)

La gendarmerie de cette municipalité nous informe que, la semaine dernière, une jeune dame, fort adepte de la défragmentation de vaisselles et de cristalleries, se serait fait refuser, avec son éléphant, l'entrée dans une verrerie fort connue.

Québec (Ville de)

Parmi les rumeurs qui circulent sur la coline parlementaire, les députés pourraient, lors des prochaines élections, être obligés de porter des uniformes ressemblant à ceux des pilotes de course (Grand Prix ou autres) de telle sorte que ceux qui les subventionnent puissent être connus.

Nord-Pas-de-Calais

Un accident spectaculaire est survenu ce samedi, vers 12h15, sur l'autoroute A 16. Un automobiliste qui circulait dans le sens Paris-Calais a perdu le contrôle de son véhicule, à la hauteur de Boulogne-sur-Mer.

Flathead Lake (Montana)

Le 21 juin dernier, jour du Fishing Without Barriers Day, une certaine dame Comers, 84 ans, résidente du Lakeview Care Center (Bigfork) aurait retiré des eaux du Flathead Lake,une truite de 37 " (94 cm.) pesant 15 livres (6.8 kilos)).

Mobridge (South Dakota)

Le Mobridge Tribune nous informe que lors d'une assemblée spéciale du Conseil de cette charmante municipalité, Justin Jungwirth a été élu chef de la police..

Province de Québec

C'est un avenir vert qui attend le sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. Le recteur du sanctuaire, Yoland Ouellet, a annoncé, récemment, que d'importants projets de rénovation et de développement durable seront entrepris dès l'automne afin de revitaliser l'endroit. Il sera possible pour la population de contribuer à ce projet via l'association des Amis des jardins de Notre-Dame-du-Cap, créée pour l'occasion.

Little Rock Arkansas

L'Arkansas Democrat-Gazette nous informe, dans son édition de vendredi dernier, que certains Démocrates demeuraient quelque peu "capricieux" ("skittish") sur le projet d'Assurance-santé du Président Obama.

Budapest

  • Un des dirigeants du parti d'extrême droite hongrois Jobbik, Csanad Szegedi, connu pour ses discours antisémites, a découvert récemment que sa grand-mère était juive.

et

Mexique

  • Enrique Peña Nieto, candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), est sorti grand vainqueur, hier soir, de l'élection présidentielle.

 

Cette semaine et la semaine prochaine :

Esplanade du Grand-Marshall
      (14 juillet - de midi à vingt-trois heures)

Le grand orchestre de Richard Barelli
( et son ensemble musette)

Clowns, acrobates, funambules,
déjeuner et dîner en plein air, danse,
feux d'artifice
et
beaucoup d'autres choses.

Venez fêter le 14 juillet en famille !

(Tout est gratuit sauf les consommations et les repas)

Attention : possibilité de remise au lendemain en cas de pluie.

Récital de poésie en la salle Marc-Ronceraille
      (Par les élèves de l'Académie de Poésie de la rue Rachel, à Montréal)

Tous les jours (sauf les dimanches), de midi à quatorze heures :

Une collection inédite de poèmes écrits dans divers cafés montréalais
(dont, notamment, le Cherrier, angle Cherrier et St-Denis)

"De grands moments dignes de figurer parmi les grands poèmes du XIXe et XXe siècle et si jamais on       réactualise certains classiques comme Verlaine, Rimbaud ou Apollinaire, il faudra songer à les inclure."
(Victorine de Samothrace - Les échos populaires)

Conférence
Salle Marc-Ronceraille
Le mercredi 4 juillet 13h30

L'origénisme en Orient aux IIIe et IV siècles
(D'Alexandrie à Césarée)

Par le Révérend Père Suétone de Théognoste, s.j.

(Considérant la popularité de ce sujet, on est prié de réserver)

Conférence 2
Même salle
Le mercredi 11 juilet à 14h40

Certains aspects de la collection de coléoptères
du comte Pierre François Marie Dejean
aide de camp de Napoléon (1780-1845)

Par Pierre-Jehan Lemarchais

(M. Lemarchais parlera notemment des carabidés du Musée d'Histoire Naturelle de Turin)

(On est prié également de réserver.)

Nous rendront visite au cours des deux prochaines semaines :

  • Isaac Hypolithe Crémier - Président de l'Académie (morale et technique) de Ste-Anguille-Sous-Roche (Var)

  • Raoul de Saint-Jean - Dessinateur de fermetures Éclair

  • Victorine Sinclair - Secrétaire de la Société de Protection des Minéraux

  • Noël-Jehan Monette - Champion (toutes catégories) des Concours de Circonstances et éliminateur de paradoxes

  • Léontine de Kingpin - Auteur du célèbre poème "Sur un couteau en acier inoxydable posé sur un guéridon en acajou".

  • Victor Gagnon-Tremblay - Membre de la Confrérie de ceux qui, dans les cafés, s'asseoient pour rédiger des notes.

  • Térence Boight - Femme-canon.

  •  Joël Lebillot - Compteur des jours fériés au Ministère des Portes et Fenêtres.
 

Au Théâtre du Grand Marshall

Relâche jusqu'au 10 septembre

En la salle du Grand Marshall
Dès le jeudi 5 jusqu'au 14 juillet
Du jeudi au samedi inclusivement - à huit heures

En alternance :

Les grands orchestres du Dragon Basané :

Ricardo Barolli et ses gondoliers vénitiens
*
Richard Barelli et son ensemble musette
*
Licki Ba We Li et ses cymbales magiques
*
Rickhi Bahrili et ses guitares des îles
*
Ricky Barell and his Plain Drifters

(Pour plus de renseignements voir le Dragon Basané - section salles)

Billets en ventes au Dragon, à la procure de l'Université et au garage Esso, esplanade du Grand Marshall.

Au musée du Grand Marshall
Dès demain jusqu'en septembre
Tous les jours (sauf les lundis)

Exposition estivale

La collection permanente

Entrée libre sauf pour les enfants et les adolescents, accompagnés ou non. - Port de masques interdit.

Au Bijou, cinéma de répertoire

Trois salles, trois films :
Dès demain - tous les jours - représentation continue de midi à minuit
Jusqu'au dimanche 1er juillet.

Les grands films
de
Dorothy Lamour
(1914–1996)

 

The Last Train from Madrid de James P. Hogan (1937)

Dans le rôle de Carmelita Castillo

Avec : Lew Ayres (Bill Dexter), Gilbert Roland (Eduardo de Soto), Robert Cummings (Juan Ramos) et Anthony Quinn (Capitaine Ricardo Álvarez)

Her Jungle Love de George Archainbaud (1938)

Dans le rôle de Tura

Avec : Ray Milland (Bob Mitchell) et Lynne Overman (Jimmy Wallace)

Johnny Apollo de Henry Hathaway (1940)

Dans le rôle de 'Lucky' Dubarry

Avec : Tyrone Power (Bob Cain) et Lloyd Nolan (Mickey Dwyer).

***

Sur les ondes de la CNAP et de la CCAP

Nouvelles boursières

Tous les samedis dès huit heures du matin, l'éminent économiste Pierre Rochemenier est en ondes, pour expliquer pourquoi ses prévisions de la semaine précédente se sont avérées fausses. - Sujet, cette semaine : mini-biographies de financiers dont les dernières transactions risquent de perturber quelque peu le repos de leurs âmes.

Les grands interviews

Demain, le mardi 3, (première partie) et mardi prochain, le 10 juillet (deuxième partie) :

Pierre Laurin

Auteur, entre autres, d'un important ouvrage sur l'étymologie de certains mots utilisés par les
ouvriers qui ont travaillé sur les chantiers du Métro de Montréal dans les années cinquante et soixante.

Une attention particulière sera donnée aux mots d'origine religieuse et leurs dérivés.

Interviewer : Copernique Marshall.

Le jeudi 5 juillet à 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair de l'Institut.

Le jeudi 12 juillet à 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair de l'Institut.

Les grands récitals-concerts

Le samedi 7 juillet, à vingt heures - reprise le 14, même heure - en direct du Palais du Bingo :

Chapultapec

Du compositeur mexicain Manuel Ponce (Fresnillo, 1882 - Mexico, 1948)

Adapté pour quintette à vents et un basson par René Pommard.

Le sextette de Ville-Émard sous la direction de

Jacques Vallerand

 

 


Une courte pièce aujourd'hui.

D'un jam session organisé autour de musiciens de la Nouvelle-Orléans, en 1958.

Je n'ai pas beaucoup de détails sur l'occasion qui a servi à réunir tous les musiciens de l'ensemble qui fit partie de cet enregistrement mais également à peu près tous ceux qui, à un moment donné où l'autre, participèrent au "New Orleans Revival" de la fin des années quarante jusqu'à ce qu'il ne reste plus des musiciens du début du style "Nouvelle-Orléans", le dernier ayant été, à ma connaissance, Percy Humphrey, décédé en 1995 à l'âge de 90 ans.

Parmi ceux figurant sur cette enregistrement :

  • Armand Hug (1910-1977), au piano, surtout connu pour ses prestations en solo.
  • Alphonse Picou (1878-1961), à la clarinette, celui qui a créé les variations aujourd'hui sacrées de la pièce "High Society". Il avait à ce moment-là 80 ans et devait décéder trois ans plus tard.
  • George Gueshon (1907-1968), au banjo (accordé à la façon d'un ukelele), qui a longtemps fait partie de l'orchestre d'Oscar "Papa" Célestin (1884-1954).
  • Paul Barbarin (1899-1969), à la batterie, un des meilleurs batteurs des années vingt (avec Baby Dodds - 1898-1959) et compositeur, entres autres, de "Bourbon Street Parade".
  • Percy Humphrey (1906-1995), à la trompette, le leader, pendant trente ans du Eureka Brass Band et un des piliers, avec son frère, Willy (1900-1994) (clarinette) du Preservation Jazz Hall.
  • George Lewis (1900-1968), à la clarinette, qui, lors de son premier (et dernier) voyage en Angleterre, a dû attendre une heure avant de pouvoir descendre du train qui l'avait amené de Southampton à Londres, le temps qu'on appelle le service d'ordre pour lui permettre un passage dans la gare où l'attendait des milliers de ses admirateurs.
  • Punch Miller (1894-1971), à la trompette, un des musiciens qui, un temps, firent partie de l'orchestre de Jelly Roll Morton (1885-1941).
  • et Jim Robinson (1892-1976), au trombone.

Dans la salle se trouvaient à ce moment-là : Kid Thomas (1896-1987), Alcide "Slow Drag" Pavageau (1888-1969), Sweet Emma Barret (1897-1983) - qu'on peut voir en arrière-plan sur le bout de film duquel est tiré cet enregistrement - et plusieurs autres.

La pièce s'intitule "Milneburg Joys" - musique de Jelly Roll Morton (pour l'introduction mais, au départ, de Paul Barnes (1900-1949) et Leon Rappolo (1902-1943).


Cliquez sur le lecteur ou la note (format MP3) :


Note : Les enregistrements qui ont fait partie de cette série sont disponibles intégrablement, dans l'ordre inverse qu'ils ont été publiés.

Cliquez ICI.

          


 

Mme Émilienne Des Trois-Maisons - Besanson-sur-Belote (Alpes-Maritimes)

Oui, Madame, c'est bien le général Poilloüe de Saint-Mars qui a inventé l'expression "écrin de la sentinelle" pour décrire une guérite. - L'édition du Castor du 11 juillet 2011 lui a d'ailleurs été dédicacée.

M. Charles Latrémouille - Chatouilly-sous-les-Ailes (commune de Baizonous-Partout, Var)

Lu dans les Annales de la Société de Jardinage Artistique (tome XVIII, p. 48) : "Régulièrement l'arroser, s'assurer d'y supprimer régulièrement les mauvaises herbes et la passer au rouleau pendant 107 ans. - En profiter, pour les abords, de détacher provisoirement l'écorce de l'aubier des arbres."

M. Gérard Poirier - Paris 16e
Un homme dont seuls une douzaine de cheveux lui étaient restés loyaux.
M. Ignace Gendron - Ennuieville, Beauce (Québec)

Selon la revue du "Petit vin Saint-Anisette" (juin dernier, page 643) : "mucilagineuses jérémiades", mais aussi
"se débattre dans les franges de l'ignoranteté" et "l'instructionnement est une boussole dans la mer des inexactitudes".

M. Michel Richard - Cassonville, Belgique

La famille Vaurien de Sorel. - Leur soeur cadette fut une piquante personne dont les décolletés, à Noël, faisaient entrevoir le Jour de l'An. (Citée par "L'Écho Ontarien", un organe consacré aux intérêts des commerçants de la rue Ontario, entre la rue de Bullion et l'avenue Hôtel-de-Ville, à Montréal).

M. Henry Mitchell - Wolverhampton (Angleterre)

"Ceux dont la tête au ciel est voisine / Et dont les pieds touchent à l'empire de la mort" (cité de mémoire mais probablement d'Alphonse Allais)

Mme Albertine Bontemps - Vancouver, Canada

S'agit d'une dame de *** qui fut forcée en 1996, dans le temple baptiste de *** (Haute-Savoie) de chausser des bottes de sapeurs-pompiers quand, se repliant sur elle-même, elle devait patauger dans une fange nauséabonde.

Mme Gustavia Sanssoucis - St-Jean-sur-le-Richelieu (Québec)

Non, Madame, Pierre Foglia du quotidien La Presse (puisque vous mentionnez son nom) n'est pas un des rédacteurs du Castor™, ni un de ses nombreux collaborateurs : il n'est qu'un étudiant (comme il le souligne souvent lui-même) et nous n'avons pas accès, de notre hebdomadaire, à ses notes de classe..

M. Morris MacKenzie - Westmount (Québec)

Il s'agit bien de l'inventeur de la poudre explosive pour l'extraction de dents cariées (sans danger, nous dit-on, à condition que le dentiste se tienne quelque peu éloigné de son client). - Il aurait également contribué à répandre les serinettes, ces instruments qui servent à l'éducation des serins (Le Journal, 12 février 1905)

M. Charles Lilest - Mons (Belgique)

Oui, Madame, Alphonse Allais est bel et bien né deux heures avant Arthur Rimbaud.

 

Cette édition du Castor est dédiée à :

Django Reinhardt
(1910-1953)

c

"La plupart des gens ne meurent qu'au dernier moment ; d'autres commencent et s'y prennent vingt ans d'avance et parfois davantage. Ce sont les malheureux de la terre. "

Louis-Ferdinant Céline

 

Webmestre : France L'Heureux

Webmestre : Éric Lortie

Webmestres : Paul Dubé et Jacques Marchioro

 

1 - Tous droits réservés. - Copyright © UdeNap.org. - La reproduction de tout ou partie du matériel contenu dans cette édition du Castor™ est interdite sans l'autorisation écrite des auteurs.

2 - Malgré l'attention portée à la rédaction de ce journal, ses auteurs ou son éditeur ne peuvent assumer une quelconque responsabilité du fait des informations qui y sont proposéesSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

3 - Les erreurs de frappe, de date et autres incongruités contenues dans ce Castor™ seront ou ont déjà été corrigées dans sa version dédiée au marché américaiSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.nSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

4 - La direction du Castor™ tient à préciser qu'aucun enfant n'est victime d'agressions sexuelles au cours de la préparation, pendant la rédaction et lors de la publication de son hebdomadaire et que... que perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.


Le Castor - Fondation et équipe originelle

Le Castor - Organes affiliés

Université de Napierville - Page d'accueil

Le Castor™ - Édition précédente

Le Castor™ - Édition suivante

Le Castor™ - Édition courante