Volume XXIII, n° 21 18 juin 2012

Fondé en 1900 par le Grand Marshall, le CASTOR DE NAPIERVILLE fut, à l'origine, un hebdomadaire et vespéral organe créé pour la défense des intérêts de l'Université de Napierville et de son quartier. - Il est, depuis le 30 septembre 2002, publié sous le présent électro- nique format afin de tenir la fine et intelligente masse de ses lecteurs au courant des dernières nouvelles concernant cette communauté d'esprit et de fait qu'est devenu au fil des années le site de l'UdeNap, le seul, unique et officiel site de l'Université de Napierville.

De cet hebdomadaire publié sur les électroniques presses de la Vatfair-Fair Broadcasting Corporation grâce à une subvention du Ministère des Arts et de la Culture du Caraguay, il est tiré, chaque semaine, sept exemplaires numérotés de I à VII, sur papier alfa cellunaf et sur offset ivoire des papeteries de la Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin et trois exemplaires, numéroté de 1 à 3, sur offset de luxe des papeteries Bontemps constituant l'édition originale, plus trois exemplaires de luxe (quadrichromes) réservés au Professeur Marshall, à Madame France DesRoches et à Madame Jean-Claude Briallis, les deux du Mensuel Varois Illustré.

Première édition

Note : L'édition corrigée, destinée au marché américain, paraît le jeudi. L'édition numérotée, avec corrections supplémentaires, destinée exclusivement au Cercle Littéraire des Grammaticiens et Lexicologues Amateurs de Saint-Jean-Étienne-sous-Bois (Var) paraît le samedi.

 
 


Les manifs ? - Le maire s'en occupe... sérieusement.

Vous avez manqué les dernières photos de M. Sérien ?

Voyez sa Galerie

 


  Oisive, la jeunesse ?

Mes modestes services ayant été, au cours des deux dernières semaines, retenus par la firme Vatfair-Fair Gourmet Food & Shoe Emporium pour superviser la rédaction de leur prochain catalogue (difficile tâche à laquelle mon contrat avec l'UdeNap me lie), c'est avec une surprise non feinte que j'ai pris connaissance, samedi, du présent numéro du Castor™, confié la veille de mon départ à notre plus jeune collaborateur, le nommé Jeff, de son prénom, et souvent prénommé Bollinger, de son nom.

Ne me remerciez pas, bonnes gens, ce n'est pas à moi qu'on doit cette heureuse initiative, mais bien au Professeur Marshall, qui a su percevoir en lui ce qui n'était pas évident pour votre serviteur : les qualités nécessaires pour mener à terme l'énorme travail que représente une édition de l' hebdomadaire que, chers lecteurs, vous tenez régulièrement entre vos mains et que bien des maisons d'enseignement nous envient, certaines, hélas, que pour des raisons uniquement funancières.

«Ébéniste et commerçant, m'a dit notre ami à tous, il n'a peut-être pas l'érudition et la discipline qu'on vous connaît, mais vous verrez : il a un sens inné de l'organisation et ce qui ne gâche rien, un certain sens de l'humour [1]."

Assujettissant, hier, mon pince-nez sur mon étiré visage (la révision d'un catalogue n'est pas une sinécure), qu'elle ne fut pas mon étonnement de constater que, côté intellectuel, notre jeune chroniqueur n'était pas démuni, ce qui prouve le vieil adage qui veut que :

«Nonobstant ce qu'en pensent les parents, tous les enfants ne sont pas des tarés [2]

Les multples et nombreux lecteurs qui, cette semaine, nous feront l'honneur de nous lire joindront leurs mains aux miennes pour dire : «Bravo, Jeff !»

Je vous laisse entre ses mains.

Obédieusement vôtre,

Herméningilde Pérec, esq.
Co-directeur du Castor™ de Napierville
Secrétaire temporaire permanent
Université de Napierville

P.-S. : Au Philistin venu de Saint-Elzéar ou de Saint-Constant, qui, en visite à Napierville, n'a pas su trouver notre campus et qui c'est dit outré, je réponds : "La prochaine fois, annoncez votre visite."

[1] Humour ? Deux fois en autant de numéros que j'entends ce vocable associé au Castor. - Faudra un jour m'expliquer car je ne vois pas...

[2] Ce qui explique le foisonnement d'employés gouvernementaux, certains chauffeurs de taxi et les éboueurs.


 



Faits divers

Cette semaine, je me demandais contre quoi ou contre qui j'allais chialer jusqu'à ce que je réalise - oh surprise! - que je n'avais pas grand chose à dire contre quoi que ce soit ou qui que ce soit.

C'est que, voyez-vous, j'ai passé les derniers quinze jours à la maison ou au bureau et parfois entre les deux. Et comme je n'écoute pas les nouvelles et que je lis pas les journaux, je n'ai aucune idée ce qui s'est passé.

Bien sûr, j'ai su que j'ai entendu parler (et même entendu physiquement les tintamarres) du Grand Prix et des manifestations. Il aurait fallu que je mette des bouchons dans les oreilles ou que je fasse un détour par Trois-Rivières pour rentrer chez moi, mais à part ces deux capitales nouvelles...

Vous savez que ça se développe ce genre d'ignoranteté ? Une simple question de choix :

D'abord, faut faire le tour de sa bibliothèque et f... à la poubelle tous les livres qui ont moins de cinquante ans et, parmi ceux qui ont cinquante ans, tous ceux qui n'ont pas été réédités depuis au moins vingt ans. - (À la poubelle, je vous dit : n'allez surtout pas essayer de les recycler, vous pourriez être accusé de méfaits ou de vouloir troubler la paix.) - De livres publiés au cours des derniers cinquante ans, je n'en ai pas trouvé pas plus que six ou sept qui méritaient, un temps, d'être lus ou relus ; et parmi ces derniers, je n'ai jamais considéré les Mémoires de gens célèbres ou qui se sont crus tels que Churchill, de Gaule et autres qui se sont crus plus forts que les autres.

Ah ! Écrire un livre : sortir de la masse !

Ensuite, il faut se rendre à la bibliothèque la plus proche et lire les journaux des années quarante en remontant dans le temps. - C'est ainsi que l'on constate que les journaux actuels sont à peu près aussi renseignés qu'étaient nos ancêtres sur ce qui se passait autour d'eux. (Et n'allez pas me dire que ça a changé ! - Faites-en l'expérience en parcourant, tenez, les journaux d'il y a dix ans)

Finalement, concentrer ces lectures uniquement autour de petites choses. Les journaux personnels, par exemple, de Gide, de Greene ou de Léautaud. - Vous serez surpris ce qu'on y apprend sur ce qui se passe vraiment dans le monde et comment plus ça change.... - Personnellement, je suis un grand amateur de la correspondance de Pline le Jeune.

Quelques mois de ces activités et je mets n'importe qui au défi de s'intéresser à nouveau aux grands faits divers de l'heure : au dépeceur de Montréal, par exemple, aux grands projets de Hollande, au toquade de Charest ou, je l'ai entendu ce matin, à ces deux jeunes qui se sont tués en voiture à Saint-Éloigné dans les Apalaches. - Tenez :

L'assassinat de Kennedy. Vous êtes-vous déjà dit que toutes les personnes qui ont aujourd'hui une cinquantaine d'années ou moins n'étaient pas au monde quand il est mort ? - Fait divers. Et faut pas remonter si loin :

Jean Paul II, Claus von Bulow, Bush, Chirac, Gorbachev, Osama Bin Laden, Mère Térésa, la Princesse Diana, Yu Po Sun, John Major, Dodi Al-Fayed, Mahmoud Ahmadinejad... faits divers.



Fait divers

Le juifs (mais eux insistent) ont raison de se plaindre : l'holocauste (soixante-dix ans), on aura beau vouloir en parler, il deviendra, éventuellement, un fait aussi divers que les milliers d'empalés roumain Vlad III Basarad parsema sur la route que devaient emprunter les Turcs qui avaient décidé d'envahir son pays. (Z'ont eu tellement peur qu'ils s'en sont retournés dans leur pays.) Mais parlant des Turcs, je parie que vous n'avez jamais entendu parler de Timur (ou Timour) Lenk qui, en 1401, mit la ville de Damas à feu à à sang :

Les Syriens connaissaient déjà, à ce moment-là, la cruauté de ce Timur qui, l'année précédente, lors de la prise de la ville d'Alep, avait fait enterré vivants toue les membres de la garnison de la ville. Mais à Damas... - Les plus chanceux furent tués au cours de la bataille qui précéda le massacre. - Les autres, hommes, femmes et enfants ont été décapités, coupés en deux, crucifiés ou écartelés. D'autres furent coulés dans du ciment ou ont été enterrés vivants, déterrés, et enterrés à nouveau. Certains ont été rôtis à la broche ou d'autres encore écrasés dans des pressoirs à vin. Les femmes avec enfants furent enfermés dans la grande mosquée. Là, les enfants furent forcés de regarder leurs mères se faire violer, maintes et maintes fois. Ensuite, les mères furent forcés à leur tour de regarder leurs enfants coupés en morceaux ou lancés contre les murs. Les portes furent ensuite barricadées et on mit le feu à l'édifide...

Timur Lenk

Et l'on voudrait que je m'intéresse aux déclarations de Brian Ecklestone ? Pfft !

Y'a là, comme une perte de temps considérable.

Lâchez les nouvelles ; occupez-vous de vos enfants, vos chiens, vos chats ou votre pelouse.

Me semblait aussi que je pouvais chialer même de rien.

Simon

P.-S. (en réponse à cette dame qui m'a écrit suite à ma dernière chronique) : Oui, Madame, je suis demeuré avec cette jeune fille d'une chasteté exemplaire tout au cours de nos fréquentations. À peine, un jour, me suis-je permis de lui serrer deux doigts d'une de ses mains, deux doigts qui étaient aussi fermes que le reste. - Quand même ! Elle n'avait pas vingt ans...

 


Les deniers de saint Pierre

Aussi frugales que soient nos dépenses, ici, en notre évêché (et non notre "palais cardinaliste"), nous n'arrivons pas à boucler tous nos fins de mois. - C'est une chose qui m'attriste profondément mais, peu habitués que nous sommes, nous, hommes d'Église, aux fluctuations des prix, notamment de ceux des ornements ecclésiastiques, aux frais de déplacement de nos secrétaires, sous-secrétaires et sous-sous-scrétaires (et autres déboursés), il nous arrive souvent de nous retrouver hors-budget.

Voilà qui explique pourquoi nous sommes toujours à court d'argent.

Une de mes ouailles m'écrivait, justement, la semaine dernière, se plaignant :

"Vous savez, Monseigneur, 2.300 paroissiens, ça coûte cher en hosties."

Vous connaissez le prix des hosties ? - Moi non plus. Aussi, faut-il donner généreusement. - La bague ? Un cadeau d'une paroissienne lors de mon accession à la princerie.

Spitzman

 
c


A dreadful place

Don't remember how the subject came up the other day but somebody mentioned the village of Haworth, West Yorkshire (UK), one of the most dreadful places on earth. Well not that dreadful but if you're on the verge of mental collapse and it's mid-November, I would strongly advise you not to go there.

Haworth (Webcam) "...where vegetation does not flourish, it merely exists." - Elizabeth Gaskell [*].

Haworth, in case you didn't know, was the birthplace of the Brontë sisters, Charlotte, Emily, Anne and their unfortunate brother, Patrick Branwell Brontë, three paintings of whom, despite he, being a a major client of the Black Bull, are still part of the National Portrait Gallery Collection in London.

The Black Bull
Hellen Burrow, photographer)

The sisters, of course, are well know : Charlotte is the author of "Jane Eyre", Emily, of "Wuthering Heights", two of the mostly read and admired novels of all times, while Anne is mostly known for her poetry (although she did write a novel, "Agnes Grey", which has remained in print since 1847).

One family, four artists, two of whom were definitely geniuses, daughters and son of an unusal Anglican clergyman who allowed all four to develop their talents without any barriers whatsoever. In fact, he even participated in their development.

Don't know if this is a legend or not but, apparently, he regularly asked his children to wear masks [2] behind which they became nobody and, being nobody, they were allowed to question anything or ask any question about any subject including that no-no 19th Century oppugn : "Does God really exist ?". - Remember : this was in a presbytery, a parsonage really, attached to a church. - Whether this was one of the sources of the four sibling's talents, or not, you have to admit that it was uncanny and, if wasn't a coincidence, it was a curious way to raise children.

The Brontë Sisters
Oil on canvas
Patrick Branwell Brontë
( © National Portrait Gallery )

Anyway, if you're ever in the mood, go on the WEB, type "Haworth" (see link to Helen Burrow, above) and take a look around. Then pick up Wuthering Heights or Jane Eyre [2] and read the first few lines.

I haven't read both in years but I remember distinctly not being able to end a chapter without looking at the beginning of the next, so well both novels are constructed.

You might miss a couple of hours of sleep but you'll thank me.

I still insist, though : Haworth is a dreadful place. It was, at any rate, the day I went there : windy, wet and cold. Perfect weather to stay inside and start working on writing that capital novel you always wanted to write... but wear a mask... something, I've been told, is now verboten in Montréal.

Copernique

P.-S. : (On my last column) - A reader from Montreal-West sent me a long e-mail stating that my attitute and that of Mr. Popp (towards bars) was prejudiced. "You don't understand that you go there to see young, and usually quite stunning, waitresses not to have a drink or meet people. Costs vary a lot (on an hourly basis), but you'll notice that while you're watching these beauties, they serve you free drinks..." - Of course.

[1] The Life of Charlotte Brontë, Elizabeth Gaskell (Penguin Classics, available in e-Reader format)

[2] On masks : in one of the many biographies writen about Jelly Roll Morton, the man who claimed to have invented jazz (Dead man Blues - University of California Press), Phil Pastras says, of masks, (Jelly Roll had many personalities) that they teach us more about the person wearing them than the person himself. - See the "ailleurs" page, part of this site.

[3] If you have an e-Reader, both are available on the Project Gutenberg site.

 

Espace sonore

Entre mon travail de directeur, une commande urgente pour une commode modèle "pré-conquête" (sic) , l'édition de ce Castor™ (je vous raconterai un de ces jours), comment ai-je pu trouver les temps pour rendre visite à mon ami Charles V., un semi-retraité qui habite le centre-ville de Montréal, je ne sais pas, mais c'est chose faite. C'est du haut de sa terrasse que j'ai donc pu assister à une de ces manifestations qui, depuis un mois, un mois et demi, se déroulent tous les soirs dans la rue qu'il habite car, mon ami, demeure tout près du Quartier Latin, à deux pas de la place Émilie-Gamelin. Qu'est-ce que je peux ajouter de plus ?

Mais pourquoi avoir choisi ce quartier ? demanderez-vous. - C'est que, contrairement à l'idée qu'on se fait d'une ville, c'est un endroit qui a toujours été relativement calme. L'été dernier, par exemple, en plein Festival de la Francophonie, assis sur sa terrasse, j'ai été étonné de constater que, du septième étage où cette terrasse est située, l'on entendait pratiquement rien. Une rumeur de ville en sourdine et rien d'autres sauf que, cette fois-ci, j'en ai pris pour mon rhume.

Au conclave des frappeurs de casseroles, aux slogans hurlés via des mégaphones, au bruit infernal des sirènes d'autos-patrouille... qui déjà rendait notre conversation difficile, que fpouvait-on ajouter de plus ? - Je vais vous le dire : le flip-flop d'hélicoptères qu'on aurait cru à trente mètres au dessus de nos têtes.

- Et ça dure depuis combien de temps ?" lui ai-je demandé

- Une centaine de jours, fut sa réponse.

- Cent jours ?

- Oui mais, le soir, comme ça, une cinquantaine seulement."

 - Et vous continuerez de voter Libéral ?

- Oh, vous savez, m'a-t-il répondu, Charest à dû être mal conseillé.

Paraît que, certains soir, les manifestants sont nus. Voilà qui explique peut-être la paire de jumelle sur la table d'appoint de ce cher Victor et le peu d'intérêt qu'il manifeste à vouloir déménager du coin.

Jeff

 

Saint-Léonard-d'Aston (Québec)

Le [Château] Madrid, célèbre halte routière entre Napierville et St-Romuald-d'Etchemin, démoli l'automne dernier, a rouvert ses portes sous le nom de Madrid 2.0.

Abitibi-Témiscamingue

Près de 200 cyclistes ont participé samedi, il y a dix jours, à l'inauguration de la piste cyclable entre le quartier d'Alembert de Rouyn-Noranda et la municipalité de Taschereau en Abitibi-Ouest.

Malancourt-la-Montagne (Moselle)

Une fiole accidentellement brisée, vendredi dernier, a perturbé pendant plusieurs heures la société Cédilor, installée dans cette ancienne commune réunie à celle d’Amnéville.

Los Angeles (Californie)

Le propriétaire d'un Hummer de cette charmante ville a trouvé un astucieux moyen pour économiser de l'essence. Chaque matin, de sa maison à son bureau et, chaque soir, de son bureau à sa maison, il fait remorquer son véhicule.

Tea (South Dakota)

Le site de l'hebdomadiare Tea Weekly est en reconstruction.

Montréal (Québec)

La Ville de Montréal étudierait présentement la possibilité d'implanter en temps réel, dans les appareils GPS de ses citoyens, la liste des des rues fermées à la circulation de même que les emplacements des mendiants et laveurs de pare-brise improvisés.

Winnipeg (Manitoba)

Une collision entre un véhicule utilitaire sport et une autocaravanequi s'est produite mardi dernier vers 11 h sur l'autoroute périphérique sud, entre l'autoroute Pembina et la route St-Mary's.

Auxerre

Le bar Au Bon Coin, rue Paul-Bert, en centre-ville d'Auxerre, a été victime d'un casse dans la nuit de mercredi à jeudi dernier.


(© l'Yonne.fr)

Canada

La Royal Canadian Navy est à la recherche d'un directeur de fanfare pour sa flotille de sous-marins.

Cincinnati (Ohio, USA)

  • Scandale dans la Cincinnati All Girls Trombone Orchestra : un[e) de leur membre serait un travesti.

et

Naperville (*) (Illinois)

  • Ce mercredi, de 18h00 à 19h30, porte ouverte au Naperville Municipal Center, 400 sud, rue Eagle. Venez en grand nombre pour vous renseigner sur le nouveau plan de la ville pour rendre tous ces édifices accessibles aux handicapés.

    (*) Et non Nap
    ierville, comme on l'écrit trop souvent.

 

Cette semaine et la semaine prochaine :

Esplanade du Grand-Marshall

Exposition (en plein air) de photos anciennes :

du quartier universitaire, du Kilimanjaro et de la Tour de Londres.

Alternativement dans le sous-sol de l'église du Saint-Sépulcre (jours pairs)
et dans la grande salle des Loisirs des Saint-Martyrs (jours impairs)

Tous les jours (sauf les dimanches), de midi à quatorze heures :

Festival de cuisine régionale

(par ces Dames de la Paroisse).

Conférence
Salle Marc-Ronceraille
Le mercredi 20 juin à 13h30

La vite tumultumeuse du prédicateur errant David Joris (1501-1556)

Par le professeur Raymond Ducastel de Pignon-sur-Rue (Var)

Conférence 2
Même salle
Le lendemain à 14h40

Courants et températures des eaux de surface dans l'océan Pacifique

Par le fils de l'ex-secrétaire du spécialiste éolien Dupetit Pritchard (1910-1991)

Nous rendront visite au cours des deux prochaines semaines :

  • Alidor Isidore Ulidore - Représentant plénipotentiaire d'une distillerie de whiskey sise dans les Îles Vierges.

  • Raoul Oderra - Distributeur exclusif en Amérique du Nord des pneus Mony et des ressorts A. Boudin, propriétés de l'International A. Allais & Co.

  • Sergio Ahmadinejad - Rédacteur de mots cachés (en arabe) pour le Khabar Varzeshi [News] de Téhéran.

  • Nancy Westinghouse - Conceptrice d'abat-jour et struggleforlifeuse.

  • Vaclav Potok - Le célèbre botaniste de l'Institut de Prague, spécialiste dans les plantes en celluloïde.

  • Victor Beauséjour - Auteur (avec le révérend Bob Y.) d'une théoie mathématique sur les phénomènes électro et thermodynamiques des processus irréversibles et (avec Alphone A.) de diverses autres théories aur la méprasibilité du travail.

  • Thérèse Dumoulin - Présidente de l'Association des tricoteuseuses-manchots de Seine-Inférieure.

  •  Jean-Jean Michaud - Métaphysicien à la pige, capitaine aux courts cours et docteur en sémiotique (spécialité : oeuvres de la Comtesse de Ségur).
 

Au Théâtre du Grand Marshall
Dès demain, jusqu'au 30 juin - à 20h00
Tous les jours (sauf le 24 et les lundis)

Dernier spectacle de la saison

Les trois sultanes
ou
Soliman second

Une comédie en trois actes et en vers
de
Favart

(présentée pour la première fois au Théâtre François en 1802).

Par la Troupe du Grand Marshall :

Soliman second, surnommé le Magnifique, empereur des Turcs - John Daigneault
Osmin, kislar aga, ou chef des eunuques - Marc Tessier
Elmire, une Espagnole - Jeannine Lecors
Délia, une Circassienne - Jacqueline Archambault
Roxelane, une Française - Mireille Côté
Eunuques noires, Bostangia, muets et autres esclaves du sérail.

La scène est à Constantinople, dans le palais du grand seigneur.

Le décor représente une salle des appartements intérieurs du sérail, ornée de tapis, de cassolettes, de sophas (sic) et autres meubles, selon la coutume des Turcs. Il y a un sopha garni de carreaux, placé sur l'avant-scène, à droite des acteurs.

Mise en scène, musique, décor, éclairage et répartition des rôles : George de Napierville.

En la salle du Grand Marshall
Dès le jeudi 20 jusqu'au 30 juin
Du jeudi au samedi inclusivement - à huit heures

Raoul-Jean Lalonde

Dans ses désopilants monologues, sketches et imitations (notamment de perroquets).

Attention : 18 ans et plus.

Billets en ventes à la procure de l'Université et au garage Esso, esplanade du Grand Marshall.

Au musée du Grand Marshall
Dès demain jusqu'en septembre
Tous les jours (sauf les lundis)

Exposition estivale

La collection permanente

Entrée libre sauf pour les enfants et les adolescents, accompagnés ou non. - Port de masques interdit.

Au Bijou, cinéma de répertoire

Trois salles, trois films :
Dès demain - tous les jours - représentation continue de midi à minuit
Jusqu'au dimanche 1er juillet.

Les grands films ayant pour thème le nazisme

Surf Nazis Must Die de Peter George (1987)

Lorsque le petit-fils d'une femme qui collectionne les armes à feu est assassiné par des surf-punks néo-nazis ...

Avec : Gail Neely dans le rôle de Eleanor 'Mama' Washington, Robert Harden et Barry Brenner (dans le rôle d'Adolf)

Nazis at the Center of the Earth de Joseph J. Lawson (2012)

Des chercheurs en Antarctique sont enlevés par une équipe de troupes d'assaut nazis et entraînés profondément sous terre vers un continent secret...

Avec : Dominique Swain dans le rôle du Docteur Paige Morgan, Christopher Karl Johnson (Dr. Josef Mengele) et James Maxwell Young (Adolf Hitler)

Tarzan Triumps de Wilhelm Thiele (1943)

Zandra, la princesse d'une civilisation perdue, demande l'aide de Tarzan lorsque des nazis envahissent son territoire...

Avec : Johnny Weissmuller (Tarzan), Frances Gifford (la princesse Zandra), Stanley Ridges (le Colonel Von Reichart) et Rex Williams (le lieutenant Reinhardt Schmidt)

***

Sur les ondes de la CNAP et de la CCAP

Nouvelles boursières

Tous les samedis dès huit heures du matin, l'éminent économiste Pierre Rochemenier est en ondes, pour expliquer pourquoi ses prévisions de la semaine précédente se sont avérées fausses. - Sujet, cette semaine : la dette américaine (±16,000,000,000,000 $ au moment où aura lieu cette émission).

Les grands interviews

Demain, le mardi 19, (première partie) et mardi prochain, le 26 juin (deuxième partie) :

Le révérend Cornelius Chasuble

Dans le premier interview que le révérend Chasuble a décidé d'accorder depuis plusieurs années, il nous parlera, en un premier temps, de l'histoire du Quartier Universitaire de Napierville, lui qui en fait partie depuis plus de cinquante ans. - Dans la deuxième partie, il décrira son sacerdoce et l'influence qu'il croit avoir eu sur la jeunesse qui a fréquenté l'UdeNap.

Interviewer : Copernique Marshall.

Le jeudi 21 juinà 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair de l'Institut.

Les grands récitals-concerts

Le samedi 23 juin, à vingt heures - reprise le 30, même heure - en direct du Palais du Bingo :

Les grandes marches de John Philip Sousa

Dernier concert de la saison donné par :

La Fanfare Secrtète de Napierville

sous la direction de
Dino Beaulieu-Ouellette

 


Quelque chose trouvée par un de mes amis sur YouTube :

Francisco Gustavo Sánchez Gómez dit Paco de Lucía, John McLaughlin et Al Laurence Dimeola dit Al Di Meola trois grands guitaristes contemporains, en concert, à San Francisco, en 1981.

Disponible sur CD : Pavarotti & Friends (for War Child). L'enregistrement date de 1996.

La pièce s'intitule "Mediterranean Sundance".


Cliquez sur le lecteur ou la note (format MP3) :


Note : Les enregistrements qui ont fait partie de cette série sont disponibles intégrablement, dans l'ordre inverse qu'ils ont été publiés.

Cliquez ICI.

          


 

M. Ébenoïde Lacroix - Bardvurst-upon-Thames (U.K.)

Dans les grandes villes, en effet, (et même dans les communes), les gens meurent en ordre alphabétique. Tous les journaux, section nécrologique, vous le confirmeront.

M. Caïphe Lamarre - Village des Éclusiers Anonymes (près le Bourg-en-Bec) Haute-Normandie

L'assurance-groupe offerte par la Vatfair-Fair Colapse of Bridge and Sinking of Irregular Ferries Insurance Company est exactement ce que son nom indique : il s'agit d'une assurance groupe. - Ainsi, lorsqu'un groupe tombe malade...

M. Guet A. Pans - Paris 16e
Un fox-trot dont le titre (provisoire) serait "Spleen fox-trot" d'après - à ce que nous avons pu apprendre - un poème du regretté Charles Baudelaire.
M. Ingemar Chiasson - Hameau du Roi-Lépreux, Notre-Dame-de-Fondencomble (Seine-Inférieure)

La ville de Venise, hélas, se dirige vers une catastrophe dont, nous avons bien peur, elle ne se remettra jamais : plus personne n'ose s'aventurer vers cette aquatique cité car on y retrouve de plus en plus trop de visiteurs. - Nos sources indiquent, quand même, qu'avec l'abaissement de la campanile, les autorités locales croient être en mesure de pallier cette désastreuse situation.

M. Gontran C. Ouelette - Crystal Beach (Californie)

Deux grands verres, quelques cuillères de sucre en grain des Barbades, un peu d'eau de la grande rivière de la Baleine, une copieuse rasade de gin de St-Albans (Vermont) embouteillé préférablement avant 1992, de la glace en provenance de la rivière Barbote (un affluent du Richelieu) et deux bouteilles de "Old Fellow" Moonman de Fall Rivers.

M. Hercule Tranchemontagne - Saint-Jean-sur-Latapenade (Var)

Monsieur Villeray. En 1980, 1981 et 1983.

Sir A. Plancher - Weaver Siding (New Brunswick)

Lors de l'Expo 1967 (ce qui m'évite à vous citer quand la chose s'est produite). - Dans ses propos furent, en effet, insérés les noms de plusieurs accessoires servant au culte divin et même celui d'un des sacrements.

Mme Georgette Vallancourt-Smythe - Saint-Hilaire-le-Menteur (Var)

Attention, quand même, l'air y est particulièrement furibard.

M. Palamède de la Motte-Picquet-Grenelle - Westmount

Le vêtement auquel vous faites référence ne se porte qu'à l'intérieur car il est particulièrement susceptible de rapetisser lorsqu'exposé à la pluie. - On raconte même qu'il aurait rétréci à la seule annonce d'une journée partiellement nuageuse.

Mmw Ornella Beecher-Stowe. - Comté d'Argenteuil (Québec)

Le 10 mars 1932, le 2 janvier 1952 et le 12 décembre 1962.

 

Cette édition du Castor est dédiée à :

Madame Lillie Langtry
née
Emilie Charlotte Le Breton
(1853-1929)

c

"Un intellectuel, c'est quelqu'un qui connaît le nombre de manches qu'il y a dans chaque opéra."

T. S.

 

Webmestre : France L'Heureux

Webmestre : Éric Lortie

Webmestres : Paul Dubé et Jacques Marchioro

 

1 - Tous droits réservés. - Copyright © UdeNap.org. - La reproduction de tout ou partie du matériel contenu dans cette édition du Castor™ est interdite sans l'autorisation écrite des auteurs.

2 - Malgré l'attention portée à la rédaction de ce journal, ses auteurs ou son éditeur ne peuvent assumer une quelconque responsabilité du fait des informations qui y sont proposéesSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

3 - Les erreurs de frappe, de date et autres incongruités contenues dans ce Castor™ seront ou ont déjà été corrigées dans sa version dédiée au marché américaiSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.nSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

4 - La direction du Castor™ tient à préciser qu'aucun enfant n'est victime d'agressions sexuelles au cours de la préparation, pendant la rédaction et lors de la publication de son hebdomadaire et que... que perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.


Le Castor - Fondation et équipe originelle

Le Castor - Organes affiliés

Université de Napierville - Page d'accueil

Le Castor™ - Édition précédente

Le Castor™ - Édition suivante

Le Castor™ - Édition courante