Volume XXIII, n° 16 9 avril 2012

Fondé en 1900 par le Grand Marshall, le CASTOR DE NAPIERVILLE fut, à l'origine, un hebdomadaire et vespéral organe créé pour la défense des intérêts de l'Université de Napierville et de son quartier. - Il est, depuis le 30 septembre 2002, publié sous le présent électro- nique format afin de tenir la fine et intelligente masse de ses lecteurs au courant des dernières nouvelles concernant cette communauté d'esprit et de fait qu'est devenu au fil des années le site de l'UdeNap, le seul, unique et officiel site de l'Université de Napierville.

De cet hebdomadaire publié sur les électroniques presses de la Vatfair-Fair Broadcasting Corporation grâce à une subvention du Ministère des Arts et de la Culture du Caraguay, il est tiré, chaque semaine, sept exemplaires numérotés de I à VII, sur papier alfa cellunaf et sur offset ivoire des papeteries de la Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin et trois exemplaires, numéroté de 1 à 3, sur offset de luxe des papeteries Bontemps constituant l'édition originale, plus trois exemplaires de luxe (quadrichromes) réservés au Professeur Marshall, à Madame France DesRoches et à Madame Jean-Claude Briallis, les deux du Mensuel Varois Illustré.

Deuxième édition

Note : L'édition corrigée, destinée au marché américain, paraît le jeudi. L'édition numérotée, avec corrections supplémentaires, destinée exclusivement au Cercle Littéraire des Grammaticiens et Lexicologues Amateurs de Saint-Jean-Étienne-sous-Bois (Var) paraît le samedi.

 
 


Le maire de Montréal aux prises avec les salaires de ses policiers...

Vous avez manqué les dernières photos de M. Sérien ?

Voyez sa Galerie

 


  Joies et peines

Joyeuses Pâques ! Même si c'est au lendemain de la grande fête de tous les chrétiens, de tous les hommes de bonne volonté, comme le souligne le cardinal Spitzman dans l'illuminante chronique qu'il a rédigée à l'intention de la masse si fine et si intelligente de ceux qui nous lisent.

Simon Popp égal à lui-même nous fait réfléchir lui aussi. Idem pour le jeune Copernique et notre dernier chroniqueur, Jeff, dont la plume prend de plus en plus de sûreté.

Nouvelles, visites, films, exposition, théâtre, oui... mais qu'on nous pardonne d'être un peu triste ce matin où nous avons appris le décès d'un grand humoriste en la personne de Serge Grenier à qui nous dédions ce numéro.

Obédieusement vôtre,

Heméningilde Pérec, esq.
Co-directeur du Castor™ de Napierville
Secrétaire temporaire permanent
Université de Napierville


 



Parler français

C'est l'histoire du bonhomme qui dit, à sa femme, juste avant de mourir : " Tu sais, ma chérie, si jamais tu me trompes, je vais me retourner dans ma tombe." - Six mois plus tard, elle allait lui porter des fleurs de l'autre côté de l'autoroute.

On ne sait pas au juste où se trouve, aujourd'hui, la dépouille de Rabelais. Son corps passe pour avoir été enterré au cimetière de Saint-Paul, détruit par Haussmann, et son crâne placé dans les catacombes de Paris alors que ses ossements auraient été jetés dans la Seine, mais je suis certain qu'à l'heure qu'il est, il doit s'être retourné sufisamment de fois pour se retrouver dans les environs d'Auxerre ou de Macon ; car s'il en est un qui doit en avoir jusque là des Bonzes de l'Académie Française, des Mandarins de la culture ou des Puristes de l'Office de la Langue Française (du Québec), ça doit bien être lui.

"Ma foi du bon Dieu, comme me disait un ami anglophone, l'autre jour, mais c'est quoi cette française langue où je ne peux pas dire deux mots sans faire trois fautes de grammaire ?". Le pire, c'est que je dois lui donner [partiellement] raison : c'est quoi cette langue où l'accord du participe passé, conjugué avec l'auxilaire "avoir", a été inventé de toutes pièces (par Clément Marot) pour que François Premier puisse démontrer à ses "amis" italiens que sa langue était aussi élégante que la leur...

Je dis "partiellement" parce que, penserez ce que vous voulez, une langue - sauf si elle est morte ou si l'on veut la tuer - n'a pas besoin de règles, de lois, de normes ou de règlements à suivre le doigt sur le pli du pantalon.

Vous allez me dire : "Mais si vous voulez vous faire comprendre..."

Je vous répondrai que 99% des francophones que je connais ne connaissent pas le quart de la moitié des dictats de l'Académie concernant la concordance des temps (et ses plus-que-parfaits du subjonctif) et n'ont rien à f*** des verbes pronominaux réfléchis et non-réfléchis et c'est tant mieux comme ça : pendant que certains se pencheront sur les "fautes" commises par d'autres, les ceusses qui continueront de parler au jour le jour "la langue de Molière" (à ne pas lire dans le texte à moins d'être un linguiste) pourront, comme Rabelais, inventer les mots dont ils ont besoin.

Tout ça pour attirer votre attention sur la préface - les préfaces devrais-je dire car on en est rendu maintenant à la quinzième édition - du Bon usage, la grammaire française de Maurice Grevisse, refondue par André Goosse et cie. - On y dit qu'il s'agit là d'une grammaire descriptive, que son but est de décrire la façon dont les Français parlent et écrivent et non pas leur dire comment parler et écrire, i.e. : descriptive et non normative. - Il en est de même du Robert dont on peut lire, dans sa postface la phrase suivante :

"L'idéologie de l'élite, des couches supérieures, ignore superbement ou juge sévèrement […] tout autre usage que le sien. Au contraire le Petit Robert est ouvert à la diversité, à la communication plurielle ; il veut combattre le pessimisme intéressé et passéiste des purismes agressifs..."

Que j'en prenne un me dire, aujourd'hui, que j'fais une faute en disant : "Je t'uploade ça tout de suite" au lieu de "Je te téléchameaude ça en aval immédiatement" comme l'a suggéré l'OLF il y a quelque temps. - C't'idée, aussi, de dire "ordinateur " alors que le reste du monde, dit "computer"...

Aux puristes, Queneau disait qu'ils faisaient une faute grave quand ils écrivaient "Je vais à Rome", oubliant toute l'histoire de la française langue : "'Je vais à Rome', oui, disait-il, si c'est une annonce que vous faites à votre voisin, mais de grâce, écrivez 'Eo Romam'."

Simon


 


Des religions

Lorsque vous vous décidez d'adhérer à une religion comme celle dont je fais partie ou même à une de celles qui ne sont pas anti-humanitaires, vous avez trois choix : devenir un idiot, un hypocrite ou un homme de bonne volonté.

Idiot ? Vous allez croire croire dur-comme-fer en toutes sortes d'images qui datent d'une époque où il était difficile d'expliquer à des gens qui ne savaient ni lire, ni écrire et qui, généralement, crevaient de faim ou étaient sous la joug d'oppresseurs sans âme, que la terre avait plus que deux mille ans, qu'elle n'était pas plate et qu'on pouvait guérir certaines maladies sans faire de miracles.

Hypocrite ? Vous ne croirez en rien de tout cela (en quoi que ce soit en fait) mais vous ferez semblant pour vous fondre dans une société que vous pourrez exploiter à loisir.

Et puis, ben... vous pourrez toujours penser aux grands principes de toutes les religions quelque peu éclairées, principes qui consistent à ne pas voler, ne pas tuer et ne pas faire de mal à personne. - Les aider, même. - Une chose qui, à mon avis,se fait mieux en groupe.

Spitzman

 

 
c


Braggadacio and venality

Got caught, the other day, in one of those demonstrations that seem to proliferate in that pot-holes infested suburb of Napierville what calls itself "La métropole du Québec" (after having lost its status of "La métropole du Canada" years ago). I was told to turn left, turn right, drive the wrong way on one-way streets and use some back alleys I didn't know existed (and redirected twice to where I had started from). Must have lost a hour going from point A to point B, a six kilometer trip to finally meet a very obnoxious fellow whose middle name was most likely "argument".

Didn't listen to a word I was saying. Correct that : listened to every word but immediately started proving I was wrong on everything.

"You should have used public transportation", he said. - I tried to explain that I was driving my car to a dealer for a well needed inspection. "Dealer ? You shouldn't go to dealers : they charge an arm and a leg for a job you can do yourself..." - "But I use my car only once a week." - "Well consider yourself as someone who is responsible for one seventh of the pollution affecting our planet..." and on and so on. He argued about every subject you can think of : book sorting jobs, lousy cello players, chocolat box art, hopheads, squeegees, gays, matching covers and curtains, loonies, unbuckled swashbucklers, etc. Down to the Perrier I was drinking. "Nasty thing, he said. Only French would think of drinking bubbly stuff."   - No run-of-the-mill pontiff, here, not even one of those bar-room lawyers ; this guy could have out-John-Cleesed John Cleese himself.

O.k. : I was sitting in a bar slightly east of the end of civilization which, for an English speaking gent is, as you know, Bleury and Ste-Catherine street, in Montreal. (Did I mention I was in Montreal at the time ? - Sorry.) - You should have been there. - I left after a while for greener pastures. Using public transportation, of course. Westbound.

Started me thinking :

I wondered what could have happened to a fellow like that, had he been sent to one of those colleges in England where levity is considered as a mortal sin, whose purpose is to spread culture according to high moral principles and where, every morning you're served oatmeal pudding [*] in lieu of poutine.

He would have gone bonkers. - Well maybe he did.

Copernique

[*] Read : "Lukewarm, half cooked, dyspepsia-producing mush ."

 

Comment devenir un paria

Je crois que c'est Monsieur Popp qui a suggéré il n'y a pas très longtemps une manifestation en faveur des exclus de la société. Pour y participer, il fallait être : d'aucune religion, non-syndiqué, non-étudiant, non-professeur, non-artiste, non-infirme, non-dépendant de tous les palliers de Gouvernement, non-utilisateur des transports en commun, non-automobiliste, etc., etc. - être paria, quoi.

Mon père, grand ami du Professeur Marshall, m'a enseigné plusieurs choses dont deux ont marqué ma vie :

La première est de ne jamais me fier aux gouvernements, tous les gouvernements. - Me disait-il, parce que sa mère était amérindienne : "Regarde ce qu'ils ont fait aux autochtonnes."

La deuxième m'a encore plus frappé . Elle se résumait à ceci : "Gagne ta vie et puis après, fais ce que tu veux." - Cette phrase avait beaucoup de variantes : "Si tu veux devenir écrivain, gagne ta vie et puis après, devient écrivain." - "Tu te sens l'âme d'un grand comédien ? Gagne ta vie et puis lance-toi dans la comédie." - "Tu veux devenir un travailleur autonome ? Gagne suffisamment d'argent pour fonder ton entreprise et deviens travailleur autonome."

Et c'est ainsi que je suis passé par le commerce (étalagiste, commis, vendeur, directeur de rayon, directeur d'étage et, finalement d'une succursale) pour devenir... ébéniste. Vous savez ce que ça gagne un ébéniste ? Presque rien. Surtout quand on est ébéniste-créateur parce qu'après avoir créé et construit un nouveau meuble, une fois qu'on a payé les matériaux, les distributeurs, transporteurs et revendeurs vous bouffent le reste.

Mes études ? Je les ai faites en histoire de l'art tout en travaillant chez un détaillant de la région. - J'ai aussi obtenu divers certificats en psychologie, en ventes au détail et... en mécanique.

Si je suis un paria ? - À vous de juger. - Mais même si j'en étais un, je ne participerais pas à la manifestation mentionnée au début de cette chronique : ça m'aurait l'air trop bien organisée pour être utile.

Jeff

 

New Canaan, Connecticut

Le journaliste Mike Wallace est décédé, hier, à l'âge de 93 ans.

Montréal

Dans la nuit du 31 octobre 2010, parmi les cinq adolescents de 17 ans, qui se sont aventurés sur la voie du Canadien National, sous l'échangeur Turcot (pour y peindre des graffitis) trois ont été happés mortellement par un train de passagers à trois heures du matin. - Dans une lettre adressée à Transports Canada, le Bureau de la sécurité des transports estime qu'il y a eu lacune au niveau de la sécurité. - Les parents de ses adolescents n'ont pas été blâmés.

Divers :

Dans le Var, Sarkozy s'est tourné avant-hier vers l'électorat FN.

À France Télécom, une baisse du dividende a été proposée en AG par les salariés.

À Montréal, les Industries Lassonde ont fait volte-face sous la pression des réseaux sociaux.

Au Congrès de l'UOIF, Tariq Ramadan s'en est pris au gouvernement

Zhang Daqian et Qi Baishi auraient, en 2011, détrôné Picasso au palmarès des enchères mondiales..

Au zoo de Milwaukee aux Etats-Unis, des orangs-outans se sont mis à l'utilisation de iPad au moyen d'applications pour singes ("Apps for Apes").

À Saint-Rémy, il y a eu quatre blessés dans une collision au péage sud de l'A6.

En raison des conditions météorologiques (5 noeuds de vent établi, 55 noeuds en rafale) la grande parade des vieux gréements au large de Sète a été annulée hier après-midi.

Et...

Lors de son traditionnel message pascal, le pape Benoît XVI a exhorté le régime syrien à répondre aux appels de la communauté internationale pour faire cesser les violences.

 

Cette semaine et la semaine prochaine :

Nouvelle publication

Les Presses de l'Université de Napierville, en collaboration avec la Vatfair-Fair Publishing Co. du Groupe Vatfair-Fair, publie, cette semaine, les premiers extraits du journal inédit de Mozart. - Le tout, annoté par le brillant critique Alfredo Giovanni Combustare à qui l'on doit déjà l'étude définitive sur ce maître. - En vente dès demain dans les meilleurs librairies et à la procure de l'UdeNap.

Conférence

Conférence, mardi (demain), à 06h00 en la salle Marc-Ronceraille : Pâques et les marées, un rapport insoupçonné. - Par le Professeur de Mathématique théorique de l'Institut de Malmö (Suède), le très renommé Lekinte Medenfull Uppsättning

Nous ont annoncé leurs visites :

  • (Mme) Florida Mecklenburg-Krosentsein - Directrice de l'Institut de l'interprétation des oeuvres de Goethe (en sémaphore)

  • Heinrich Caro-Parkinson - Spécialiste en chromodynamique quantique et en systèmes postréductionnistes

  • Charles Piazzi Smythe - Rhéteur-prêteur et descendant, par alliance (8e degré) de Léopold, frère de Ferdinand II, grand duc de Toscane

  • Arthémidore Keumer - De la fameuse famille des typographes alsaciens, fondateur de l'École des Écrivains non-conformistes et programmeurs de Ste-Croix-en-Plaine.

  • Thadéus Kosciuszho-Lebel - Dépisteur de capteurs d'héritage et membre du "Bread and Cheese Society" de Birmingham (Alabama)

  • Jeanne-Antoinette Poissan - Directrice du Journal des Lecteurs dont la devise est : "Égalité, fraternité responsabilité"

  • Ignatius Oglethorpe - Auteur autodidacte de plusieurs volumes sur Jeanne Julie Éléonore de Lespinasse

  • Nicolas Triffle et Formal Grimracck - Les deux derniers témoins de l'incendie de la caserne de pompiers de St-Léon-d'Argenson-de-Ferle (Var)
 

Au Théâtre du Grand Marshall

Les fausses infidélités

Comédie en un acte mais dix-huit scènes de Nicolas-Thomas Barthe (1733-1785), fils d'un riche négociant de Marseille qui fit des études avec beaucoup de succès chez les pères de l'Oratoire. - Présentée pour la première fois à Paris le 25 janvier 1768 (dix-huit représentations).

Par la Troupe du Grand Marshall :

Dorimène, jeune veuve ... Monique Dussault
Angélique, cousine de Dorimène ... Valérie Simard
Le marquis de Valsain, amant de Dorimène ... Oscar Lévesque
Le chevalier Dormilli, amant d'Angélique ... Kenneth John

et

Roland Thivierge dans le rôle de Mondor.

Mise en scène, musique, décor, éclairage et répartition des rôles : Roland Thivierge

Représentation tous les soirs sauf le lundi du 27 mars au 22 avril. - À vingt heures précises sauf les dimanches (à 19h30).

En la salle du Grand Marshall
Dès le jeudi 12 jusqu'au 22 avril
Tous les soirs, à huit heures (sauf les lundis)

Helmut Clayderman

De retour d'une grande tournée triomphale en Abitibi, dans les Bois-Francs et de Pompano Beach, le populaire chanteur Helmut Clayderman, accompagné par le trio de Richard Abel-Chartrand, nous revient dans son répertoire classique, semi-classique et populaire.

Réservations fortement recommandées.

Au musée du Grand Marshall

100 ans de poésie féminine napiervilloise

Sous la haute présidence de Madame Fawzi Malhasti, la poétesse de renom, le Musée du Grand Marshall est fier de présenter une exposition unique en son genre sur l'origine, l'évolution et l'état actuel de la poésie féminine napiervilloise depuis ses toutes premières manifestations jusqu'aux dernières oeuvres publiées par les Presses de l'Université de Napierville. - Fruit de plusieurs mois de recherches, cette exposition met en vedette des manuscrits, des photos, des objets personnels ayant appartenu aux premières poétesses de la région (Lydia Séjourné (1791-1865), Maria Labroche (1794-1845), Sarah Spitman (1803-1878), Élizabeth Hausmann (1805-1893), Emma Lenterrée (1805-1863), Lucrétia Toxine (1808-1826), Corine Laccablante (1805-1850)) et de nombreuses autres, moins connues, peut-être, mais qui ont toutes contribué à faire de Quartier Universitaire de l'UdeNap un centre de poésie international.

Nombreuses lectures de poèmes aujourd'hui oubliés, mini-récitals de chansons et romances mises en musique par des compositeurs locaux, de Simon Lapierre à Maurice Lesage, conférences et documentaires filmés.

Programmes disponibles sur place ou au Centre d'Accueil.

Ouvertures et fermetures habituelles : de 10h00 à 18h, du mardi au dimanche. Nocture jusqu'à 20h00, les jeudis.

Jusqu'au 22 avril.

Au Bijou, cinéma de répertoire

Trois salles, trois films :

Dans le câdre des festivités pascales, le Bijou est fier de présenter :

Trois grands films "à sandales"

mettant en vedette

Victor Mature

Samson et Dalilah de Cecil B. Demile (1949)

Dans le rôle de Samson

Avec : Hedy Lamarr (Dalila), George Sanders (Le saran de Gaza) et Russ Tamblyn (Saul)

The Robe d'Henry Koster (1953)

Dans le rôle de Demetrius

Avec : Richard Burton (Marcellus Gallio), Jean Simmons (Diana), Jay Robinson (Caligula) et Richard Boone dans le rôle de Ponce-Pilate.

Demetrius et les gladiateurs de Delmer Daves (1954)

Dans le rôle de Demetrius

Avec : Susan Hayward (Messilana), Michael Rennie (Pierre) et Anne Bancroft (Paula)

 

Sur les ondes de la CNAP et de la CCAP

Nouvelles boursières

Tous les samedis dès huit heures du matin, l'éminent économiste Pierre Rochemenier est en ondes, pour expliquer pourquoi ses prévisions de la semaine précédente se sont avérées fausses. - Sujet cette semaine : La solvabilité des régimes de retraite gouvernementaux.

Les grands interviews

Demain, le mardi 10, (première partie) et mardi prochain, le 17 avril (deuxième partie):

Eric Samuel Jackard, rédacteur en chef de la Revue Physophique Le Néant : "La démocratie parallèle de la nouvelle génération." - Interviewer : Copernique Marshall.

Le mercredi 11 avril à 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair de l'Institut.

Les grands récitals-concerts

Le samedi 7 avril, à vingt heures, en direct du Palais du Bingo,
(en reprise de la semaine précédente) :

L'orchestre symphonique de l'Académie musicale de Saint-Étienne-de-Villecreuse, sous la direction de son directeur, Jacynthe de Morency-Suliaque, interprétera des oeuvres d'Ildebrando Pizetti (1880-1968) dont les célèbres Préludes symphoniques pour Oedipe-Roi (1904), la Sinfonia del Fuoco (la Symphonie de feu) composée pour le film, Cabiria de Gabriel d'Annunzio (1914) et l'Ultima Caccia di Sant'Uberto (La dernière chasse de saint Hubert) (1930) avec le Choeur des Petits Chanteurs de Saint-Pierre-sur-les-Râles (Var).

Et le samedi 14 avril, du même endroit :

Le Trio des Cinq de Sète mettant en vedette : Robert Piccoli-Thivierge au piano, Yolande Leterrier à la contrebasse et Zoé Minette à la batterie dans une adaptation en jazz de la célèbre légende symphonique Loreley des frères Paul Joseph William (1852-1933) et Lucien Joseph Edouard Hillmacher (1860-1909), Grand Prix de la Ville de Paris (1882).

 


Voici un enregistrement de Wladdimir Horowitz que j'ai retrouvé sur YouTube et qui, vraisemblablement, a été enregistré "live", à Londres en mai 1982 et mis en circulation qu'un an plus tard, par la firme RCA Victor (sous leur étiquette Red Seal) tout simplement sous le nom de "Horowitz in London". - Attention : je ne garantie pas cette information. Ce que je peux préciser c'est qu'il fut probablement mis en circulation sur un dique contenant, entre autres, la Polonaise Op. 61 et la ballade en mi mineur, Op. 63 de Chopin, le Kinderszenen, op. 15, de Schumann.

Il s'agit de l'étude Op. 8, no. 12 du dernier des "Grands Romantiques russes" de la fin du XIXe et du début du XXe, Alexander Nikolayevich Scriabin dont les compositions sont toujours au répertoire mais qui mériteraient d'être mieux connues.

Soyez sûr d'être assis car c'est plutôt troublant.

Cliquez sur le lecteur ou la note (format MP3) :

Les enregistrements qui ont fait partie de cette série sont disponibles intégrablement, dans l'ordre inverse qu'ils ont été publiés :

Cliquez ICI.

          


 

Mr. Edward Preble - Beatriceville, Oregon.

La brandade de morue, les olives confites, le "caladon" et le croquant Villaret.

Mme Alexandra Ball - Miserable City, Manitoba.

Antoine (1686-1758), Bernard (1699-1777) et Joseph (1704-1779).

Mr. Wilhelm Von Humbolt - Paris, 16e.
Le système syncrétise. Voir à ce propos : Nicolas Ysambert (+1642), Isaac Hubert (+1668), Honoré Tournely (+1729) mais surtout saint Alphonse de Liguori (+1787).
Mme Rachel Vanhagen von Ense, née Ouellette - St-Ignace-de-Loyola, Québc.

Sur la rue Mecklenburg, près de Mabbot, à Dublin.

Mr. Friedrich Schlwiemacher- Lima, Pérou.

"Les deux couverts", "Une vilaine femme brune" et "On passe dans huit jours", trois pièces en un acte parues dans le supplément au numéro de janvier 1931 dans les "Cahiers de Bravo" sous la direction de Jacques Théry.

Mme Connopia Thirdwall - Wolverhampton, Royaume-Uni.

Le 11 août 1874. Par Harry S. Paremlee de New Haven, Connecticut.

Mr Irving Langmuir-Stokowski - West Mifflin, Pennsylvania.

ħ = h / 2 π ≈ 1,054571628×10-34  j.s. (avec une incertitude standard de ±0,000 000 053×10-34  j.s.)

Mrs. Flidora PetrieI - Dexter, Nouvelle-Zélande.

Curé puis évêque d'Autun, il fut agent général du clergé et député aux États généraux sous l'Ancien Régime, président de l'Assemblée nationale et ambassadeur pendant la Révolution française, ministre des Relations extérieures sous le Directoire, le Consulat puis sous le Premier Empire, ambassadeur, ministre des Affaires étrangères et président du Conseil des ministres sous la Restauration et ambassadeur sous la Monarchie de Juillet.

Mme Angela Burdett-Blumlein - Maniwaki, Québec.

Parmi les diprotodontes ? De mémoire, nous citerions les macropodidés, les potoroïdés, les acrobatidés, les pseudocheïridés, les petauridés, les tarsipédidés, les phalangéridés, les burramyidés, les phascolarctidés mais nous croyons que vous pourriez ajouter à cette liste les vombatidae.

 

Cette édition du Castor est dédiée à :

Serge Grenier
1938-2012

c

Cinq réflexions :

1. L'argent ne fait pas le bonheur mais il plus confortable de pleurer dans une Mercedes que sur un vélo.

2. Pardonnez tout à vos ennemis mais souvenez-vous de leurs noms.

3. Aidez quelqu'un dans le besoin et il se souviendra de vous quand il sera à nouveau dans le besoin.

4. La longévité de certaines personnes provient du fait qu'il est interdit de les tuer.

5. L'alcool ne règle aucun problème mais le lait non plus.

(J. W.)

 

Webmestre : France L'Heureux

Webmestre : Éric Lortie

Webmestres : Paul Dubé et Jacques Marchioro

 

1 - Tous droits réservés. - Copyright © UdeNap.org. - La reproduction de tout ou partie du matériel contenu dans cette édition du Castor™ est interdite sans l'autorisation écrite des auteurs.

2 - Malgré l'attention portée à la rédaction de ce journal, ses auteurs ou son éditeur ne peuvent assumer une quelconque responsabilité du fait des informations qui y sont proposéesSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

3 - Les erreurs de frappe, de date et autres incongruités contenues dans ce Castor™ seront ou ont déjà été corrigées dans sa version dédiée au marché américaiSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.nSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

4 - La direction du Castor™ tient à préciser qu'aucun enfant n'est victime d'agressions sexuelles au cours de la préparation, pendant la rédaction et lors de la publication de son hebdomadaire et que... que perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.


Le Castor - Fondation et équipe originelle

Le Castor - Organes afilliés

Université de Napierville - Page d'accueil

Le Castor™ - Édition précédente

Le Castor™ - Édition suivante

Le Castor™ - Édition courante