Le seul hebdomadaire de la région publié une fois par mois

Numéro hors-série

             


Marcel Proust

À la recherche du Temps perdu
Notes et commentaires

Copernique Marshall et Paul Dubé

_______________________________________________________________________________________________________________________________________

Annexe 10

Lettre à Gaston Gallimard - 2

À Gaston Gallimard

102 boulevard Haussmann(Je vous préviens que mon téléphone292 05, ne fonctionnera probablementpas ce soir, exceptionnellement).

[Le mardi 5 novembre 1912 (1)]

(1) Coll. cp Yale University. Cah VI, 91-93. Cette lettre doit dater du mardi 4 novembre 1912: allusions à la lettre de « Samedi », lettre datée du « Samedi 2 Novembre [1912] » (note 3 ci-après), à l'espoir déçu de pouvoir se lever dimanche, à l'envoi « hier » d'une lettre invitant le destinataire à passer chez Proust.

Monsieur

Quoique un peu fatigué pour écrire tant de lettres, je veux vous expliquer pourquoi je me suis permis d'envoyer chez vous hier, et pourquoi on n'a pas laissé la lettre (2). Comme je vous l'avais dit Samedi dans mon pneumatique que vous n'avez pas dû avoir (3) (M. Copeau ne m'avait pas dit que vous étiez absent), j'espérais un peu, ne m'étant pas levé depuis longtemps, pouvoir le faire le lendemain Dimanche. Mais ce jour-là encore, comme il m'arrive d'ailleurs le plus souvent, je n'ai pas été en état de quitter mon lit.

2. Lettre non retrouvée.

3. Allusion à la lettre précédente du même au même ci-dessus, lettre datée du Samedi .L Novembre 1 19121. Proust laisse entendre que le destinataire n'avait pas répondu à la lettre en question.

Alors, comme la démarche que j'aurais à faire si je me décidais à renoncer à mon éditeur (4) et à me faire éditer à la N.R.F. (démarche qui comme je l'ai dit à M. Copeau est très difficile, et risque de froisser des gens qui ont été très bons pour moi (5) soulève de plus en plus de difficultés au fur et à mesure que les jours passent, je me suis permis de vous envoyer un mot pour vous demander si vous pourriez passer chez moi hier dans la soirée. Mais vous n'étiez pas là et même si j'ai bien compris, en voyage, et ne devant rentrer que ce matin.

(4) Fasquelle, de qui Calmette affirme avoir la « promesse » de publier le livre de Proust.

(5) Le lundi 4.

Aujourd'hui encore j'ai été forcé de rester alité. Si par hasard vous étiez libre de passer un moment chez moi ce soir, à l'heure que vous voudriez entre sept heures du soir et minuit et demi (avec pi éférence pour le commencement de la soirée) nous aurions pu causer un instant (6). Si vous ne le pouvez pas, je n'ose pas prendre de rendez-vous pour demain craignant toujours de n'être pas capable de recevoir. Mais je vous écrirai si je suis dans un état possible. S'il était trop difficile de vous voir, je pourrais vous demander par lettre ce que je veux savoir mais comme c'est un peu long et compliqué, je ne voudrais pas vous obliger à une réponse fatigante et il me semblait que quelques mots de vive voix étaient plus simples.

(6) Proust n'aura aucune nouvelle du destinataire ce soir-là non plus.

Veuillez agréer mes meilleurs sentiments [.]

Marcel PROUST

______________________________________________________________

Pour retourner à l'édition courante du Castor™, cliquez ICI

Pour retourner à l'index de cette série, cliquez ICI