Les arts artistiques et l'UdeNap

(Historique)

L'HISTOIRE, cette immense mémoire des temps et de l'espace, "ce le long rêve, ce songe lourd et confus de l'humanité" (Schopenhauer), ce à propos de quoi le général de Gaule disait : "De quelle autre se contenter quand on a rencontré l'Histoire ?", l'HISTOIRE, "cette science pure qui n'est pas un art" (Fustel de Coulanges). l'HISTOIRE, à propos de laquelle, bien avant de Gaule, Salluste écrivait (jeune) : "Ex aliis negotiis, quae ingenio exercentur, in primis magno usui est memoria rerum gestarum", l'HISTOIRE qui aura beau reprendre avec cette insolence qui lui est propre et que les interviewers à la télévision (aussi bien française, britannique et américaine - sans préjudice à leurs collègues belges, canadiens et roumains -) tentent en costumes bleus rayés de nous enseigner sans souvent avoir, au préalable, vérifié les faits, l'HISTOIRE aura beau dire que l'ART ARTISTIQUE n'est apparu à Napierville que lors de la création du Musée du Grand Marshall, elle aura tort.

C'est bien avant, en effet, le début de XXe siècle que le Grand Marshall a indiqué sa volonté de doter l'Université de Napierville d'une structure organisationnelle susceptible de planifier, organiser, diriger, administrer et gérer les arts artistiques qui allaient découler de sa vision édificatrice de l'UdeNap et ce, selon des critères qui, depuis l'énoncé de ses politiques, n'ont jamais été remis en question : honneur, probité, bon goût et mécénat.

En 1889, déjà,  l'Université de Napierville fut, grâce à son initiative, une des premières villes universitaires au pays à organiser des expositions ouvertes au grand public.

Elle aurait pu en rester là mais grâce à de généreux donateurs, elle se dota d'une superstructure, alors nommée "superstructure", et étendit son champ d'action à d'autres domaines culturelles : le chant, la danse, le théâtre, l'escrime, la décoration intérieure et la sculpture sur glace dont les manifestations, faute de moyens, se déroulaient souvent en plein air mais, leur renommée fut telle que, dès 1903, il fut possible de lever assez de fonds pour construire une salle multifonctionnelle où l'on pu commencer à installer de façon presque permanente les collections de l'UdeNap.

Ce bâtiment, à l'origine modeste, fut par la suite agrandi (en 1905, 1907, 1908 et 1909), pour se transformer, avec la venue de salles ou d'immeubles spécialisés (les auditoriums du campus, une salle paroissiale, un gymnase, etc.), en un véritable centre muséal qui porta tout de suite le nom de : Musée des Art Décoratifs et où furent mis en valeurs les collections de son fondateur.

À sa mort, son oeuvre fut poursuivie par son fils, Alphétus, qui songea à y installer, dès 1923, la collection d'objets d'art que son père avait ramené de ses innombrables voyages. - Plus intéressé par les arts du spectacle (dont, en particulier, la danse), Alphétus continua néanmoins de s'occuper activement de cette collection dont il confia la gestion, dès 1935 à un Conseil des Arts chargé de veiller sur sa destinée, destinée dont il fut une des âmes dirigeantes jusqu'en 1955, année où il démissionna de son poste pour se faire remplacer par son son fils, Euclide, alors âgé de 22 ans mais à l'avenir plus que prometteur.

Petit-fils de celui qui a été le premier à l'UdeNap à vouloir doter le Quartier Universitaire de Napierville d'un organisme devant servir à la gestion des arts artistiques entourant ou émanant de l'UdeNap,  Euclide Marshall, mieux connu aujourd'hui sous le nom de Professeur Marshall, poursuivit quelque peu les travaux de son père mais, plus collectionneur et découvreur qu'administrateur, il confia en 1960 l'administration de ce Conseil des Arts fondé par son père à divers - justement - conseillers qui, sous son éloignée directive devaient en assumer la direction.

Nous en sommes là. - Que l'Histoire se corrige.

- Herméningilde Pérec - 09-04


Retour, si vous êtes venu par là à : Normand Taurog

Sinon, voir à : Festival du film de Napierville

Ou encore à : Micheline Proulx


accueil |  infos  |  pour nous écrire

© - Sauf : citations, extraits sonores, (certaines) photos et autres fichiers :
Université de Napierville
101 esplanade du Grand Marshall,
Napierville, Québec,Canada J0J 1L0




Conception : Vatfair-Fair Design and Hold Harmless Co. - Vatfair, Planter, Hencourt et Associés - Cornelius Chasuble, q.t. - Copernique Marshall - Olaf de Huygens-Tremblay - Fawzi Malhasti (Mme) - Simon Popp - Paul Dubé - Hermningilde Pérec - Roger V. Landry - Moe Spitzman (Son éminence) - Inferna Mieli (Ms) - Jean Sérien et la collaboration exceptionnelle de Georges de Napierville de même que la Bijouterie Petiot-Landru