Volume XXIII, n° 15 26 mars 2012

Fondé en 1900 par le Grand Marshall, le CASTOR DE NAPIERVILLE fut, à l'origine, un hebdomadaire et vespéral organe créé pour la défense des intérêts de l'Université de Napierville et de son quartier. - Il est, depuis le 30 septembre 2002, publié sous le présent électro- nique format afin de tenir la fine et intelligente masse de ses lecteurs au courant des dernières nouvelles concernant cette communauté d'esprit et de fait qu'est devenu au fil des années le site de l'UdeNap, le seul, unique et officiel site de l'Université de Napierville.

De cet hebdomadaire publié sur les électroniques presses de la Vatfair-Fair Broadcasting Corporation grâce à une subvention du Ministère des Arts et de la Culture du Caraguay, il est tiré, chaque semaine, sept exemplaires numérotés de I à VII, sur papier alfa cellunaf et sur offset ivoire des papeteries de la Gazette de Saint-Romuald-d'Etchemin et trois exemplaires, numéroté de 1 à 3, sur offset de luxe des papeteries Bontemps constituant l'édition originale, plus trois exemplaires de luxe (quadrichromes) réservés au Professeur Marshall, à Madame France DesRoches et à Madame Jean-Claude Briallis, les deux du Mensuel Varois Illustré.

Deuxième édition

Note : L'édition corrigée, destinée au marché américain, paraît le jeudi. L'édition numérotée, avec corrections supplémentaires, destinée exclusivement au Cercle Littéraire des Grammaticiens et Lexicologues Amateurs de Saint-Jean-Étienne-sous-Bois (Var) paraît le samedi.

 
 


Conférence de presse internationale. Sarkozy à l'écoute.

Vous avez manqué les dernières photos de M. Sérien ?

Voyez sa Galerie

 


Sic vadit vita

Simon Popp qui emprunte le titre d'un roman de Stendhal, son éminence le cardinal Spitzman qui nous parle d'apostasie, Copernique Marshall qui nous entretien à nouveau d'Osgood C. Goodell plus un tout nouveau scripteur qui, lui, aiguise ses premières plumes sur un sujet brûlant : des grèves d'étudiants (!). Sans compter Roger V. Landry, notre as-reporter récemment promu chef du pupitre des nouvelles du Castor™ qui reprend du collier.

On s'en serait tenu là que cette édition aurait fait parler d'elle, mais ce n'est pas tout :

La troupe du Grand Marshall dans une toute nouvelle pièce (m'enfin : une interprétation moderne d'une pièce du XVIIe), les Moines Trapézistes de St-Raynald (Var) qui nous reviennent dans un tout nouveau spectacle qu'on dit époustouflant, une conférence par l'éminent oenologue Ubriaco Comeun Marinaio et puis - on ne saurait trop insister - une exposition sans précédent sur la poésie féminine napiervilloise, conçue et réalisée par nul autre que cette grande dame qu'est Fawzi Malhasti, la poétesse de renom.

Personnellement, je ne manquerai pas d'aller visionner, deux fois plutôt qu'une, les trois films à l'affiche au Bijou, films qui mettent en vedette une des artistes pour laquelle j'ai eu - je l'avoue candidement - un coup de coeur il y a de cela, ma foi, pas si longtemps : Jeanne Carmen.

N'oubliez pas non plus, ce délicieux enregistrement de notre ami et disk jockey, Paul Dubé : enregistrement qui, paraît-il a déjà fait beaucoup de bruit (vous comprendrez à l'écoute ce que je veux dire)... en France.

Et beaucoup d'autre choses : un mariage, le courrier, de nouveaux visiteurs, un entretien fabuleux (sur les ondes de la CNAP et de la CCAP) du compositeur Arthur "Two Sheds" Jackson, de même qu'un concert dédié entièrement à cet autre grand compositeur que fut Ildebrando Pizetti.

Tout cela dédié à l'un des plus grands peintres américains du siècle dernier : Jackson Pollock.

Et dire qu'il y en a qui pensent que nous nous ennuyons dans le Quartier Universitaire de l'UdeNap !

Bonne lecture !

Obédieusement vôtre,

Heméningilde Pérec, esq.
Co-directeur du Castor™ de Napierville
Secrétaire temporaire permanent
Université de Napierville


 



Le rouge et le noir

J'ai appris la semaine dernière qu'un couple de mes amis allait se séparer. Après quinze ans de vie commune. Rien de vraiment spécifique : ils ne se parlaient tout simplement plus. - Elle avait commencé il y a quelques années à s'intéresser à l'ésotérime. Lui ? N'avait pas encore su dealer complètement avec son job mais il avait bien confiance que...

Les deux ne se sont jamais, de toutes façons, très bien compris. Non seulement ce qui leur était arrivé quand ils se sont rencontrés mais ce qui allait leur arriver. - C'était simple, pourtant : ils s'adoraient. Elle cherchait l'occasion, le moment, la soirée où elle allait se donner complètement à lui ; et puis, lui, ben, il cherchait... l'endroit.

Ça s'est manifesté au tout début. Quand ils se sont mis "en ménage". - Je ne vous raconterai pas les détails mais... elle aurait voulu un lit douillet, avec des chandelles tout autour, de fins draps en satin et un déshabillé de chez S***. Lui ? Voulait un lit confortable, avec une télé pour regarder la fin de la partie de foot entre l'Australie et l'Argentine, les soirs où elle allait lui dire qu'elle avait mal à la tête.

À la longue, ils ont fini par s'habituer à ce genre de situations (au pluriel parce qu'il en eu beaucoup), ce genre de situations qui font que les couples finissent par s'acheter une maison en banlieue, ont des enfants, voyagent, sauf que... z'ont dû, à un moment donné, faire face au rouge et au noir.

Au départ, faut que je vous dise qu'ils avaient tous les deux raison : le fauteuil en question devait être remplacé (parce qu'il s'agissait d'un fauteuil, au cas où vous auriez soupçonné autre chose) ; parce que le chat en avait mangé une partie, les enfants avaient vomi dessus, parce que la belle-mère s'y était un jour assise, etc.

Lui en avait vu deux, trois dans ces dépliants qu'on livre à la maison. - "Mais tout le monde aura le même !" avait-elle dit, fervente abonnée à Decor-Mag et à Madame au foyer. - Çafaque, ils se sont retrouvés, un samedi matin, chez Y***, le décorateur de l'heure où elle a, finalement, rencontré l'homme de sa vie, celui qui a toujours compris ce qu'elle était : trente-cinq ans, sourire agréable, beaux cheveux, pantalons élégants, chandail à la mode, des fesses magnifiques... bref : vous voyez le genre (même que son mari lui regardait le bas du dos). Il lui a parlé de tapis chinois, de vases persans, d'écrans en soie, de draperies de chez Worth, de nuances par rapport à certains types d'abat-jour. Bref : ça a duré deux heures.

Après ces deux heures, elle lui a demandé ce qu'Il (son chum) en pensait ; s'il préférait le rouge ou le noir. - Il lui a répondu qu'il n'avait aucune préférence mais elle a insisté : que le rouge irait mieux avec les draperies.. sauf que le noir, avec deux lampes dorées...

- T'es sûre que c'est noir ? C'est comme gris foncé... qu'il a dit pour sembler interessé.

- Monsieur a raison, a dit le vendeur aux petites fesses : c'est une variété sur l'absence de couleurs...

- Oh, ajouta-t-elle, ne lui parlez pas de couleurs. 'Sait même pas la différence entre des chaussures brunes et des chaussures marron... Imaginez-vous que la semaine dernière, je l'ai vu enfiler un chandail tabac avec un complet gris...

Ça duré, comme ça, une autre heure. - Lui, voulait aller luncher, elle tenait à son fauteuil, le vendeur à sa vente.. Finalement, elle a insisté pour qu'il donne son opinion. Alors, il s'est décidé :

- Le rouge.

Et le rouge fut accepté, la vente fut faite, le chèque signé.

...

Trois semaines plus tard, son amie (son amie "à elle") vint à la maison.

- Tiens, dit-elle. Tu t'es acheté un fauteul rouge ! - J'aurais jamais pensé... surtout avec tes draperies....

- Oui. J'eusse préféré un noir (*) mais tu le connais : il a insisté pour qu'on en ait un rouge...

J'ai appris, comme je disais ci-dessus, que, la semaine dernière un couple de mes amis allait se séparer...

Maintenant, il me faudra choisir entre les deux ; entre celle qui aurait bien voulu avoir une tapisserie médiévale au dessus d'un lit à baldaquin et l'autre qui n'a jamais trouvé étrange une photo d'Howie Morentz (**) dans son atelier.

Simon

(*) Lire : "J'aurais préféré un noir".
(**) Howart William Morentz, dit "Howie", joueur professionnel de hockey sur glace né en 1902, décédé en 1937, gagnant du trophée Art (meilleur buteur) en 1928 et 1931 et du trophée Hart (meilleur joueur de l'année) en 1928, 1931 et 1932.

 


L'innébranlable foi...

Apostasy - Greek : apostasia - a defection or revolt, from apo, 'away, apart', stasis, 'stand, 'standing') : the formal disaffiliation from or abandonment or renunciation of a religion by a person. (Wikipedia)

I met - excousez-moi - j'ai rencontré la semaine dernière une jeune dame qui, apprenant que j'étais un "Prince" de la une, la sainte, la catholique et apostolique Église de Rome, m'a dit carrément qu'elle était apostate. Apostate de quelle religion ? Elle ne me l'a pas dit mais qu'importe ("who cares ?").

Je parlais justement d'apostasie, la semaine d'avant avec mon collègue de l'Église baptiste non loin de mon évêché qui fut surpris de m'entendre dire qu'entre un(e) apostat(e) qui aimait son prochain et qui faisait du bien autour de lui (d'elle) et un "fervant" catholique ou baptiste qui forçait tous les gens à penser comme lui, je préférerais - et de loin - l'apostat(e).

Mon raisonnement pourtant était très simple : il ne suffit pas de croire "en Dieu, le Père Tout-Puissant, Créateur du ciel et de la terre (et en Jésus-Christ, son Fils unique, issu du Saint-Esprit, etc.) mais bien de réfléchir avant de se prendre pour un défenseur de la foi et un protecteur de la veuve et des orphelins.

Jeune on m'a enseigné qu'il y avait des canaux sur la planète Mars (je suis d'une génération en train de disparaître). J'y ai cru mais depuis, j'ai appris. - J'y ai, grave erreur, réfléchi, chose que certains membres de l'Église ont interdit longtemps à leurs ouailles.

Mon opinion ?

Réfléchissez, de grâce !Et lorsque vous aurez dit "Oui, je crois", vous ne ferez plus partie de ces moutons qui ne jurent que par ces télé-évangélistes qui empoisonnent notre univers.

(Non, je n'ai pas demandé l'"imprimatur" pour ce qui précède.)

Spitzman

P.-S. : La jeune dame ? Très jolie. - Comme quoi on n'est pas obligé de se fermer les yeux pour avoir la foi.

 
c


Individuality mother lode

I know this might sound a bit improbable but individuality was not something that was encouraged in my family. I believe I wasn't allowed to use the "I" pronoun at the beginning of a sentence until I was six or seven and even at that : parsimoniously, at best. "We" was better until my grandfather noticed that the "We" we were using (non pun intended) sounded a bit too royal. - It had something to do with developing a sense of being part of a whole, of a family or a community. I guessed it worked because we're still a tight-knit family but when Mr. Perec asked me to start writing a column in this newspaper, I didn't know what to talk about until, three, four weeks ago, when my father asked me to take a look at his grandfather's papers and see if we couldn't get everything scanned and subsequently electronically archived. This is, for those who wanted to know, how I got involved in Osgood C. Goodell last week.

Now I don't know the size of Mr. Simon Popp's e-mail box but he told me last week that, on his worst days, he got ten, twelve letters, never more. That came as as shock since I had, in the days that followed my little essay on Goodell, to empty my mail box twice ; and not to get rid of fans and followers : most wanted to know what I was doing commenting (and reading) an obscure verse writer like him. "I know dozens of ne'er do well, hypocondriac workaholic scribblers, wrote a professor from Long Island, who would be better served by your talent than this self-centered pompous know-it-all, etc. etc." - I of course thanked him for the talent bit but somehow, I think he missed the whole point.

Let me sidetrack a moment and mention two of my favorite people :

The first one is Will Rogers who once said that "he had never meet a man he didn't like". Certainly not one of his best remarks but quotable because of that which was said afterward by my second favorite person : W.C. Fields who replied : "He obviously hasn't meet a lot of people..."

...which brings me back to individuality. - I'm fleeceable when it comes to certain types of personalities, off-the-wall characters, unconventional sort of chaps. Eccentric, I guess, would be more appropriate. Not that I've begun to like Goodell - matter of facts, I find him boring as a door nail - but I can't help thinking that he must have been an interesting fellow. Let me tell me more about him and you tell me if I'm barking up the wrong tree :

First of all, his handwriting is as small as can be. I'd say something close to our modern six or seven points. Not being rich, he was obviously trying to use as little paper as he could. And then, not a single trace of hesitation such as words superrimposed on one another, crossing-outs and the likes. Every line a verse. Rhymes vary a lot and are not in the best of tradition but the rhythm remains constant. - He must have talked that way. Can you imagine someone you have to meet every days spitting rhymes, after rhymes, after rhymes ? The worst I meet in that category was a real bad pun artist who was no picnic. We used to call him "Attila the Pun", something he overheard but never could understand.

How about page numbering ?

Must have decided every day how many pages [of his diary] he was to write. Say : six pages. He would then take out three sheets and number them 1, 2, 3 and in reverse order, on the back, 4, 5 and 6. Simple enough but on the odd days (five, three or seven pages), the reverse number of the first page was used as page number 1 of the following day. - That, in itself puts him in the top row of my gonzo list and, thank God nobody seemed to have dropped the five boxes in which his 4000+ pages diary is contained !

Subjects ?

Declining how many pints of ale he drank, how many steps he had walked from his house to his favorite spot, the sort of material he would used to protect himself from the next flood, eleven pages about a public house squabble over the side a door should open, why it seemed to rain on every other days during certain weeks of the year, and so on, and so on.

No striking marks of original genius (ok : talent). He seemed to have snitched a lot of other people's ideas but isn't that, what I mentioned above and what I mentioned last week what made him remarkble ? Perhaps even, in his own way, remarkably remarkable ? (*)

Anyway, he somehow survived to die in his own bed in spite of everything his doctor could do (which was very little), received absolution (for all the bad verses he had written ?), loved and hated equally.

Copernique

(*) Not as remarkably remarkable as the Jones Brothers of Wheeling Pennsylvania who, jointly, wrote a six volume history of the city of Bethleem (West Virginia), a nine volume essay on the use of rubber and a twelve (!) volume encyclopedia on gears...

 

La grève

Si les étudiants de l'Université de Napierville ont voté pour la grève ? Non. Ont-ils voté contre la grève ? Non plus. En fait, ils n'ont pas voté du tout. Ils ont décidé de rester en place et de suivre les enseignements du fondateur de leur institution. Bref : ils ont choisi entre ce qui était raisonnable et ce qui ne l'était pas. Ils ont décidé que leur éducation passait avant tout et que s'ils n'étaient pas satisfaits de l'instruction autant magistrale qu'exemplaire que leur donnaient leurs professeurs, ils n'avaient qu'à rester chez eux et, dans un élan sans doute de solidarité, le taux d'absentéisme s'est tout à fait volatilisé au cours des dernières semaines.

Jeff

 

Jarnac (poitou-Charentes)

Tôt samedi dernier 1.500 euros ont été dérobés dans les caisses du «Domino», un bar situé rue des Fossés dans le centre ville de Jarnac. L'extinction de l'éclairage public la nuit aurait, selon son propriétaire, contribué à la perpétration du crime. Par contre, Alain Vanderstraeten, le capitaine de la communauté de brigade de Jarnac, maintient que l'absence de lumière n'y fut pour rien.



(Photo : JK - Charente-Libre)

Montpellier (France)

Une série de vols à l’arraché a été résolue par la brigade anticriminalité et leurs collègues de la brigade de répression des auteurs de violences de la sûreté départementale de l'Hérault. - Dans son édition du 20 mars, Midi Libre, rapporte, en effet, que, côté policier, cette série a démarré avec l’agression d’une dame de 81 ans qui, huit jours auparavant, vers 15 h 30, alors qu’elle faisait du vélo avec un ami près du lac des Garrigues, à La Paillade, s'était fait retirer son collier en or par un suspect (à pied) qui aussitôt se serait enfui. Trois garçons âgés de 14 et 15 ans, déjà fichés, ont été déférés au parquet des mineurs.

Le lac des Guarrigues, à la Paillade.

Montréal (archevêché de)

Gaudemus ! Habemus archiepiscopum ! - Le pape Benoît XVI a nommé Mgr Christian Lépine pour remplir les fonctions d'archevêque de Montréal qui succédera ainsi au cardinal Jean-Claude Turcotte qui a offert sa démission l'année dernière après avoir atteint l'âge de 75 ans, conformément au Code de droit canonique.

Mgr. Christian Lépine
ex-curé des paroisses paroisses Notre-Dame-des-Champs
et Purification-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie

Londres

En attendant les grandes festivités du Jubilé en juin prochain, les parlementaires britanniques ont offert à la reine Elizabeth II, le mardi 20 mars dernier, un nouveau vitrail pour Westminster Hall, représentant les armoiries royales et orné de la devise royale : « Dieu et mon droit ». Ce vitrail a été dévoilé lors d’une cérémonie à laquelle assistaient 1 600 parlementaires des deux chambres (Lords et Communes), des responsables religieux dont le primat de l’Eglise d’Angleterre, l’archevêque de Canterbury Rowan Williams, des diplomates et David Cameron.

Orellia (Ontario, Canada)

John Kenneth "Jiggs" McDonald, le célèbre commentateur sportif (LNH), se dit perturbé par le nombre de protestations qui s'élèvent depuis qu'on a annoncé la construction d'une mosquée dans le centre-ville de Toronto. "Tous les Canadiens, dit-il devraient faire preuve de tolérance." Il suggère de construire à côté de cette mosquée deux cabarets, l'un pour gais, l'autre de danseuses nues. En face ? Une boucherie spécialisée dans la viande porcine et un sexshop. Son but ? Convaincre les futurs occupants de la mosquée d'être aussi tolérants que leurs voisins. - Une pétition serait en marche.



John Kenneth "Jiggs" McDonald

Montréal (Le Plateau)

Vers 09h30, samedi matin, les automobilistes ont dû éviter le secteur compris entre l'avenue du Mont-Royal et les rues Rivard, Saint-Hubert et Rachel à cause d'un incendie qui s'est déclaré dans des débris sous la passerelle qui relie le sanctuaire du Saint-Sacrement et le centre communautaire adjacent. Le service de métro à la station Mont-Royal n'a pas été interrompu, mais les autobus ont été forcés de contourner le secteur.



Le Sanctuaire du Saint-Sacrement
lors du Congrès Eucharistique de 1910

(Photo tirée du site de la Société d'histoire et de généalogie du Plateau Mont-Royal)

Et...

Toronto (Ontario)

Nous apprenons en dernière heure que le Nouveau Parti Démocratique du Canada s'est doté d'un nouveau chef.

 

Cette semaine et la semaine prochaine :

Mariage

Célébration, le samedi dix-sept courant, en l'église du Saint-Sépulcre et des Deux Vierges, du mariage de Marcel "Ping-Ping" Legendre, le sympatique responsable des pneus au garage Esso, esplanade du Grand Marshall (Quartier Universitaire) et de Gertrude Simoneau, directrice depuis plusieurs années de la procure de l'Université de Napierville. - De nombreuses personnalités y ont assisté dont le Professeur Marshall qui s'y est fait représenter par son sous-adjoint.

Le célébrant portait, pour l'occasion, un amict de toile blanche de l'ancienne Fabrique des Soeurs de la Charité de Lislet, une aube de soie, blanche également, des célèbres ateliers des Tisserands de Saint-Omer-sur-Jus (Var), le tout, orné d'une manipule de couleur ocre correspondante à sa chasuble de fin batiste d'Ostrevent. - Quant aux servants de messe, leur surplis étaient en toile de lin des Usines de Vatfair-Fair & Co. de Malmaison.

Conférence

Conférence, mardi (demain), à 06h00 en la salle Marc-Ronceraille : Le rapport qualité-prix entre les Bordeaux de 1961 et les Sassicaia de 1971 par l'éminent oenologue Ubriaco Comeun Marinaio. - Pas de dégustation mais les auditeurs pourront voir une photo d'un magnum de Château Lafite de 1921 et se verront remettre une copie du dernier livre du conférencier sur les vins dits de "Dépanneur" .

Nous ont annoncé leurs visites :

  • Ferdinand Lohmeyer - Collectionneur de livres controversés sur la théologie dogmatique chrétienne

  • Walter Nernst - Spécialiste en valences

  • Samuel J. Kirkpatrick - Traducteur en 167 langues du mot "inutile"

  • Lionel Sribelerius - Fondateur du journal "Au trépas des vieux"

  • Archibal Cochrane - Auteur de plusieurs projets de société et réformateur auto proclamé de structures sociales et politiques.

  • Arturo Rosenbleuth - Dessinateur de foulards pour huîtres et bigorneaux

  • Pieter Platvoët - Collectionneur de silos

  • Christophe Plantin - Cent soixante cinquième prétendant au trône de France
 

Au Théâtre du Grand Marshall

Les fausses infidélités

Comédie en un acte mais dix-huit scènes de Nicolas-Thomas Barthe (1733-1785), fils d'un riche négociant de Marseille qui fit des études avec beaucoup de succès chez les pères de l'Oratoire. - Présentée pour la première fois à Paris le 25 janvier 1768 (dix-huit représentations).

Par la Troupe du Grand Marshall :

Dorimène, jeune veuve ... Monique Dussault
Angélique, cousine de Dorimène ... Valérie Simard
Le marquis de Valsain, amant de Dorimène ... Oscar Lévesque
Le chevalier Dormilli, amant d'Angélique ... Kenneth John

et

Roland Thivierge dans le rôle de Mondor.

Mise en scène, musique, décor, éclairage et répartition des rôles : Roland Thivierge

Représentation tous les soirs sauf le lundi du 27 mars au 22 avril. - À vingt heures précises sauf les dimanches (à 19h30).

En la salle du Grand Marshall

Spectacle de danses helvètes

Dès mercredi, à 20h heures précises, Danses acrobatiques helvètes du XVIe et XVIIe siècle interprétées par les Moines Trapézistes de St-Raynald (Var) sous la direction du Révérend Père Duval. - Orchestre sous la direction d'Edmond Rostand. - Cinq représentations seulement : les 28 et 30 mars et les 3, 4 et 5 avril.

"Magnifique, extraordinaire. Ceux qui ont assisté à leur spectacle de novembre dernier ne manqueront pas d'apprécier à nouveau cette troupe d'élite dans des numéros de plus en plus époustouflants." Roger Thivierge, Le Journal des Débats.

Profits versés à La Fondation des Moines Estropiés de St-Raynald.

Pour réservations : George au garage Esso, à la procure ou au centre d'Accueil.

Au musée du Grand Marshall

Grande première demain : 100 ans de poésie féminine napiervilloise

Sous la haute présidence de Madame Fawzi Malhasti, la poétesse de renom, le Musée du Grand Marshall est fier de présenter une exposition unique en son genre sur l'origine, l'évolution et l'état actuel de la poésie féminine napiervilloise depuis ses toutes premières manifestations jusqu'aux dernières oeuvres publiées par les Presses de l'Université de Napierville. - Fruit de plusieurs mois de recherches, cette exposition met en vedette des manuscrits, des photos, des objets personnels ayant appartenu aux premières poétesses de la région (Lydia Séjourné (1791-1865), Maria Labroche (1794-1845), Sarah Spitman (1803-1878), Élizabeth Hausmann (1805-1893), Emma Lenterrée (1805-1863), Lucrétia Toxine (1808-1826), Corine Laccablante (1805-1850)) et de nombreuses autres, moins connues, peut-être, mais qui ont toutes contribué à faire de Quartier Universitaire de l'UdeNap un centre de poésie international.

Nombreuses lectures de poèmes aujourd'hui oubliés, mini-récitals de chansons et romances mises en musique par des compositeurs locaux, de Simon Lapierre à Maurice Lesage, conférences et documentaires filmés.

Programmes disponibles sur place ou au Centre d'Accueil.

Ouvertures et fermetures habituelles : de 10h00 à 18h, du mardi au dimanche. Nocture jusqu'à 20h00, les jeudis.

Jusqu'au 22 avril.

Au Bijou, cinéma de répertoire

Trois salles, trois films :

Les grands films de Jeanne Carmen

The Three Outlaws de Sam Newfield (1956)

Dans le rôle de Serelda

Avec : Neville Brand dans le rôle de Butch Cassidy et Alan Hale, Jr. dans celui de Sundance Kid.

Portland Exposé d'Harold D. Schuster (1957)

Dans le rôle dIris.

Avec : Edwards Binns (George Madison), Carolyn Craig (Ruth Madison) et Virginia Gregg (Clara Madison).

The Monster of Piedras Blancas d'Irvin Berwick (1959)

Dans le rôle de Lucille Sturges

Avec : Les Tremayne (Dr. Sam Jorgenson), Forrest Lewis (George Matson) et John Harmon (Sturges, le gardien du phare).

Sur les ondes de la CNAP et de la CCAP

Nouvelles boursières

Tous les samedis dès huit heures du matin, l'éminent économiste Pierre Rochemenier est en ondes, pour expliquer pourquoi ses prévisions de la semaine précédente se sont avérées fausses. - Sujet cette semaine : Hauteur et décadence de l'immobilier.

Les grands interviews

Demain, le mardi 27, (première partie) et mardi prochain, le 3 avril (deuxième partie):

Entretien avec Arthur "Two Sheds" Jackson récemment interviewé au cours de l'émission "It's the Art" (BBC) qui viendra nous parler de sa dernière symphonie. - Interviewer : Copernique Marshall.

Arthur "Two Sheds" Jackson

Le mercredi 28 mars à 19h00

Rediffusion de la conférence donnée la veille en la salle Marc Ronceraille. - Prise de son : Thomas Mulcair de l'Institut.

Les grands récitals-concerts

Le samedi 31 mars et le samedi 7 avril, à vingt heures, en direct du Palais du Bingo.

L'orchestre symphonique de l'Académie musicale de Saint-Étienne-de-Villecreuse, sous la direction de son directeur, Jacynthe de Morency-Suliaque, interprétera des oeuvres d'Ildebrando Pizetti (1880-1968) dont les célèbres Préludes symphoniques pour Oedipe-Roi (1904), la Sinfonia del Fuoco (la Symphonie de feu) composée pour le film, Cabiria de Gabriel d'Annunzio (1914) et l'Ultima Caccia di Sant'Uberto (La dernière chasse de saint Hubert) (1930) avec le Choeur des Petits Chanteurs de Saint-Pierre-sur-les-Râles (Var).

Ildebrando Pizetti

 


L'enregistrement qui suit a fait fureur au cours des trois dernières semaines dans notre site sur la chanson française de la fin du Deuxième Empire à la fin de la Deuxième Grande Guerre - voir ci-dessous. - Certain y ont trouvé une certaine référence aux élections présidentielles françaises mais il ne s'agit là que d'une coïncidence.

Son titre : Je suis petit. Paroles d'André Barde, musique de Maurice Yvain.

Un disque Ultraphone, enregistré en 1933, par Louis Boucot. - No. AP 394.

Je suis petit - De l'opérette "Oh ! papa !"

Cliquez sur le lecteur ou la note (format MP3) :

À noter que, depuis cette semaine, les 248 enregistrements qui ont fait partie de cette série (celui-ci est le 248ième) sont à nouveau disponibles dans l'ordre inverse qu'ils ont été publiés (248, 247, 246... jusqu'au premier.)

Cliquez ICI.

          


 

M. Laszlo Kovacs - Balatongyôrök, Hongrie

Le roi David, Alexandre le Grand, Charlemagne et Jules César.

Mme Séléna Vallin - Dieu-le-Père (Var)

La création du monde ? Le 23 octobre. - Adam et Éve chassés du paradis terrestre ? Le 10 novembre suivant. - Correction, quand même : l'arche de Noé s'est posée sur le mont Ararat un 5 mai non le 7 comme on l'a longtemps cru.

M. Alexis-Louis-Olivier Legrand-Destroismaisons - Wandsworth Commons (Londres)
Ein zimmer mit torching papier.
Mme Alexandra von Homboldt - Montevideo, Uraguay

Combien de fois faudra-t-il le répéter ? Les murs ne sont pas écroulés à cause de la trompette : on a sonné la trompette lorsque les murs se sont écroulés.

Mr. Othiniel Jethro Peabody- Paris 17e

Des îles qu'il a visitées, Thomas J. Raffles a ramené 46 000 plantes et 34 000 insectes ou animaux, laissant peu de choses derrière lui.

Mme Céline Lelongchamps - St-Joseph-de-la-Manche (Normandie)

Barbara Millicent Roberts.

M. Harold T. Richardson-Bell - Lancaster (Virginia)

Dans un gallon ? - 4 992 cents ou 49,92 $ - 8 400 dix cents ou 840 $ - 3 411 vingt-cinq cents ou 852,75 $

Madame Iréna Lavallée-Duchamp - Iroquois Point, Hawaï

13,035714 centimètres par année

M. Terence Mugbriard - Mulligan's Corner, Australia

The exact quotation is : "The science of life is like a superb salon resplendent with lights which once can enter only through a long and ghastly kitchen."

 

Cette édition du Castor est dédiée à :

Jackson Pollock
1912-1956

(Photo parue initialement dans le magazine Life)

c

"L'ennui, c'est que tout ce que nous possédons changera de propriétaire quand nous mourrons. "

(P. le Jeune)

 

Webmestre : France L'Heureux

Webmestre : Éric Lortie

Webmestres : Paul Dubé et Jacques Marchioro

 

1 - Tous droits réservés. - Copyright © UdeNap.org. - La reproduction de tout ou partie du matériel contenu dans cette édition du Castor™ est interdite sans l'autorisation écrite des auteurs.

2 - Malgré l'attention portée à la rédaction de ce journal, ses auteurs ou son éditeur ne peuvent assumer une quelconque responsabilité du fait des informations qui y sont proposéesSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

3 - Les erreurs de frappe, de date et autres incongruités contenues dans ce Castor™ seront ou ont déjà été corrigées dans sa version dédiée au marché américaiSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.nSed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur..

4 - La direction du Castor™ tient à préciser qu'aucun enfant n'est victime d'agressions sexuelles au cours de la préparation, pendant la rédaction et lors de la publication de son hebdomadaire et que... que perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur. Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque laudantium, totam rem aperiam, eaque ipsa quae ab illo inventore veritatis et quasi architecto beatae vitae dicta sunt explicabo. Nemo enim ipsam voluptatem quia voluptas sit aspernatur aut odit aut fugit, sed quia consequuntur magni dolores eos qui ratione voluptatem sequi nesciunt. Neque porro quisquam est, qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt ut labore et dolore magnam aliquam quaerat voluptatem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum exercitationem ullam corporis suscipit laboriosam, nisi ut aliquid ex ea commodi consequatur? Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur.


Le Castor - Fondation et équipe originelle

Le Castor - Organes afilliés

Université de Napierville - Page d'accueil

Le Castor™ - Édition précédente

Le Castor™ - Édition suivante

Le Castor™ - Édition courante